LA REVOLUTION SEXUELLE

par Théo




Les Hommes face à la révolution sexuelle.

Je pense que la révolution sexuelle n'a pas beaucoup changé le comportement des hommes, sinon qu'ils ont peur des femmes qui ont de la personnalité. Elle n'a pas non plus avantagé les femmes. Elles sont toujours considérées comme des objets sexuels, exploitées sexuellement. Depuis le berceau, elles sont formées à se mettre au service des hommes.

Qu'est-ce que, de nos jours, une femme est en mesure d'espérer ? Ce problème reste toujours d'importance. Les femmes font preuve d'une valeur certaine et d'une énergie dont on ne les aurait pas crues capables, et l'on commence à le reconnaître. Elles doivent donc revendiquer leurs droits à des vertus qui ne soient pas simplement de dévouement, de soumission et de fidélité à l'homme, que l'homme s'est toujours réservé.

Je crois que la révolution sexuelle a permis à des escrocs de s'enrichir en vendant toutes sortes de gadgets, de films pornos, des revues licencieuses qui mettent en vedette la femme sous des formes qui la désavantagent, moralement et physiquement, donc sous forme d'objet sexuel, appâtant les hommes. Par contre, elle n'a rien apporté de valable à la vraie liberté d'expression, ni au bonheur, et n'a rien fait pour la joie du corps et du sexe. Tout un nouveau marché s'est ouvert, permettant aux hommes l'occasion de voir les filles dans des contextes, dans des situations excitantes.

Les hommes peuvent " baiser " à l'oeil, au nom d'une révolution progressiste qui s'oppose à des comportements sexuels d'un autre temps. La révolution sexuelle pousse avant tout beaucoup de femmes à avoir des aventures plus fréquentes et avec plus de partenaires : elles sont censées aimer le sexe autant que les hommes. Si elles ne se mettent pas au lit, tout de suite, et si elles ne font pas semblant de jouir, on les traite de frigides ou d'attardées. Non pas, qu'elles n'arriveraient pas, à l'extase, mais parce que les hommes, toujours aussi égoïstes, ne leur en laissent pas le temps. Ils savent, vaguement, qu'il existe une chose qu'on nomme " clitoris ", mais souvent, ils ne savent pas le trouver ni à quoi il sert.

Les hommes fuient les femmes qui osent s'affirmer, et les femmes " libérées " se conduisent comme les hommes, en couchant avec eux, sans établir de lien affectif. Finalement, la suppression des interdits a créé une grande pagaille et les femmes continuent d'être " baisées " parce que, maintenant, elles doivent prouver jusqu'à quel point, elles sont libérées, et les hommes, sans scrupule, en profitent.

Je pense, tout en le déplorant, que dans l'ensemble de la population, un grand nombre d'hommes peuvent " tirer un coup " plus facilement qu'avant. Et à en juger le nombre grandissant de femmes abandonnées avec leurs gosses, les hommes sont moins responsables qu'avant. On soutient encore que l'homme qui a de nombreuses maîtresses " vit sa vie " ; la femme qui a de nombreux amants est une prostituée ou une " nymphomane "

En ce qui concerne, plus particulièrement, les femmes, les rapports sexuels doivent être reconsidérés dans une perspective toute nouvelle. Tous les types d'intimité physique du sexe doivent être revalorisés, dans tous les secteurs de la vie, y compris toutes les formes de caresses et de contacts chaleureux des corps. Les femmes considèrent que les préliminaires sont l'une des meilleures parties de l'amour physique, de même que l'intimité intense. Les femmes sont lassées du vieux modèle des relations sexuelles, axé sur l'érection, la pénétration par l'homme et l'orgasme de l'homme, en laissant la femme en plan pour la seule raison qu'il est satisfait.

Comment l'homme devrait-il se comporter face à la " nouvelle " femme ? Car la femme prend de l'assurance, et l'homme semble la perdre.

Beaucoup de femmes sont convaincues qu'elles ont un rôle important à jouer. Elles ne veulent pas détruire l'homme mais essayer d'améliorer le monde où nous vivons. Les rapports sexuels n'impliquent plus, le droit de propriété, dont l'homme a toujours été l'heureux propriétaire. Le patriarcat, en tant que structure, est mort, ainsi que la forme de sexualité qui le définit. Les rapports sexuels devront être reconsidérés dans une perspective toute nouvelle, c'est à dire, revalorisés dans toutes les formes de contacts intimes des corps. Les femmes ont raison !!!

Par contre, pour beaucoup d'individus, l'évolution des relations entre les femmes et les hommes est fondée sur l'exigence de plaisir, au détriment des sentiments. Parce qu'aujourd'hui, les femmes prennent leur plaisir en main, le disent, le font savoir et ajoutent qu'elles aiment toutes sortes de choses. ( 30% d'après les spécialistes )

Catherine Miller et d'autres narratrices, ont été fières d'écrire le récit de leurs pulsions.C'est nouveau, elles sont fascinées par toutes les variantes du plaisir sexuel, de parler de sodomie et autres pratiques. Ce qui est nouveau chez les amazones, c'est de ne plus fantasmer mais de passer à l'acte, sans hésiter, et de pratiquer le sexe avec détermination, transformant les hommes, en objet sexuel, destiné à leur jouissance. Le souci de l'autre n'existe plus, quand jouir devient, notre seul intérêt. Il faut comprendre ces nouvelles amazones, pas encore trop nombreuses, accrochées au sexe. Elles prétendent, à juste titre, que la femme a trop souffert, depuis que le monde est monde, sous le joug des hommes.

Donc, par les femmes qui ont pris les rênes, la sexualité et les rapports entre hommes et femmes seraient en plein bouleversement d'où sortiront des hommes et des femmes nouveaux, qui s'aimeront, peut-être, autrement sans rapport de force et de domination. On est loin d'en être là !! Mais d'après les spécialistes en matière de sexualité, de nombreuses femmes dissocient, déjà, la sexualité de l'amour, comme faisaient les hommes autrefois. ( et encore aujourd'hui)

La structure sociale a toujours mis un carcan sur la sexualité féminine, parce qu'indépendante, elle aurait été, une menace, pour la construction de la famille.

Il me semble encore que la plus grande satisfaction sexuelle qu'on puisse avoir, c'est d'être avec un partenaire ou une compagne qu'on aime. Certaines femmes qui ont eu plusieurs amants se croyaient " libérées " Mais quand elles trouvent un partenaire qui tient à elles, elles sont beaucoup plus comblées.

Il va sans dire que, maintenant, que nous allons vers une conception plus permissive de la vie, le droit, pour une femme d'aimer une autre femme, et un homme un autre homme, sera considéré comme allant de soi. On ne sait toujours pas si l'homosexualitéest d'ordre biologique ou psychologique.

Par contre, on considère le désir d'avoir des relations physiques intimes avec une personne de son propre sexe, d'un bout à l'autre de sa vie, comme une variante normale et saine de la vie. Ce qui paraît anormal, c'est de décider que seules sont normales et saines, les activités sexuelles qui ont, pour but, la reproduction. La révolution sexuelle n'en est qu'à ses débuts. Elle doit permettre à la valeur des femmes d'être prise en compte. Les femmes ont encore du pain sur la planche.

Théo



Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2016 - Tous Droits Réservés