PROMENADE AU PARC

Offert par Erotica51



Il y a des tas d'endroits où les femmes peuvent se faire aborder et draguer, dans une ville. Avec un peu de malice et d'observation, ce sera un jeu d'enfant, pour les garçons, de faire connaissance d'une femme, même si l'on est un peu timide.

Chaque fin d'après midi, je rentrais à la maison, faisant descendre ma chienne Elsa, pour l'emmener au parc, faire un jogging, en ma compagnie. C'était un magnifique colley, à la robe fauve, et aux longs poils fauves longs.

Quand elle courrait, elle donnait l'impression de filer comme le vent, gracieusement. C'était un véritable plaisir que de la regarder gambader, joyeusement, dans ce parc magnifique.

Elle était dotée, d'un esprit vif et d'une rare intelligence. Rien ne semblait lui échapper. Il suffisait que je mette mes baskets, pour comprendre, en jappant, que nous allions nous promener.

A trois cent mètres de chez moi, il y avait un superbe parc de loisirs, où je m'entraînais à courir, régulièrement.

Une jolie rivière artificielle serpentait le long de la berge et l'été, je pouvais photographier des tortues en train de se faire sécher au soleil.

Ce jour-là, l'eau devait être, délicieusement bonne car Elsa refusa d'en sortir, pataugeant dans l'eau, avec un plaisir évident, baissant les oreilles, faisant celle qui n'entendait rien.


Il faisait une chaleur torride. J'avais beau prendre une voix caressante ou impérative, rien n'y faisait. Elle refusait tout bonnement de sortir de l'eau, en me narguant. J'étais plongée dans mes réflexions, me demandant comment l'attirer sans devoir aller dans l'eau moi aussi, quand une voix me fit sursauter :

- Est-ce votre chienne qui vous rend, si soucieuse ?

- Oui, l'eau doit être bien agréable et elle refuse d'en sortir !

- Elle est superbe. Comment s'appelle-t-elle, me demanda l'homme, aimablement

- Elsa ! Ai-je répondu, spontanément, me demandant comment il arriverait à trouver une solution.

- Aidez-moi à dénicher quelques bouts de bâton ! me dit-il


Au bout de quelques minutes, grâce aux nombreux arbres, poussant dans le parc, nous avions de quoi attirer son attention. La mâtine, tout en s'ébrouant, joyeusement, nous observait du coin de l'œil, avec attention.

L'homme se présenta, courtoisement: François. Il fit mine de s'approcher un peu trop près de moi. Vigilante, Elsa lui lança un bref jappement d'avertissement. Il parut comprendre le message et se tint à distance, paraissant craindre de la voir surgir, brusquement.

Il retira ses chaussures, retroussa les pattes de son jean, puis entra dans l'eau, calmement, tenant dans chaque main, deux bâtons. Elsa l'observait, à nouveau, tous les sens en alerte. Il l'appela doucement par son nom, captant son attention puis d'un geste rapide, fit mine de jeter un premier morceau de bois, dans l'eau.


C'était bien mal connaître la mâtine. Elle connaissait ce stratagème depuis bien trop longtemps, l'ayant pratiqué maintes fois, avec sa jeune maîtresse.

Il l'observa, à son tour, attentivement. Puis, d'un geste rapide, envoya dans l'eau un premier bâton. Elle bondit dessus, refermant ses crocs dessus puis s'approchant du bord, me le jeta à mes pieds!

Ce geste le fit rire. Patience ! murmura-t-il. Peu à peu, Elsa s'habitua à lui, jouant avec ses nombreux morceaux de bois, qu'enfin, elle lui apporta, en jappant joyeusement. Tout doucement, il se mit à la flatter, lui caressant le cou comme elle aimait, lui parlant à voix basse. La maligne se laissait enfin apprivoiser mais refusait de sortir de l'eau.

- Faisons mine de nous en aller, me dit François, elle sera bien obligée de sortir de l’eau pour nous suivre…

- Allons-y ! Ai-je répondu en riant, à cet homme charmant


Plus je m'éloignais, plus j'entendais Elsa japper, comme pour attirer mon attention. Je n'osais me retourner pour ne pas lui dévoiler mes attentions. Bientôt, le chemin disparut derrière un épais bosquet, où nous nous cachâmes, en riant. Le lieu semblait particulièrement propice pour obtenir un baiser que je n'eus pas le courage de lui refuser.

Nous étions, agréablement occupés, à cet agréable passe temps, quand la mâtine arriva, en jappant d'impatience, nous obligeant à sortir du fourré, après s'être ébrouée copieusement tout en nous aspergeant de nombreuses gouttes d'eau


D'un commun accord, nous reprîmes la route, cette fois ci, tous les trois ensembles…Ainsi débuta notre première rencontre avec François, qui fut suivie par la suite, de bien d'autres...

12//02/2015

Erotica51



RETOUR




www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.04.2016. Tous Droits Réservés