.">

MAGIE DE L'AMOUR

Offert par Erotica51



Face à face, nous nous regardons, émus, tremblants d'impatience. Ma main caresse ton front, lentement, descend sur ta joue, doucement. Tu tressailles, imperceptiblement. Tes yeux ne me quittent pas, paraissent soudain immenses. Est-ce de désir. Est-ce d'impatience aussi ? Ma main continue lentement et tu exaltes un long soupir. Je te fais un léger signe de complicité pendant qu'un sourire se dessine sur mes lèvres, si léger que tu crois l'avoir imaginé…

Tes mains s'approchent de mon visage, le prenant délicatement comme une fleur rare, comme une coupe de tendresse entre tes mains profondes. Tes doigts se font légers, glissent sur mes traits comme un trait de fusain. Je suis pour toi un étrange dessin et ferme les yeux, savourant d'être ainsi, sous tes mains. Mais tes doigts s'arrêtent, soudain, alors que je suis si bien. Mes yeux t'observent. Tu souris, malicieux, attendant, à nouveau, la caresse de mes mains.

Mes doigts se posent, mutins, te taquinent, glissent sur ton torse qui se soulève, comme oppressé, soudain. Tu respires, inspires, déglutis, dans un soupir profond. Mes mains continuent leur chemin, caressent la pointe de tes seins, frôlent ton torse, avec délice puis descendent, si loin. Mon regard s'amenuise, se plisse, se fait énigmatique. J'esquisse un sourire puis attend, sans rien dire, juste un signe de Toi.

Tes mains reviennent sur mes épaules, se glissent, t'approche de moi. Tu te déplaces, lentement, sans un mot, passes derrière moi, m'emprisonnes de tes bras. Ma tête s'incline, doucement, contre toi. Tes mains remontent, insidieuses et troublantes, sous mes bras. Emue, tendue, je cherche l'air, comme si, soudain, je coulais entre tes bras. Comme ces mains, soudain, je les désire. J'en ai si faim mais tu recules, soudain.

Je m'approche, te caresse, te détaille, te frôle de mes doigts. Tu es l'Ombre et la Lumière, tu es l'Illusion et le Réel et je redeviens magicienne, frôlant ton corps, sous mes doigts en t'oofrant ces caresses que tu aimes.

Tu fais de moi, un ange ou une diablesse, puissante et vulnérable, dans cette chambre aux ombres irréelles. Je suis volupté et sortilège, douceur et passion, entre tes doigts, à la fois. Tu trembles, toi aussi, pour la première fois.

Je sens tes bras qui me soulèvent et m'emportent contre toi. Mes yeux ravis se ferment. Je ne suis plus qu'une femme qui rêve de la douceur de tes bras. Pour Toi, je suis prête, à te laisser venir, en moi, amoureusement, pour al première fois.



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés