LE PIRE AMANT DU MONDE DES PLAISIRS

par Theo





Il est parti en déplacement pour deux semaines. Le soir, à son hôtel, il appelle le "Refuge". ELLE lui raconte sa première journée sans LUI.

II lui demande, d'ouvrir le deuxième tiroir gauche de son bureau, qu'elle y trouvera un petit mot. Puis la quitte.

Elle reconnaît son écriture. ELLE lit:

" Quand je serai parti, vas dans la salle de bain et déshabille-toi. Regarde toi toute nue dans la glace. Vois comme tu es belle !

Dis-moi que je suis l'homme le plus heureux depuis que je te connais. J'aime ton visage, ton corps, tu m'as ravi. Mes mains veulent saisir tes hanches, ta taille, ta belle poitrine. Je reviendrai pour te toucher comme une jeune fille, te caresser comme une jeune femme.

Je te traiterai comme un trésor. Je suis loin de toi, mais je te porte en moi. Je t'aime" petite princesse". Bonne nuit !

ELLE se précipite dans la salle de bain. Devant la glace complètement nue, elle regarde son corps, ses cheveux épars sur les épaules. Elle les ramène sur ses seins. Il a raison. Elle est convaincue. Est-ce du narcissisme? Non ! La glace ne ment pas.

Son cou élégant, sa poitrine de rêve, une peau sans aucune imperfection, son pubis marqué d'un triangle sombre, ses cuisses fermes, une féminité incroyable. Oui ! Tout cela lui appartient !

IL aime ce corps qu’elle sait lui confier sans retenue. Elle quitte la salle de bain pour se réfugier dans son lit, en se rappelant les moments sensuels vécus avec lui.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Son étude terminée, il reprend le chemin du retour. A la hauteur d'Aix-en-Provence, il a une pensée pour ses beaux-parents. Encore deux heures et il la prendra dans ses bras, il respirera son parfum, après deux semaines d'absence. La vie partagée reprendra. Elle aime les fleurs. Il en achètera à Roquefort.

Brignole est en vue, bientôt le massif de l'Estérel, Cannes. Il quitte l'autoroute à Villeneuve- Loubet. Au centre commercial de Roquefort, il achète vingt et une roses rouges.

Enfin le "Refuge"! Le portail est au large ouvert. ELLE l'attendait, impatiente. Il descend de voiture, elle se précipite dans ses bras. Ils sont inondés de joie, d'un sentiment exaltant d'être à nouveau réunis.

- Enfin tu es là, chéri ! Tu n'es pas trop fatigué? Le temps se
traînait, je viens de vivre le jour le plus long.

En lui offrant les roses, il lui dit:

- Pour la plus belle d'entre-elles ! Oui, petite princesse, je suis là
et je ne te quitterais plus!

Après le dîner, elle s'assoie sur ses cuisses

La sécheresse durait depuis plusieurs mois. Vers vingt heures, la chaleur finit par détraquer le temps, qui se plomba, le vent se leva, des nuages déboulèrent de l'Est. Cette fois, l'orage venait.

Quand les bourrasques firent battre les volets, se mirent à charrier les feuilles dans la cour, un éclair zébra le ciel. Le tonnerre se mit à gronder, puis les rafales cessèrent et la pluie abreuva la terre.

Contrairement à la plupart des gens qui sont oppressés, ELLE aimait l'atmosphère électrique qui accompagne l'orage. Plus que tout, ELLE aimait le bruit crépitant de la pluie sur les tuiles.

L'orage partit ailleurs.

Toujours assise sur LUI, elle s'empare de sa bouche, répand ses longs cheveux sur son visage, l'embrasse dans le cou. Un silence suivit, lourd de gestes stimulants. ELLE, lui lance:

- Petite crapule ! Si tu continues ton petit jeu, je ne pourrai rien
ranger ! Arrête, chéri ! Ou je te viole !

Suit un éclat de rire:

- Tu permets? Je vais revenir!

Quelques minutes plus tard, ELLE apparaît, sublime

- J'ai acheté"ça" pour ton retour, ça te plait?

- Tu es magnifique !

ELLE s'arrête devant LUI, son corps splendide couvert d'une nuisette, le haut en dentelle, le jupon et le string en tulle. Le banc de sa peau mate était lumineux.

IL tamise la lumière. Le goût d'aimer flottait au "Refuge" Le temps avait intensifié leur amour, il fit naître le désir dans ces deux jeunes corps, séparés trop longtemps. Ils avaient interrompu leur lune de miel ! Maintenant, ils vivaient de nouveau dans le temps réel, délivrés du manque.

Ils sont nus !

ELLE garde son string. debout , devant LUI, déjà en pleine forme, ELLE le fixe avec ses beaux yeux verts. IL comprend. S'agenouille devant ELLE, tire doucement sur le petit voile. Les premiers poils apparaissent, le mont de Vénus suit. IL passe de l'imaginaire au réel.

A mesure qu'il descend le voile, la fente s'offre à sa vue. IL saute d'un monde à l'autre, emporté par sa passion. Le voile jeté, ELLE s'allonge sur le canapé, jambes et cuisses serrées. Sa vulve, dissimulée par les grandes lèvres, garde son mystère, ce chef d'oeuvre de la Nature. Mais la fente presque toute dévoilée est sublime.

ELLE aime cet instant précis où son sexe est libéré, où elle peut s'épanouir à l'air libre.

LUI, se penche sur sa vulve, et prend le temps de la respirer. Ecarte les grandes lèvres, apparaît la peau douce de ses petites lèvres roses bien faites, fines et longues qui se referment sur son clitoris, particulièrement attirant.


Puis, IL pose sa bouche sur sa vulve bien ouverte et promène sa langue dans ses chairs tendres , qui commencent à gonfler.

IL aspire ses lèvres, trouve le clito et le taquine avec sa langue. ELLE n'en peut plus, gémit, pousse sa vulve contre son visage, se branle sur sa bouche.

Dans un souffle, ELLE lui dit:

- Ne quitte pas le clito ! suce-le ! Tes doigts !!

Il remonte téter le clito, lui enfonce deux doigts dans son antre,, lui envoyant des ondes de plaisir dans le ventre. IL se rassasie du jus qui s'échappe de son sexe.

ELLE s'affole, toute proche de jouir.

- Ouiiiii !! Plus vite ! Je .....

ELLE se lance dans une série de sons de jouissance extrême Et tandis qu'ELLE plonge dans cet orgasme foudroyant avec de subtils mouvements des fesses, une dernière projection en avant, son bassin frémit.

Les gémissements s'amplifient, c'est un festival de sons modulés; ponctués de

Oui ! Oui !!

Et, ELLE part dans un autre monde où flambe quelque chose d'inouï : le Plaisir !! Il se loge à la fois dans son sexe, dans son cerveau, dans sa peau, dans son périnée par saccades; partout ! Après cet élan, cette ardeur dans la durée à la conquête du plaisir, ses organes reprennent leur aspect et leurs positions habituels.

S'ensuit une impression de détente, mais non de plénitude. Elle sait qu'ELLE n'en a pas fini.

ELLE s'allonge, les jambes serrées l'une contre l'autre. Et voici de nouveau cette fente qui cache le trésor qu'IL convoite. Le désir traverse son sexe, toujours en érection, avec l'esprit de conquête. Son périnée s'affole et transmet ses contractions à sa verge qui s'incline et se redresse, comme s'il jouissait à sec.

ELLE se rappelle de s'être livrée à son magicien. Voyant cette belle verge pointée sur ELLE, elle s'assoie, en tailleur, sur le canapé......... son sexe ouvert.

Quel spectacle !

IL la rejoint et lui fait face

Ils se touchent, et se livrent à leurs jeux favoris des caresses.

Les frissons qu'IL déclenche en elle sont un émerveillement mutuel. ELLE hume son odeur de mâle que les vêtements ont libéré.

IL la roule sur le ventre et s’active, par frôlements, sur son dos, ses reins, ses fesses, entre les cuisses; caresse son périnée et son étoile. IL la masturbe légèrement avant de la retourner.

Sa vulve, tout son corps sont honorés par sa langue agile. Ils sont entraînés dans un plaisir savouré. Ils sont dominés par une volupté recherchée, raffinée.

ELLE respire fort.

LUI, est patient.

IL la prend doucement. Tout part de son petit bouton rose, en contact avec sa hampe à LUI; le plaisir s'irradie vers le haut, s'éclate dans le pelvis.

Puis, une sensation de chaleur traverse tout son corps. Et, enfin, des contractions rythmées, involontaires du vagin lui raidissent le bassin, les fesses, les cuisses...

ELLE gémit, accompagne les mouvements, et aboutit plusieurs fois à un point culminant de plaisir intense, suivit d'une soudaine sensation de relaxe, accompagnée d'un sentiment de satisfaction, de plénitude, lorsqu'IL s'épanche en ELLE, en manifestant son plaisir bruyamment.

En une nuit, tout redevient juste, tout rentre dans l'ordre:

- les vêtements en désordre, l’odeur des corps brillant de mouille et de transpiration, sexes se faisant la fête......



Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2016 - Tous Droits Réservés