.">

L'ATTENTE EN GARE

Offert par Erotica51

Warning: getimagesize(images/train-passagere-seule-gare.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /home/erotica/www/journal/journa.php on line 121



Le train n'est pas encore arrivé. J'observe la gare, vide, pour l'instant, alors qu'un vent froid me traverse. Un bref coup d'oeil à ma montre: plus que six minutes à t'attendre. J'ai le coeur qui bat la chamade. Pourquoi suis-je si angoissée, brusquement?

Cet attentat en Espagne m'a fait trembler par sa violence. Inconsciemment, je croise nerveusement les doigts. Pourvu que tout aille bien sur les lignes de la SNCF. Je marche de long en large, de plus en plus, impatiente. Un regard à l'horloge: plus que trois minutes à attendre. Jamais je ne me suis sentie aussi impatiente.

Je retire, mon portable, de mon sac à main et le glisse, dans la poche de mon manteau long, pour être certaine de l'entendre. Je vois le train enfin arriver en gare, dans un long sifflement. Les portes des wagons s'ouvrent. La foule en descend. Je recherche ton visage parmi ces inconnus. Où es-tu?

Brusquement, je me dis que tu es sorti par le coté des Entrées. Je sors dehors, rapidement, jetant un regard sur le trottoir. Mon téléphone résonne; c'est toi! Ou es-tu? Tu es sur le trottoir, le visage fouetté par la pluie et le vent. Il y a du monde qui te cache. Mes yeux fouillent cette foule, désespérément.

Tu m'appelles sur mon portable. Je tremble, fébrile, de te retrouver.

Tu m'apparais enfin. Tu es près des boites aux lettres!

D'un pas décidé, j'avance dans ta direction et soudain, je butte contre toi, qui se trouve, en riant, devant moi.

Je baisse les yeux, muette de stupéfaction, n'osant cette fois, y croire. Tu te penches mais mue par une étrange pudeur, soudain, c'est ma joue toute rosie où ton baiser vient de se déposer…



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés