L'INFIRMIERE

par TABE





Il y a des années de cela, Bruno était entré dans une clinique pour une opération chirurgicale bénigne. Son médecin traitant se trouvait être son ami, et aussi l’ami du chirurgien, dans cette clinique, qui est devenue un lieu de bonheur pour Bruno, à cette époque là.

Il avait 42 ans et vivait à Rennes. Il était arrivé le matin dans cette clinique, la veille de son intervention.

Il était seul dans cette chambre à un lit et devait rester quatre jours prévus par son ami, le médecin consultant.

On lui avait fait un électrocardiogramme et une prise de sang. Comme il dormait nu chez lui, il a dû rester en boxer et tee-shirt. Le soir, il avait pris une douche avec un produit pour la stérilisation de tout le corps, ainsi que le lendemain matin pour l'opération.

Cette première nuit, il eut une infirmière différente de celle de journée. Elle avait une quarantaine d’année. Belle a son goût, très sexy et sensuelle, avec des cheveux marrons ondulés « nature » qui lui arrivaient aux épaules ( pendant son service elle les cachait avec un bandeau blanc). Elle avait une voie douce et rassurante.

On lui avait donné - à sa demande - un comprimé pour l'aider à s'endormir.

Il faisait très chaud dans la chambre et il s’était couvert uniquement d'un drap. Il fut réveillé lorsque l’infirmière lui prit le bras le long de son corps pour installer son appareil de prise de tension.

Lorsqu'elle replaça sa main sous le drap, Bruno sentit sa main monter le long de sa cuisse, ce qui provoqua un frémissement, et s'arrêta sur son boxer au niveau de son sexe. Avant de sortir, elle lui dit "Dormez bien, je repasserai vous voir".

Il dormit toute la nuit. Au petit matin, une aide soignante ouvrit le volet roulant, et le bruit le réveilla. Avant de se lever, couvert de son boxer, elle lui tendit une chemise blanche longue qu’il devait mettre après sa douche, rien en dessous. Il se levait et prit sa douche, pendant qu'elle refaisait son lit.

En ôtant son boxer, il aperçut une grosse tache séchée à l’intérieur. Il se rendit compte qu'il s'agissait de sperme. Il fut étonné d'avoir fait un rêve érotique pendant son sommeil. Une fois sorti de cette douche avec l'unique chemise blanche enfilée par devant en guise de cache-corps, il avait les fesses à l'air libre. Un brancardier l’attendait pour l’emmener directement au bloc opératoire.

Après l’opération qui consistait à lui faire trois trous dans le genou gauche pour vérifier l’articulation, il resta endormi jusqu'à onze heures. L'infirmière de jour lui retira la perfusion et une demi-heure après on lui porta un bol de bouillon. L’après-midi il reçu la visite de son épouse. Lorsqu’elle partit vers 18 h, on lui donna un repas plus consistant. Bruno demanda à la jeune fille s’il pouvait avoir le cachet pour dormir, elle lui dit qu'il faudrait en parler à l'infirmière de nuit qui arriverait vers 20 h.

Il était impatient de retrouver cette infirmière de la veille. Il fut déçu de voir que ce n’était pas elle qui prenait le service de nuit. Elle lui donna son comprimé.

Le lendemain soir, il l’a reconnue de suite, lorsqu'elle fit sa tournée Elle lui fit un sourire et lui demanda si tout s'était bien passé. Bruno lui répondit que oui, tout en gardant son sourire.

Elle prit donc sa tension et avant qu'elle ne reparte, il lui demanda le comprimé pour dormir. Elle lui rapporta aussitôt et lui dit - toujours avec son sourire - que je ne devais pas m'inquiéter, car elle passerait souvent le voir durant la nuit. En voyant briller ses yeux, il se douta de quelque chose.

Il la regarda repartir, habillée d'un pantalon blanc et de son haut qui lui recouvrait ses belles fesses. Elle laissa la porte légèrement entrebâillée. En se retournant, elle lui fit un sourire et le cachet dans l'un des tiroirs de la commode.

Je restais éveillé cette nuit en attendant sa ronde. Ainsi vers une heure du matin environ, elle pénétra sans bruit dans la chambre et ferma la porte, Puis, elle approcha de mon lit, chercha ma main sous le drap. Je l'avais mise exprès vers mon sexe. Je fis semblant de dormir, et je bandais. Elle prit ma verge dans sa main, elle comprit que je ne dormais pas. Sans dire un mot, elle retira le drap jusqu'aux genoux et prit ma main pour la placer dans sa vulve bien mouillée. Je compris qu’elle avait enlevé son pantalon et quelle n’avait pas de culotte.

Elle s'occupa de ma verge en la suçant. Mon pouce fit de petits cercles sur ses grosses lèvres vaginales puis sur son bouton érigé. A un moment donné, elle arrêta ses caresses et gémit doucement, elle venait de jouir Elle me suça alors jusqu'a l'éjaculation, et elle avala toute ma semence. Puis elle partit.

Avec le cachet, je m'endormis immédiatement. Et au petit matin, j’ai trouvé son slip dans mon lit et, je sus qu’elle venait me voir, la nuit.

Je ne l'ai plus jamais revue, durant mon séjour, à l'hôpital. Ni plus tard...


OOOOOOOOO



Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2016 - Tous Droits Réservés