.">

UNE FLEUR DANS LA TEMPETE

Offert par Erotica51



La porte s'est refermée, sur Toi, définitivement.

Je n'ai rien dit, même pas pleuré, trop fière devant toi, sentant mon coeur et mon âme soudain exploser.

J'ai posé la main sur mon cœur, tentant de comprimer cette douleur en train de me broyer …

Combien de nuits, ai-je passé, les yeux grands ouverts, à comprimer mes craintes, mes peines, mes questions ?

La peur d'un autre monde d'où tu es devenu étranger, un monde sans Toi qu'il me faut à nouveau affronter.

Les yeux ouverts dans la nuit, j'ai laissé mes larmes s'écouler, sans bruit, en tentant de retrouver mon calme et mes esprits.

Tu es parti, m'imaginant forte alors que je tremble de frayeur, comme une feuille, secouée par un vent violent.

Replongée dans le passé, je cherche à me souvenir, de nos griefs, de nos rancoeurs et pourtant, je ne garde de nous que nos plus beaux souvenirs, qui remontent, en surface, doucement, refusant de mourir.

Tu es parti sans voir mes yeux agrandis de frayeur, sans entendre les battements désordonnés de mon coeur.

Sans même appréhender mes frayeurs, trop pressé de goûter un monde que tu t'imagines, bien plus attirant.

J'ai peur, peur de tant de choses, maintenant...

Peur de tous ces lendemains, sans ta main dans la mienne, sans ton regard rassurant.

J'ai peur d'affronter la Vie et ses colères, ses orages, et ses tourments.

Tu es parti, sans rien comprendre, aveuglé par tes mirages que tu croisais sur ta route, en me blessant.

Tu es parti, comme si une page venait de tourner, ne voyant même pas combien tu me laisses soudain bouleversée.

Tu pars et soudain, j'ai si mal, mal de te perdre, mal de ne pas avoir su t'aimer ni te comprendre.

Je pleure de ne pas avoir su te dire " Je t'aime " quand tu partais.

Mais je n'ai rien appris, n'étant encore qu'une jeune fille rêveuse qui t'admirais.

Que sait-on de l'Amour et de ses tourments, à 18 ans, si ce n'est qu'on a, la tête pleine de rêves éblouissants.

Pourtant, je t'aime, même si, à tes yeux, je ne suis encore qu'une enfant encore trop innocente.

Je t'aime, Toi, qui vient, soudain, de briser le plus beau de mes rêves.

Tu viens de t'en aller, poursuivant tes chimères, me laissant effrayée, comme une fleur emportée en pleine tempête...



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés