.">

TENTATIVE DE VIOL ET DE MEURTRE IMPUNI

Offert par Erotica51



C'est par une belle journée d'août que j'ai décidé d'aller me promener pour cueillir des fleurs sauvages. J’ai 15 ans passés. Mon corps a changé. Ma silhouette est devenu celle d’une femme ; Il y a un petit chemin qui passe derrière le catéchisme. Des roses sauvages qui poussent à l'abandon depuis des années et pourtant, elles fleurissent régulièrement chaque été. Maman (ma nounou) adore les fleurs. J'ai décidé de lui en offrir un énorme bouquet.

Je porte un short, un peu serré aux cuisses et j'ai mis par dessus une longue juge tahitienne avec des tas de fleurs de toutes les couleurs. Déjà, à cet age, j'aime les couleurs vives. Je passe devant l'université puis bifurque dans le chemin en chantonnant.

Un vent léger s'est levé. On dirait que des papillons blancs ont décidé de me suivre. J'entends un bruit de scooter. Je tourne la tête : un jeune asiatique arrête son engin et me demande le nom d'une rue. Il lui tourne le dos. Je lui explique son chemin. D'un sourire il me remercie.

Je reprends mon chemin, cueillant mes premières fleurs. Le bruit du scooter semble se rapprocher alors qu'il devrait s'éloigner; Intriguée, je tourne la tête et vois soudain un homme sauter de son engin qui file dans l'herbe et me sauter dessus. Je ne sais plus si j'ai crié. Je suis trop stupéfaite.

Je me souviens que je me débats furieusement, essayant de le repousser. Bien que sportive, et me bagarre pour m'amuser avec mes cousins, mais là, j'ai du mal à repousser ce dingue. Ses gestes deviennent incorrects. Je sens sa main qui glisse sous ma jupe ; je me débats de plus belle; ses doigts essaient de s'introduire sous mon short... Je crie, pousse des hurlements stridents qui me percent les tympans, espérant que des étudiants de la fac interviendront. Je me défends bec et ongles, réalisant que je suis vraiment en danger. L'homme devient de plus en plus violent devant ma résistance.

Le garçon devient fou furieux: il pose ses mains sur ma gorge et tente de m'étrangler. Je commence à m'affaiblir, à manquer d'air aussi. Un voile passe sur mes yeux. Je relâche ma résistance. Je me dis que cet homme est en train de me tuer. Soudain, je me rappelle un conseil de mon père nourricier :si tu te fais agresser, tape le en plein milieu des jambes, m'a t-il un jour conseillé comme s'il avait pressenti le danger qui planait sur moi.

L'homme s'est redressé. A force de me débattre, et de la chaleur, ses doigts glissent; Il tente à nouveau de maintenir sa prise. "Maintenant!" ai-je pensé, désespérée. Mon genou vient de remonter brusquement, le faisant se plier en deux de douleur. Il tombe sur le coté en hurlant. J'en profite pour me relever et filer à toute vitesse, en criant à tue tête : Au secours ! Au secours! Au secours !

Devant la fac, il n'y a plus personne; tout le monde est rentré en cours. Je continue de courir de plus belle, l'air m'arrache les poumons mais je n'en ai cure. je dois vite me réfugier à la maison ou je serai à l'abri. J'entends un moteur de scooter...l'home est remonté dessus et me fonce dessus : Arrête! Arrête ! Me crie-t-il ! Je crois n'avoir jamais couru aussi vite de ma vie ! Je dois avoir l'air d'un garenne effrayé. Je bifurque dans les rues...heureusement, je connais le chemin, lui non...enfin me voici au coin de ma rue...plus que quelques pas...vite, le portillon ! Heureusement celui-ci est ouvert!

Je m'engouffre dans la cours, affolée, effrayée, voyant le type s'approcher...je referme le portail et m'engouffre dans la maison...Tout le monde me regarde d'un air stupéfait! j'ai oublié qu'il y a du monde le mercredi...Je fonce dans ma chambre, refusant de répondre à qui que ce soit...Je n'ose croire que je suis enfin sauvée... Je demanderai demain à Papa de me préparer un solide bâton !

J'ai pleuré des heures durant, trop secouée...Seule ma soeur a réussi enfin à me faire parler. Elle court informer ma nourrice qui monte aussitôt, catastrophée...Quand ses yeux se posent sur mon cou et mon visage tuméfié, elle retient un cri. le médecin de famille aussitôt est alerté. Un certificat médical exigé. Demain, nous irons porter plainte devant des policiers que cela fera rigoler ! Jamais aucune enquête n'a été faite ! Je me suis toujours demandée si cet homme avait recommencé depuis ? Une autre question plus grave me taraude l'esprit : a-t-il tué ???

Un jour, en allant en course, j'ai aperçu l'asiatique qui avait tenté de me violer et me tuer, au coin de ma rue. Il me guettait. Mon père adoptif est sorti, décidé à lui mettre une raclée. L'autre à détalé. Depuis j'ai appris à me défendre avec mes jeunes voisins et mes cousins et j'ai bien retenu leurs leçons : en cas de danger, utiliser tous les coups défendus mais efficaces apparemment !

Apprenez à vos filles à se défendre. Un jour, cela leur sauvera peut-être la vie, à elles aussi.

Parfois quand j'y repense, j'ai l'impression que c'était hier. A-t-il tué quelqu'un depuis ? Cette pensée m'obsède toujours ...



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés