LA RENCONTRE MIRACULEUSE SUR LE NET

par Theo





Pour mon anniversaire, mon épouse m'avait offert un ordinateur. Cela tombait à pic, puisque je venais de terminer mon deuxième essai: "les mystères de la vie". Et puis les amis avaient la réponse au " comment tu n'as pas d'ordinateur " ?

J'ai sauté sur les catalogues pour voir ce que je pouvais me procurer. De belles images, accompagnées d'un charabia tel que :"contrôleur vidéo intégré i810e, chipset PCI/CNR 1/0". Tout seul je voulais épater les copains. Bien m'en pris. Heureusement qu'ils m'ont secouru sans se moquer de moi.

Quelque temps après gît un gros carton accompagné de trois plus petits dans mon bureau. Je sors tout le matériel. Premier constat : des instructions d'installation assez compliquées traduites assez mal de l'anglais, des fils de différentes couleurs pourvus de broches.

Autre surprise: Je me suis trouvé, devant une boîte, avec une sorte de télé au-dessus. Une planche pleine de boutons marqués aux lettres de l'alphabet, aux numéros décimaux, des flèches dans tout les sens. Plus tard, après une bonne suée, la machine est branchée. Je trouve le bouton et je l'allume, après un accueil sonore, je suis enfin entré dans le cyber-monde. Je perçois vite une frustration et n'y comprends rien. Je regrette le bon vieux temps de la collection de timbres.

Quelques bouquins me tirent d'embarras. Mais je dois compter sur le savoir de mon copain, qui avec beaucoup de patience arrive à m'inculquer les premiers rudiments. Heureusement que je suis d'une obstination persévérante. Je commence à bien me débrouiller !

Certains prétendent que l'informatique est un art. Je dirais plutôt que c'est une nouvelle orientation de l'esprit qui à la longue devient une passion. Elle donne accès à d'innombrables choses dont il est difficile d'en faire l'inventaire. En ce qui me concerne, je suis attiré par les forums, Cette pratique permet de s'intéresser à toutes les branches de la Science.

Je me suis vite aperçu que le forum des plaisirs était le plus populaire. Mais le moins bien pourvu en éducation et en savoir-vivre. Ayant la plume facile aussi dans le domaine des plaisirs érotiques, pour ne pas dire plus. Je me suis risqué à donner mon avis pour faire comprendre à beaucoup de femmes qu'elles ne sont ni frigides, ni incapables, ni anormales.

Et j'ai pu remarquer que tout ce qui est écrit sur le sexe, beaucoup de psychiatres, de psychologues, de médecins avaient souvent des théories, rétrogrades, incompréhensibles, exprimées dans un jargon hautain.

Puis un jour, je me suis risqué sur le Forum "des Amis du café". La différence m'a beaucoup plu; mes idées étaient plus claires et j'arrivais à m'exprimer, plus facilement, en restant en contact avec moi-même. J'ai remarqué, aussi, que les préjugés, opinions formées, sans examen préalable ou après un examen insuffisant, témoignant d'un manque de personnalité, étaient l'exception. Dans ce café, on aime son prochain.

C'est ainsi que j'ai débuté une amitié, inespérée, avec la charmante Dame du Val de Loire. Les débuts furent difficiles, par ma faute, bien sûr. Je venais de quitter le Forum des Plaisirs où la sexualité était la vedette principale, sous forme d'esclavage des femmes où elles avaient peur d'exprimer leur propre sexualité et continuaient de satisfaire le besoin des autres, en ignorant le leur. Cela me révoltait.

Le 12.10.03 la dame a répondu à mon premier message:

- " Se promener ensemble, auprès de ma Loire, pourquoi pas. Sourires.Bonne fin de week-end "

Ma réponse fut le début d'un poème :

Je voudrais un chemin sauvage, tortueux
Qui saurait m'amener dés que blanchit l'aurore
Vers un bel horizon où je verrais éclore,
Dans toute sa splendeur, l'astre majestueux.


