.">

PREMIER CHAGRIN D'AMOUR

Offert par Erotica51



Qui se souvient de son premier chagrin d'amour ? Le mien a pesé longtemps sur mon coeur et sur ma vie, pour de multiples raisons.

Etais-je consciente que j'aimais déjà ce jeune garçon qui habitait à coté de mes parents ? Autant j'étais impulsive et remuante, autant Alain était calme et réfléchi. Deux contraires parfaitement assortis pourtant, comme le Yin et le Yang...

Il avait des cheveux aussi doux que de la soie. Son beau regard sombre me faisait souvent imaginer qu'il voyait à travers moi. Nous nous asseyons sur les marches devant la porte d'entrée et discutions à bâtons rompus, régulièrement en mangeant notre goûter.

Quand ma conversation se faisait plus passionnée, Alain jouait distraitement sur un clavecin, déclenchant des sonorités d'une pureté rare qui résonnaient à mes oreilles, me détendant comme par miracle.

En fin d'après midi, rentrant de l'école, j'allais taper à la porte d'Alain. Personne ne me répondit, ce qui me surprit fort car, habituellement, Alain était toujours là à m'attendre, chaque jour. Je me souviens que ce soir là, contrariée et inquiète, je n'eus pas d'appétit. Mes parents adoptifs m'interdirent d'aller le soir retaper à la porte de chez lui. Je rongeais mon frein attendant le lendemain...

Le lendemain, je rentrais en courant de l'école. Maman me fit signe de rentrer de suite mais je lui dis :

- Je vais juste dire bonjour à Alain !
- Non, tu rentres tout de suite ! Me dit-elle d'un air grave. Elle avait bizarrement les yeux rougis.

Toute la semaine, ce fut ainsi. Le vendredi, je piquais une colère terrible ne comprenant pas que l'on m'empêche d'aller voir Alain, alors que nous étions inséparables. Les larmes coulaient sur mes joues de ne pas pouvoir aller voir mon meilleur ami.

Mes parents se regardèrent en silence puis mon père dit :

- Dis-lui. Tôt ou tard, elle finira par le savoir ...
- Qu'est-ce qui se passe ? Où est Alain ?
- Alain est à l'hôpital. Son état de santé est très grave...Il a une leucémie.

Les enfants étant interdits de visite à l'hôpital, je n'ai jamais pu dire un dernier "au revoir" à mon ami. C'est sans doute pourquoi je deviens si triste quand j'apprends qu'une personne est malade...J’ai souvent peur de ne plus la revoir en vie.

Quand Alain décéda, les parents d'Alain sont partis et j'ai regardé le coeur serré la porte close, n'arrivant pas à y croire. Il venait d'emporter avec lui une partie de moi même dans sa tombe.

Parfois, en repassant devant leur maison, c'est à son petit fantôme que je repense, assis sur les marches, jouant sous notre nez, du clavecin...Alain fut le premier garçon pour qui mon coeur s'est mis à battre à l'unisson, du haut de mes onze ans.... Ce jour là, tout mon monde s'est écroulé...

18/1/07



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés