.">

VOTRE VOIX DANS LA NUIT

Offert par Erotica51


Qui connaît le son d'une voix ? Qui en connaît les effets parfois magiques. J'aime certaines voix qui me font lever la tête ou me font sourire, tant elles sont troublantes de mystère. J'y décèle la richesse des êtres, leur profondeur parfois ou leurs mots que l'on tait, en silence.

J'ai crains, un instant, d'être déçue par votre voix. Serait-elle à l'image de vos mots ? Allais-je aimer les sons mystérieux qu'elle allait dévoiler ? Je me sentais ébranlée de me confier, si vite, sans même vous connaître. Quand j'ai décroché, j'ai souri, rassurée. Votre voix était belle et vibrante de désir, à l'image de l'homme que j'avais imaginé.

Je me suis assise, émue, pas encore prête, à toutes vos questions que je devinais, en instance. J'aimais votre rire, si spontané, qu'il me donnait envie de rire, en harmonie. Je devinais, parfois, derrière nos sujets de discussion, que vous aviez été, un jour, terriblement blessé. Il m'était impossible de vous interroger, sachant combien les larmes peuvent, à nouveau, se déchaîner, sans prévenir.

Il m'était doux, de vous entendre me parler, d'écouter votre souffle léger comme un tissu prêt à tomber. Vous deveniez si proche de moi, que j'en étais plus que troublée. Votre voix me caressait, m'enrobait, m'attirait et immobile, je n'osais plus bouger.

Des frissons me traversaient mais ce n'était pas de froid. Vous aviez réussi ce prodige de me faire chavirer. Votre voix prenait, par moment, des intonations profondes, tantôt rauques ou parfois tendres. Elle me berçait, m'enlevait puis doucement, me reposait, me laissant troublée, à mes réflexions.

Cette nuit fut pour nous deux un doux moment. Vous déclenchiez tant de pensées tumultueuses que j'en étais effrayée. Je savais qu'il me fallait raccrocher mais vous restiez, si près, si proche, que j'avais l'impression de rêver. Vous existiez et votre rire venait me réveiller de ce songe agréable dans lequel votre voix m'avait plongée.

Il existe tant d'hommes et de femmes dans ce monde qui n'oseront ne jamais se rencontrer. J'écoutais, bercée, murmurant comme si je craignais de voir votre voix disparaître. Ce fut une étrange nuit où vous m'avez accompagnée, m'incitant à me livrer, plus que je ne l'aurais pensé.

Persuasif, compréhensif, intuitif, vous avez su l'être, je m'en suis rendue compte.

Discret, vous respectiez mes silences, patiemment.

Vous perceviez mes émotions que j'en étais stupéfaite.

Je me suis allongée, gardant l'appareil à l'oreille, craignant de vous perdre.

Emerveillée, j'étais redevenue Alice au pays des merveilles et ce téléphone était devenu un merveilleux coquillage, dans lequel votre voix me charmait comme le chant des sirènes.

La nuit s'est écoulée, si vite, à vos cotés.

C'était un moment magnifique, entrecoupés de mes silences ou de ma voix enrouée par l'émotion, brusquement. Vous pressentiez mes pensées dans ma chambre. Il y avait, si longtemps, qu'un homme n'avait réussi à me troubler, à distance, que ma voix n'était plus qu'un chuchotement.

Au petit matin, nous nous sommes quittés à regret, brûlants déjà de se retrouver.

J'ai vu le jour se lever, étonnée, en raccrochant.

Votre voix continuait de chuchoter à mon oreille des mots troublants, que j'écoutais en rougissant. Je m'endormis tout en rêvant, vous livrant mes ultimes pensées, plus que jamais troublée.

2007



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés