.">

UNE LARME D'AMOUR

Offert par Erotica51



Depuis trop longtemps, mon cœur était vide, de ces gestes tendres que tu venais de m’offrir.

Comment oublier cette douceur dans laquelle tu m’as enveloppée comme une couverture aussi tendre qu’un nuage léger.

J’ai fermé les yeux, quant sur ma peau, tes doigts ont commencé à se promener, aussi légers qu’une aile de papillon venue me caresser.

Tes lèvres ont su trouver le chemin de mon cœur, m’embrassant doucement.

Tu remuais au plus profond de moi tant de douces émotions tout en les faisant remonter.

Ton regard semblait ne plus vouloir me quitter, cherchant à me transpercer, comme si tu cherchais à connaître mes plus secrètes pensées.

Ton corps s’est, de moi, peu à peu, rapproché.

J’ai frémi en sentant la douceur de tes doigts qui me dessinaient.

Tu découvrais la douceur émouvante de tenir, entre tes bras, une Femme enfin prête à t’aimer.

Tout était si doux, si tendre, entre nous, que je n’osais parler, me contentant de te contempler.

J'étais émerveillée par cet instant de tendresse qui nous bouleversait.

Je te laissais me découvrir, en silence, fermant les yeux pour mieux te savourer.

Il y avait, si longtemps, que je n’avais plus goûté à une telle douceur que j’en restais subjuguée.

Mon corps, lentement, s’abandonnait, s’alanguissait et semblait sous tes caresses se mettre à flotter.

Mon âme doucement s’envolait vers des sphères enchantées.

Un doux sourire de béatitude se mit à flotter sur mes traits.

Comment oser rompre un tel moment d’enchantement. Je ne le souhaitais pas plus que toi.

Tu voulais tout de moi, mon corps, mon âme, mes rêves, mes secrets.

Impossible de m’éloigner de toi.

Nos peaux semblaient affamées l’une de l’autre.

Nos mains dans la nuit se cherchaient, se fixant l’une contre l’autre, pour ne plus se quitter.

Nos lèvres se goûtaient, se frôlaient, s’abreuvaient à la source de cet amour qui éclosait comme une rose tendre.

Je t’ai aimé, cette nuit la, sans barrière ni question, entre nous, t’ouvrant mon cœur et mon âme, tendrement.

Je t’ai adoré avec passion, au milieu des caresses, dans le doux bruissement de la nuit et de tes bras, en m’étreignant.

Quand tes bras sont venus m’encercler, mes yeux éblouis ont laissé échapper une larme d’amour pour ces instants merveilleux que tu venais de m’offrir, si sensuellement.

OOOOO



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés