AIMER

par EROTICA51





Il ne reste de mon corps, qu'un peu de poussières, diluées dans l'air, que le vent a emporté, vers des contrées lointaines où personne ne peut les retrouver. Et pourtant, je ne t'ai toujours pas quitté. Je t'observe, le visage, soudain, attristé, tournant dans la maison comme une âme en peine, alors qu'avant, tu souriais. Tu ne me vois pas et pourtant, je reste présente, à tes cotés.

Tu m'as donnée tout ce qu'une femme pouvait rêver. La tendresse, la confiance, l'équilibre et l'Amour que seul un homme, digne d'aimer, pouvait me donner. Rappelle-toi toutes ces joies que nous avons partagées. Tous ces sourires complices que nous avons, si souvent, échangés.

Là où je suis, c'est un monde de douceur et de beauté où je sais, qu'un jour, tu viendras me retrouver. Ma silhouette est devenue fluide et éthérée. Mais rien ne change : Tu demeures, dans mon coeur, toujours présent, et si proche, dans mes pensées.

Peu connaissent ce rare bonheur que nous avons su, si longtemps, partager.

Ne pleure pas, Théo, mon corps a fini de souffrir et j'ai pu, en douceur, m'envoler. Je ne suis pas partie, toute seule, comme tant de gens, que j'ai vu disparaître, à jamais. Tu m'as aidée à ne pas avoir peur, en franchissant, cette allée de lumière où mon âme rassurée est allée. Jusqu'au bout, tu es resté auprès de moi puis le long sommeil enfin, s'est posé, me permettant de me reposer.

Je reste, par la pensée, dans ton coeur, pour tout cet amour et tendresse, que tu as su me donner. Chaque jour, je poserai ma joue, sur ton épaule, afin que tu saches que je suis toujours à tes cotés.

Tu as, auprès de toi, des amis sincères, sur qui tu peux compter et qui sauront t'épauler. N'aie pas peur du silence de la maison. Celui qui est réellement seul, c'est celui qui n'a pas su se faire aimer. Ouvre la fenêtre chaque matin et respire avec bonheur l'herbe mouillée des allées. Ecoute le chant des oiseaux pour te rappeler qu'une vie est faite pour aimer.

Au travers de tes silences, ma main se glisse sur ta joue, invisible, pour te consoler. Mon corps douloureux est devenu si léger. Je suis devenue un ange, qui demeure, fidèlement complice, à tes cotés parce que tu as su me prouver, la beauté du mot "AIMER".

Hommage à l'Epouse que j'ai tant aimée...



Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2016 - Tous Droits Réservés