Le 19.10.03- Je découvre sur ma messagerie, le message suivant :

Bonsoir

Pardonnez mon audace mais votre boîte aux lettres étant visible, je me permets de vous envoyer ces quelques mots.Mais pourquoi, ce soir, ai-je eu cette curiosité d'aller me fourvoyer dans le forum d'en face et de découvrir, avec stupeur, que celui qui portait le pseudo d'Orion54 au café des amis, l'auteur de ce texte poétique, apprécié n'en doutez point :

Je voudrais un chemin sauvage, tortueux, etc. La suite vous la connaissezétait la même personne que celui qui écrit sous le pseudo de " TABE "Vos écrits ( je n'ai pas tout lu) sont un peu moins poétiques, plus réalistes...La dame du Val de Loire n'est pas plus choquée que cela, elle est juste un peu surprise.Veuillez me pardonner de cette intrusion qui n'est en rien inquisitrice, j'avais besoin de vous faire part de ma découverte. Sourires.Bonne soirée.

La Dame du Val de Loire.

Cette charmante personne ignorait que quelques femmes, du café, surmontant leur timidité, me demandèrent, par messagerie, des récits hards qui auraient pu les tirer d'embarras, dans leur vie sexuelle. D'où ma fausse interprétation du message de la Damme du Val de Loire, en croyant qu'elle aussi demandait quelques recettes. C'est ce que je fit, en commettant une grave faute psychologique, que j'ai regretté infiniment en recevant le message suivant sur ma messagerie :

Re : Orion-Tabe

Reçu le 20 10 03- 09 :34

Bonjour

Mon " intérêt " n'est et ne pourra être que minime.Autant Orion54 aurait pu, par ses écrits, apporter dans ma vie de la douceur, de l'amitié autant Tabe m'indiffère.

Vous m'envoyez deux histoires hardes, mais quelle délicatesse !!Je vous laisse à vos fantasmes, à vos histoires, à votre femme. Tout cela ne me regarde pas et ne m'apporte rien dans mon existence.Ce poème en guise d'adieu:

Enserre-moi du fond du coeur
Réchauffe mon âme en errance
Et mon coeur meurtri par la souffrance
Prends-moi dans tes bras géants
Transportons-nous dans la nébuleuse des Origines


Refaisons notre monde à notre mesure
Ou à notre démesure !
Guéris-moi par ton amour, ta présence !
Aime- moi que je sente à nouveau la Vie !
Mon errance m'a fait perdre
Des gestes d'amour, l'essence


Pose tes mains sur mon corps
Afin qu'il renaisse de ses milles morts
Remonte la, dans mon cou
Poses-y un baiser tout doux
Reste là comme ça quelques secondes
Regarde-moi dans les yeux
Que j'y vois des larmes de joie
Embrasse-moi tout doux
Du bout de tes lèvres chaudes et aimantes.


Le coeur ne vieillit pas
Pose ton coeur contre le mien
Afin qu'ils battent à l'unisson
En un rythme magique
Que renaisse de l'amour, la moisson
N'est-ce pas la saison ?


Aime-moi, que la magie opère !
Raconte-moi la tendresse !
Allonge-toi à mes côtés !
Recouvrons-nous d'une couverture épaisse
Car il fait froid, là où nous allons !
Pose ta main dans la mienne
Fermons les yeux
Et faisons le voyage des Origines, vers Orion !
Il n'y aura de passagers
Que nous deux


Orion la nébuleuse
Orion, des Origines
Orion nous arrivons !
Bon vent, La dame du Val de Loire


Bon vent, a-t-elle écrit ! Etait-ce vraiment son intention de tout arrêter ? Non ! son poème en guise d'adieu, elle l'a écrit dans l'espoir d'en savoir d'avantage, sur cet individu qui l'avait troublée, par ses mots. Chaque phrase, qu'elle avait lue, avant les histoires qui avaient déchaîné une tempête, dans toutes ses cellules, meurtrie, elle s'était retirée sur la pointe des pieds. Mais l'individu restait présent, invisible, jouant dans ses cheveux comme pour la consoler. Il était le vent et l'avait emportée, dans son sommeil, dans ses rêves car les rêves ne meurent jamais.

Encouragé, avec une certaine retenue, tout de même, pour moi, il s'agissait d'une question importante. J'avais un peu honte, d'avoir abusé de la confiance de cette Dame. Alors que ceux qui me connaissent savent, parfaitement, que je suis digne de confiance.



Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2016 - Tous Droits Réservés