POURQUOI ELLE ET LUI ?

par Theo





ELLE a évolué " partiellement, " alors que LUI, ne s'est encore pas " adapté. "

Les femmes ont beaucoup évolué dans la période récente. Mais elles se sont engagées dans un processus qui n'est pas prêt d'être fini. Elles sont prises dans un grand tourbillon. En vingt ans, l'évolution de la femme l'a porté à la hauteur de l'homme dans quelques domaines. Les hommes ont du mal à admettre cet état parce qu'ils ont l'impression d'être à la botte des femmes et de ne pas être capables d'évoluer dans le bon sens. Ils ont beaucoup de mal à comprendre qu'il y a des traits qui sont propres aux femmes et d'autres qui leur sont propres.

La Femme cherche une libération totale et se dirige vers une société plus féministe, mais l'homme ne semble pas prêt à ça, ni la société d'ailleurs, qui fabrique toujours la division des sexes et définit des catégories imposées. Quel que soit le contenu, elle sert encore trop souvent l'homme au détriment de la femme. Il faudrait donc mener le combat de l'égalité, mais il ne s'agirait pas, pour autant, pour les femmes de s'aligner sur les valeurs masculines. Il ne faudrait pas non plus figer les femmes et les hommes dans une définition spécifique.

L'égalité pourrait alors être pensée en relation avec la reconnaissance des différences. Sur le plan politique, il est aberrant d'imposer l'égalité à force de loi. C'est du racolage légiféré. On sait bien que dans ce domaine les hommes se réserveront les postes les plus importants.

Pourquoi nos dirigeants ne se sont pas attaqués aux discriminations salariales dont les femmes sont victimes ? Aux violences qu'elles subissent dans la société ou au foyer, aux inégalités familiales ? Les femmes insistent, avec raison, sur certain nombre de caractéristiques qui leur sont propres et les distinguent des hommes. La première réside dans leur capacité de procréer, et mettent en avant la joie de la maternité, éléments essentiels de leur identité. La possibilité de donner la vie est une réalité qui les différencie des hommes. Serait-ce l'objet d'une jalousie inconsciente de la part des hommes, dont le rôle consiste à donner quelques millions de spermatozoïdes ?

La tension entre famille et métier, empêche les femmes d'être totalement disponibles pour le travail qu'elles font bien et avec scrupule. C'est un trait qui les distingue profondément des hommes. Elles ont un sens plus aigu des responsabilités. Elles ont le sens de trouver des solutions aux coups durs qui ne manquent pas de s'abattre sur elles et leur entourage. Cette capacité prendrait sa source dans l'habitude de la souffrance rencontrée dans les indispositions mensuelles, et dans l'accouchement, aussi dans l'idée qu 'elles pourraient être seules à élever leurs enfants, si leur compagnon venait à les quitter, ce qui est le cas de millions de femmes.

Les hommes sont souvent effrayés, perturbés par ces femmes qui parviennent à tout faire, et bien. S'ajouterait à cette peur, la comparaison que ces femmes libérées pourraient faire entre leurs performances sexuelles et celles de leurs prédécesseurs. C'est probablement une des grandes angoisses des hommes, d'autant plus forte qu'ils n'osent pas en parler. Les femmes conscientes de leur force et de la vulnérabilité des hommes doivent ruser pour ménager la susceptibilité des prouesses amoureuses de leurs compagnons.

Finalement, pour nos compagnes, il ne s'agit pas de devenir " un homme ", d'imiter le monde masculin souvent synonyme de violence, goût de la domination, et d'égoïsme. Elles commencent à secouer le joug de dominées. Elles ont abandonné la mentalité d'esclaves, et revendiquent, à juste titre, une certaine liberté, tout en redoutant que cela effraie les hommes.

Elisabeth Badinter a écrit :

" L'un est l'autre, la ressemblance des excès est devenue telle qu'elle aboutit à l'éradication du désir, à ce que les amants soient frères "

Je pense que les femmes ne sont pas de cet avis, elles se sentent différentes des hommes, elles veulent être considérées comme telles, et respectées. Je crois qu'elles sont plutôt d'accord avec Odette Thibault qui a écrit dans les années 70 :

" On peut fort bien reconnaître les véritables spécificités de chaque sexe sans pour autant admettre que ces différences conduisent automatiquement à l'inégalité et à la discrimination des statuts et des rôles "

Passer de la notion " différence " à celle " d'inégalité " peut aboutir à une forme de racisme sexuel. Supposons que toute inégalité soit abolie, pour savoir s'il existe des différences irréductibles entre les hommes et les femmes. Dans ce cas elles entreraient en compétition avec les hommes dans tous les domaines, en abandonnant leur vie privée. De plus, il faudrait que les femmes emploient les mêmes principes que les hommes, c'est à dire : la violence, l'égoïsme, la hargne du pouvoir avec tout que cela comporte.

Il n'y aurait presque plus de vie de couple, plus de solitude, une pratique débridée de la sexualité, une baisse générale des sentiments. L'adversaire serait d'abord l'homme et à terme les autres femmes. Il y aurait peu d'enfants ; la vie privée réduite en peau de chagrin, au profit d'une vie professionnelle. La catastrophe serait inévitable.

Il existe une autre perspective dans laquelle les hommes s'aligneraient sur le modèle féminin, en faisant un grand pas en direction des femmes et des valeurs naturelles qu'elles représentent. La vie serait, du coup, plus communicative, la vie privée plus valorisée, au profit de l'emprise professionnelle débridée.

Les hommes viendraient sur le terrain des femmes, en donnant moins d'importance à la compétition, en participant d'avantage à la vie privée qui pourrait être plus solidaire. On atteindrait ainsi à un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et privée, privilégiant la parité des divers rôles requis par la vie en société : parité économique, culturelle et politique, sans dictat d'une loi votée par une chambre des députés à dominance masculine écrasante.

Les hommes seraient plus souvent à la maison, tandis que de nombreuses femmes partageraient avec eux des postes importants requérant des qualités humaines plus accessibles aux femmes.

Donc, nous devons admettre que la Nature a fait deux êtres semblables mais différents pour qu'ils puissent se compléter et non que l'un des groupes soit servi au détriment de l'autre.



Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2016 - Tous Droits Réservés