DEBOUT DEVANT LA PORTE

par TABE





J’attends patiemment que la porte s’ouvre, un peu ennuyée de déranger mon kiné à une heure tardive …

Arrivée avec des documents importants à ma séance de kiné hebdomadaire, je suis malencontreusement repartie sans… Un coup de téléphone plus tard, me voici à nouveau au cabinet, venue récupérer mon précieux bien!

La porte s’ouvre et René, avec un grand sourire, me fait signe de le suivre. Quel homme charmant… J’ai choisi mon kiné au hasard de l’annuaire, dans un moment où mon dos me faisait atrocement souffrir. Il m’a rapidement soulagée et mes séances avec lui sont toujours un moment de détente et de bien-être.

Plutôt bel homme, la quarantaine, cheveux châtains coupés court, yeux verts, et un corps athlétique témoin d’une pratique régulière de la natation. Son charisme, son calme, ajoutent à son pouvoir de séduction. A 28 ans. Je suis contente d’apprécier les moments passés en sa compagnie. Au cours de nos séances, je dissimule le trouble qu’il crée en moi lorsque ses doigts effleurent certaines parties de mon corps.

Un jour, il me complimente sur mon corps musclé et j’apprécie innocemment. Quelques rêves moins prudes viennent égayer mes nuits pour le plus grand bonheur de mon sexe. …

« Je suis désolée de vous déranger à cette heure, je suis vraiment étourdie »
« Pas de problème, je reste souvent assez tard à mon cabinet.

Gênée, je me détourne et cherche du regard l’objet de ma visite.

« Vos documents sont là. Savez-vous que vous êtes réellement charmante ? C’est un véritable plaisir de vous avoir en soins, chaque semaine ! »

J’aimerai lui dire que, moi aussi, je le trouve charmant, mais mon éducation me suggère de mettre un terme rapide à cette conversation. Je prends mes documents, et sous le coup de l’émotion, j’en fais glisser la moitié au sol…

« Ne soyez pas gênée. »

Il s’agenouille près de moi pour m’aider à ramasser les feuilles éparses. Je sens qu’il devine mon trouble. Sa voix se fait suave…

« Il me semble que je peux vous apporter plus de bien-être que d’habitude. Il s’agit d’une prolongation de ma contribution à votre rétablissement. »
« Je peux pas… »
« Mais vous le voulez, tout comme moi ! »

Brusquement, je me relève pour partir. Il en fait de même et je me retrouve face à lui, me jugeant sans aucune volonté pour refuser ses avances… Ses lèvres viennent se coller aux miennes. Je sais à ce moment-là que je suis sous son emprise, toute résistance s’envole…

« Laissez-vous aller, je m’occupe de tout », me murmure-t-il à l’oreille.

Ses mains sur mon corps, leur chaleur, leur douceur… Et ses lèvres qui m’explorent et me goûtent… Je suis totalement offerte, perdue dans les bienfaits de ses caresses. J’oublie le monde qui nous entoure.

Lentement, il entreprend de dévêtir mon corps, mais la façon dont il l’appréhende n’a plus rien de professionnel. Les gestes sont sensuels et orientés.

Mes soupirs trahissent mon envie, il le sent bien. La confiance que j’ai en lui, abandonnée à ses caresses. Mon soutien-gorge ne résiste pas longtemps à ses doigts experts.

Il contemple mes seins menus et ses mains prennent doucement possession de mes deux globes, jusqu’alors secrète pour lui. Il m’étreint et un baiser profond trahit son envie. Ma réponse sans équivoque l’encourage à continuer plus avant son exploration. Sa main, s’attarde sur mes reins, puis franchit la mince barrière de mon slip en dentelle pour venir à la découverte de mes fesses. Ce contact fait monter en moi un désir puissant.

M’allongeant sur la table de manipulation, il soulève mes jambes et fait glisser mon slip. Mon intimité ainsi offerte ne fait qu’ajouter à mon désir. Ses doigts apprécient d’abord la douceur de mon sexe fraîchement épilé, puis lentement prennent possession de mon intimité.

il maîtrise bien son sujet et je sens que je pourrais facilement jouir sous ses doigts qui excitent si merveilleusement mon clitoris. Mais abandonnant mon sexe, il revient sur mon corps, s’attarde sur mes seins, mes fesses, faisant monter en moi un désir brûlant.

Ses mains sur mon corps, ses doigts dans mon sexe, sur mon anus, son sexe dans ma bouche…Je jouis dans un soupir tandis que je reçois sa semence sur mon visage.

Sa langue, tout aussi experte que ses doigts, s’amuse avec mon clitoris, son érection naissante me pénètre. Le désir revient, je le veux en moi et René le devine.

Il se met entre mes jambes, il commence un doux va-et-vient de son sexe contre mes lèvres intimes tandis que ses doigts me pénètrent profondément. Son sexe, qui a retrouvé toute son arrogance, arrive enfin à l’entrée de mon vagin. Il me pénètre lentement tandis que j’apprécie chaque centimètre qu’il introduit en moi.

Pendant quelques minutes, il me laisse jouir du plaisir de cette pénétration. Puis il se retire et, m’obligeant à me retourner, vient se positionner dans mon dos.

Pendant que sa main droite excite mon clitoris, sa main gauche vient au contact de mon anus. Il a senti mon hésitation, il prend son temps, lubrifie, pénètre un doigt, le ressort, masse lentement.

Mon excitation monte et l’humidité de mon sexe ne la dément pas. Me sentant prête, mon amant vient positionner son sexe sur mon entrée vaginale et commence sa pénétration. Lentement, je sens entrer le gland accompagné de plaisir immense. René ne bouge plus, il me caresse doucement. Lorsqu’il me sent détendue, il reprend sa progression.

C’est alors que commence la pénétration d’une intensité incroyable : l’excitation d’être ainsi offerte et soumise, une main qui caresse mon clitoris, une qui titille mes tétons, les caresses de mon amant sur mes fesses… Le point G stimulé. C’est une levrette allongée sur ventre, les pieds écartés et allongés sur l’étrier. L’orgasme est puissant et me laisse sans voix.

J’étais dans les étoiles dans cette déferlante de plaisir. Probablement puisque je me réveille allongée sur la table de manipulation de mon cher René, décemment recouverte d’une couverture. Mon amant assis à mes côtés me confie dans un soupir :

« Merci de ce cadeau. »

Tabe



Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2016 - Tous Droits Réservés