.">

UN ADIEU AU GOUT DE LARMES

Offert par Erotica51



Je viens de terminer ma correspondance. Un dernier regard dans ma bal, je sursaute: un message vient d'arriver. C'est un message de Toi. Intriguée, je ne peux m'empêcher de l'ouvrir, de l'imprimer, pour mieux le lire et l'apprécier. Je te lis, relis, indéfiniment comme pour mieux m'imprégner de tes pensées, de tes mots et en parcourant les lignes, et c'est comme si, soudain, tu étais, à nouveau, prés de moi, par la magie de tes mots. Tu décris si bien, ces derniers instants, passés ensembles, avec une telle intensité, que je me sens troublée….

Tu as su retracer, ce que je ressentais, bien que réfugiée dans la cuisine, cachant ma soudaine envie de pleurer, sachant que tu dois t'en aller. Impossible à te parler, tant ma gorge semblait nouée, brusquement. J'étais si mal que je n'osais lever les yeux pour te regarder, de peur de m'effondrer. Je sais pourtant que tu dois t'en partir. J'ai eu toute la nuit pour m'y préparer, refusant de laisser le sommeil m'emporter, voulant encore te regarder.

Quand tu m'as tendu les bras, allongé dans le canapé, j'ai hésité, à venir m'y réfugier, tant j'avais peur de me mettre à pleurer. Je te sens, toi aussi, brusquement, grave et attristé. Tu m'observes, l'air inquiet. J'essaie, d'un petit sourire, de te rassurer. C'est trop dur de te voir me quitter. Et pourtant, tu dois t'en retourner.

Ta lettre reste entre mes doigts, mes yeux savourent chaque mot, de toi. J'aime ta manière d'écrire. Elle vient du plus profond de toi et je ressens ton émotion, émue, en te lisant. Reste cet homme naturel, doux et tendre. Demeure ce garçon aimant et émouvant. C'est ainsi que tu m'as conquise, doucement, par cette délicatesse dans tes gestes, par la douceur de tes attentions, par tes émotions.

Aussi tendre, notre relation, soit-elle, elle m'apaise. Je suis heureuse grâce à toi. Un peu comme si je découvrais enfin tout ce qui a manqué à ma vie : ta douceur, ta tendresse, ton rire. Aujourd'hui, je sais combien notre relation est belle, saine, sincère, parce que l'un et l'autre avons choisi d'être sincères.

Tu as compris mon silence, ma tristesse, sans qu'un mot ne soit nécessaire. Blottie tendrement contre toi, tu as su me redonner ce courage qui me manquait, brusquement, pour affronter cet instant de se dire au revoir. Ce baiser avait le goût de mes larmes, que je retenais avec peine. Je sentais, sur moi, ton regard, si triste et c'était un réel moment de désespoir, que de se séparer. J'ai senti tes lèvres me dévorer, avec violence, puis plus tendrement, pour te faire pardonner. Nos yeux se sont croisés, l'instant était venu, de se lever, de t'habiller, de t'en retourner.

Dans la soirée, je t'ai accompagné, sur le pallier, te regardant partir. Tu t'es retourné, m'as regardée, souris puis sur un dernier baiser, tu t'en es allé. Sur toi, les portes de l'ascenseur se sont refermées. A cet instant, je me suis effondrée, laissant une petite larme s'écouler, impossible à retenir. Comme il est difficile de se quitter.

Mais, le lendemain, ta lettre m'est arrivée, véritable message d'amour et d'espoir et mon regard s'est, brusquement, illuminé.

Bientôt, tu reviendras. C'est à ce moment-là, que je me dois de penser et enfin sécher mes larmes.


Octobre 2002



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés