.">

MERE POUR LA PREMIERE FOIS

Offert par Erotica51



Qui aurait pû imaginer qu'à cause d'une gifle injustifiée, je me retrouverai, un beau jour, à l'age de 16 ans et demi, transformée en jeune maman ? Méfiez-vous, Parents, en accusant à tort vos enfants: faire une bise sur la joue d'un copain ne veut pas dire que votre fille est en train de commettre toutes les turpitudes possibles.

A 16 ans nous avons encore besoin de rêver, d'imaginer une vie plus belle, de nous interroger sur le mot "bonheur". Nous aimons avec toute notre fougue et notre impétuosité,croyant à tort que nous avons trouvé l'homme parfait qui nous est destiné.

Hélas, rien ne se passe plus comme autrefois. Aujourd'hui, nous faisons l'amour, beaucoup trop rapidement et souvent, ce qui en découle devient un vrai drame. Au bout de quelques mois, je découvrais que j'attendais un enfant ! Cet enfant, fut pour moi, un cadeau extraordinaire que la Vie m'offrait pour la première fois.

La naissance devait se dérouler sous anesthésie. L'enfant était trop gros. J'étais une jeune maman primaire. Le toubid avait décidé que j'aurai une césarienne.

L'esprit frondeur, je commençais par lui poser tout un tas de questions dont une qui me tenait à coeur :

- mon enfant était-il un danger ?

- Non !

Alors, pourquoi me voulait-il me charcuter et risquer de blesser mon bébé ? Des millions de femmes continuent d'accoucher naturellement.

Pourquoi me priver de cette expérience ? L'homme accepta, me faisant jurer qu'en cas de complications, je serai opérée d'urgence.

Huit heures dans les douleurs ? c'est long et angoissant. Que de souffrance pour cinq minutes de plaisir !

Mon fils se décida enfin à arriver, poussant un très cri de protestation, quand la sage-femme lui claqua les fesses.

Indignée, je lançais un regard noir à celle-ci, lui disant que si elle te touchait encore, je lui casserai la figure ! Prudente devant ma colère, elle sortit de la pièce...

Pas question de les laisser t'emmener sans me dire où et pourquoi. Viscéralement déjà, j'étais attachée à toi...

Que m'importait, plus tard, que mes amies aillent en boite et pas moi. J'avais, pour la première fois, mon magnifique bébé, que je tenais fièrement, dans mes bras. Tu allais porter le prénom de ton père !

3/11/1968



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés