ISA ET THEOPHILE

par THEO




Rien de tel qu’un regard rempli de désir pour me donner des idées coquines. C’est que ses yeux pétillent, à Théophile, sa main dans la mienne, moi l’attirant tout sourire, vers ma chambre. Si c’est possible, je ne fais pas de chichis, j’ai passé l’âge pour cela, mais des fois, il y en a qui s’offusquent et je ne suis pas du genre contrariante, alors je respecte chacun selon ce qu’il est.

Sitôt la porte refermée, je lui désigne le petit fauteuil où il prend le temps de s’installer confortablement. Lui si bavard tout à l’heure, il n’ose plus dire un mot, le pauvre. Tous pareils les hommes, des grands timides au fond. Mais j’ai mon idée pour lui ôter sa timidité, foi d'Isabelle

Je me retourne vers lui et déboutonne tranquillement mon corsage. Sûr qu’il aurait fini par le faire, mais bon, c’est moi qui l’ai entraîné ici. Les yeux grand ouverts, il regarde, ça oui, il n’en perd pas une miette. J’y vais donc très lentement, pour faire durer le plaisir. Il a de la chance, il doit bien y avoir une quinzaine de boutons, juste pour lui tout ça. Là, je sais qu’il commence à reluquer mon soutien-gorge. C’est un beau modèle blanc avec de la dentelle là où il faut et un petit nœud rouge juste au milieu pour attirer l’œil, que m’a offert mon mari.

Pas très remuant, Théophile enfin, du moment qu’il apprécie le spectacle. Et à voir sa bouche ouverte, je crois qu’il en baverait s’il penchait un peu trop la tête. Ça me donne des idées, je garde ça pour tout à l’heure. Je termine de défaire le dernier bouton un peu rebelle. J’hésite à tout enlever maintenant, mais bon maintenant ou plus tard, ce serait fait, allons-y pour l’enlever. Je dépose le corsage devenu inutile sur la table près du fauteuil. Et là, surprise, ne voilà-t-il pas que ce coquin de, Théo s’en empare et le porte à son nez, à sa bouche, je ne sais pas trop s’il veut sentir ou goûter. Il a de bonnes prédispositions, je crois qu’on va bien s’amuser tous les deux.

Je m’approche de lui à petits pas. Il me regarde sans sourire, pas avec sa bouche en tout cas, parce que ses yeux marrons, c’est deux soleils ambulants. Et qui vous dévisagent rapidement avec ça. Il a tout noté, mon ventre avec ses bourrelets, le cou un peu desséché, les épaules encore rondes et surtout, ça j’en suis certaine, mes tétons qui pointent à travers le tissu satiné blanc.

Je lui reprends le corsage pour le remettre sur la table. Je place ensuite ses mains sur mes seins, comme pour lui donner la permission d’aller plus loin, d’explorer. Mais il le sait qu’il peut me toucher, c’est juste moi qui suis impatiente. Il sait y faire, il pétrit mes deux seins encore assez fermes. Et ça y est, je gémis, mes bouts sensibles aux roulements de ses doigts à travers mon soutien-gorge. C’est comme s’il savait exactement ce que je veux.

Pour ne pas être la seule à être dépoitraillée, je lui enlève sa chemise, les boutons sont faciles. C’est mignon, il a une bande de poils qui coupe son torse en deux. Je passe la main pour le caresser, je frôle les poils gris blanc, un peu rêches, je descends lentement jusqu’à la ceinture. Lui n’a pas arrêté de me peloter doucement la poitrine pendant tout ce temps. Je l’attire vers le lit et ne rechigne pas, heureusement quand même. Mes jambes butent sur le bord du lit et là, il me soulève de terre et me dépose comme une plume sur la couette. Il cachait bien son jeu ; je ne lui voyais pas cette force.

Il grimpe à son tour sur le lit, écarte rapidement les bonnets de mon soutien-gorge et se jette sur mes seins. Je lui facilite la chose en le dégrafant et en le jetant plus loin sur le lit. Il lèche mes tétons, mes seins en entier, pas trop fort d’abord, c’est bon, puis il les mordille, c’est trop bon, puis de plus en plus fort, jusqu’à ce que je crie parce qu’il me fait mal. Il sait maintenant exactement où se situe ma limite et il en joue. Je gémis et crie de plus en plus, il me fait un effet extraordinaire. Personne ne m’a jamais aussi bien pétrie, léchée, aspirée, croquée, pressée, étirée. Le plaisir des femmes, il connaît.

Il n’est pas question que je me laisse avoir aussi facilement qu’une gamine de vingt ans. Un coup de reins vigoureux et je me retrouve hors de ses mains et de sa bouche avide. Il semble pas mal excité. Je m’attaque à son pantalon et mes petits doigts ont vite raison de sa ceinture et de sa braguette. Je tire un peu et je réussis à le baisser sur ses fesses. J’ai une belle vue sur son boxer, avec des motifs colorés dessus. Je suis gâtée.

Il n’est pas vraiment actif, il se laisse faire, avec juste ses yeux qui me suivent partout. Je glisse la main dans son boxer, en le regardant et en souriant. J’attrape son membre encore flasque. Mais j’aime bien toucher, alors je ne me prive pas. Et comme j’aime ça, le goût des hommes, je me penche pour le mettre dans ma bouche. Je m’arrange pour qu’il voit toujours mes seins qui se balancent.

Difficile à dire si mon manège l’excite ou pas. Il ne bande pas, mais aussi il ne parle pas trop. Mais comme il a recommencé à s’occuper de mes seins, je me dis que ça doit être agréable pour lui. Il goûte bon, mon Théo....., un mélange de savon et d’homme viril. Avec un peu d’effort, j’arrive à mettre en entier dans ma bouche son sexe. Il faut dire aussi que c’est plus facile quand c’est au repos. Je suis récompensée par un gémissement très explicite. C’est clair, il adore se faire lécher tout partout. J’aspire tout ce que je peux, j’essaie de le faire gonfler entre mes joues, j’y mets du cœur et mes mains ne restent pas au repos, je caresse tout ce qui est accessible. Pas grand chose, c’est vrai, avec ce pantalon à moitié descendu.

On se facilite les choses en décidant que les vêtements sont de trop. Son pantalon y passe, avec son boxer. Ma jupe ne survit pas longtemps et ma culotte… Il pose la main dessus et ne veut pas que je l’enlève. Il se penche et me mange littéralement le sexe par-dessus le tissu fin et soyeux. Rapidement, je suis trempée, de sa salive plus que de ma mouille, je dois bien l’avouer. Parce que malgré tout ça, le petit animal en moi ne s’est pas encore assez réveillé pour m’humidifier.

Il aspire mon petit bouton à travers la culotte. C’est trop bon. Il fait de grands bruits de succions, comme s’il voulait que mon clito passe au travers. C’est incroyablement érotique. Je me laisse aller complètement sur le lit, dans une position confortable. Il s’installe pour durer longtemps et, très consciencieusement…

Les doigts de mon cher Théo se faufilent doucement sous le tissu, à la recherche de ma fente. Il faut dire que je ne déteste pas et je lui laisse savoir avec des gémissements très éloquents. À peine trouvée il prend son temps, parcourt mes lèvres en reconnaissance aveugle, taquine mon bouton, effleure l’entrée de mon vagin, s’aventure loin en bas, n’en finit plus d’attiser le désir.

C’est le moment que je choisis pour me redresser et l’embrasser sur la bouche, un vrai baiser, sensuel, avec la langue, quelque chose d’engageant, pas juste du sexe. Il le sent et me serre contre lui, dans un geste de tendresse que je lui rends bien. Et puis il embrasse divinement.

Avec un sourire, il se penche et me retire enfin ma culotte. Il la respire, la goûte, c’est le goût de ma féminité qu’il retrouve, sans doute Sans hésiter, je prends ma culotte et j’entoure son membre avec et je le frotte Des gémissements se font rapidement entendre et il me semble sentir une certaine fermeté sous ma main. C’est très bon signe tout ça.

Théophile silencieux prononce ses premières paroles depuis son entrée dans la chambre :

-Isabelle, caresse-toi, je veux te regarder

Je n’ai rien à répondre, juste un petit rire et je me mets en position, adossée sur les oreillers. Il conserve ma culotte et se masturbe avec. Je le regarde faire quelques secondes, puis je me concentre sur mon sexe. Je le connais par cœur depuis des années, mais avec le temps, elle se fait capricieuse. Elle me demande plus d’attention avant de daigner être réceptive. Aujourd’hui, au moins, elle a bénéficié d’un petit traitement de faveur en avant-goût. Mon index part à la recherche de mon humidité, profondément enfouie, la salive aidant au passage. Je peux ensuite caresser tant que je veux mon petit bouton qui ne demande que ça. Et de le faire devant lui, c’est encore meilleur.

Mon index tourne et retourne, fouille, presse, humecte, taquine, mon sexe au complet réagit et s’ouvre enfin, luisant de plaisir. Je gémis au rythme de ma main, ma respiration s’accélère, mon corps se contracte par vagues, envahi par un plaisir mille fois renouvelé, mais toujours aussi bon. Je me sens partir, observée, je vois que maintenant Théo..... tient son sexe directement dans sa main et, ma foi, c’est une bandaison plus que raisonnable que j’aperçois. La pensée d’être bientôt pénétrée m’excite encore plus. Les sensations de plaisir se font plus pressantes, je ne contrôle plus grand chose.

-Vas moins vite, caresse-toi plus lentement, s’il te plait.

Je gémis de frustration alors que ma main va de moins en moins vite, comme si elle ne répondait plus à ma volonté, mais à celle de mon amant. Lentement, trop lentement, mon doigt passe et repasse sur mon petit clitoris tendu de plaisir, sur ma chatte qui déborde de mouille. À chaque passage, je m’enfonce un peu plus dans le plaisir que cela me procure.

De son côté, Théo..... grogne de plaisir à me regarder et à se caresser. Personne ne lui dit de ralentir, lui. Ce n’est pas juste !
Une nouvelle fois, je sens la vague déferlante qui arrive à toute allure, mon cœur bat à tout rompre, ma main s’active de plus en plus vite, tout mon corps réclame son dû. Je crie, avec ma tête qui chavire d’un côté puis de l’autre.

- Plus lentement, il faut aller lentement...

Un nouvel ordre qui s’empare de ma volonté et me fait ralentir malgré moi. Je cherche son regard, je croise ses yeux, je le supplie, muette, de me laisser terminer. Il en a décidé autrement.

Mon amant se positionne face à moi, à genoux entre mes cuisses largement ouvertes, le sexe vers l’entrée de ma fente. Il enlève doucement ma main pour libérer ma chatte poisseuse et ouverte, qui s’offre insolemment à lui, qui réclame d’être remplie. Je le désire. Son sexe frôle le mien. Il se frotte le long de mes lèvres, en s’excitant et en m’agaçant à la fois. Je le réclame à coups de reins vers lui, il le sait et il fait durer l’attente. Il prolonge un peu le contact de son gland si doux avec mon bouton. Une pression qui me mène vers une jouissance inévitable cette fois.

Excellent amant, il a su attendre le moment parfait, le début de mon explosion, pour enfin me pénétrer. Le plaisir en est décuplé. Les vagues de jouissance s’emparent de tout mon corps. Des contractions se concentrent dans mon sexe et il doit les sentir sur son membre. Son sexe devient de plus en plus gros à l’intérieur de moi. Je ne contrôle plus rien, je me laisse aller en criant tout mon plaisir. Il se penche vers moi et noie le tout dans un baiser torride, ce qui amplifie encore plus l’émotion du moment.

Je sens qu’il vibre en moi, au rythme de mes cris, au rythme de mon plaisir. Puis, il trouve son propre rythme. Je suis sur la vague descendante et pendant ce temps il trouve son chemin, il prolonge ses mouvements et, je retrouve le plaisir d’avoir en moi sa verge, tantôt immobile, tantôt mobile, le plaisir d’être frottée par elle qui caresse si bien mes muqueuses, elle qui dilate si bien mon vagin, qui bute si bien sur mes plots érogènes.

Toute cette promenade dans mon ventre c’est du plaisir sans fin et du plaisir tendre, qui transmet sa chaleur et son magnétisme. Mon désir monte progressivement comme une marée. Théo..... le sent, il accélère sont rythme, va jusqu’au fond. Je suis de nouveau au bord de l’explosion. Soudain, le plaisir le plus intense de ma vie éclate, il fuse de mon sexe, mon bassin va à l’encontre de la verge, mon clitoris frottant sur le membre s’accompagne de contractions musculaires, je hurle, je crie, tout mon corps s’embrase et je perds le contact avec la réalité, pour engendrer un état de conscience où tout est plein, large, léger, heureux, aimant.

Revenue à moi, Théo atteint le sommet de sa propre vague. Ses beaux yeux se révulsent et il se vide en moi en gémissant mon prénom. Je le regarde dans son plaisir et c’est magique. Un instant unique où le temps est suspendu.

J’attends qu’il reprenne contact avec la réalité et je le regarde intensément. Il me rend mon regard et me remercie du moment merveilleux qu’il vient de passer. Je crois qu'il vient de découvrir que mon vagin a une vie propre et se meut comme une anémone marine, dans sa mer intérieure ancrée, qui s'ouvre et se ferme comme un cœur, qui se contracte et se dilate Je profite de l’instant présent, car personne ne peut dire quand un autre moment comme celui-là se représentera.

Isabelle et Théophile, une histoire qui commence bien tard, mais la vie est longue, alors tout peut encore arriver. Il suffit d’oser vivre. Et de tromper son mari avec son père.

-Je ne peux pas te quitter sans quelques baisers à ta vulve encore ouverte. Et mes lèvres mouillées de ta sève tu aimeras les sucer avec tes autres deux lèvres.

A bientôt ma divine Isa...

Théo



Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2016 - Tous Droits Réservés