.">

UN BAISER AU GOUT D'ETERNITE

Offert par EROTICA51



Mon sac posé, sur mes genoux, je regarde défiler ma ville, d'un oeil étonné. Est-ce l'approche des fêtes, qui, soudain, la paraît, de mille lumières ? Sans doute. J'aimerai qu'il y ait une fête pour, chaque jour, de l'année et oublier cet interminable hiver.

Une vibration bizarre vient, soudain, de me sortir de mes pensées. Pourquoi mon sac se met-il à vibrer ? Oh j'avais oublié ! C'est mon portable ! Je plonge la main, tâtonne, farfouille. Euréka, j'ai trouvé ! D'un geste fébrile, je farfouille à l'intérieur de mon sac et attrape le coupable.

- Allo ? ai-je demandé, interrogative
- Tu me reconnais ? Ca te dirait de venir boire un pot au Café du Palais ?
- Bien sur ! je suis presque arrivée, dans le centre ville. Je vais t'attendre à l'intérieur, vu le froid !
- Je serai là, dans cinq minutes. Ne te sauve pas !

Un sourire vient fleurir sur mes traits. Le Destin est étrange puisqu'il me met, sur la route, un homme auquel je ne pensais pas. Une légère tape, sur l'épaule, me fait sursauter. Une de mes amies vient de me reconnaître et papote quelques minutes avec moi, avant de s'en aller.

Je m'élance pour ne pas être en retard et découvre une silhouette pressée, s'engouffrant comme un bolide, dans le café. J'active le pas, me retenant de rire, le suivant, en riant. D'un geste rapide, j'attrape la porte. Lui veut retirer ses doigts. J'éclate de rire. Il me regarde, les yeux écarquillés de surprise :

- Oh ! Tu étais derrière moi !
- J'ai bien tenté de t'appeler mais tu filais comme un zèbre affolé

Nous nous sommes assis, face à face. Il me fallait avouer que j'étais ravie de le revoir. D'un regard rapide, je notais son costume impeccable, sa chemise assortie ainsi que sa cravate. Humm! Quelle classe.

Il ne disait rien, se laissant détailler, tout en tournant son café. Puis, nous commençâmes à parler de travail, de documents, etc. Je possédais ce qui l'intéressait…


- Dès demain, si tu veux, je peux te l'envoyer ! lui ai-je dit, spontanément
- En vérité, tu peux aussi m'appeler. Ce sera, à nouveau, l'occasion de te revoir ! a-t-il rétorqué, me regardant, d'un air bizarre
- Heuuuu. mon esprit, très vite, s'est mis à tourner
- Tu as parfaitement compris ; inutile de rougir ;-)

J'avoue que mes joues sont devenues encore plus écarlates ! Je me suis mise à rire de bon coeur. Il venait de me piéger !!! Et je n'avais rien vu venir, à force d'être trop sage!

Un peu plus tard, il m'a ramenée, devant chez moi et je me suis penchée, vers lui, lui offrant ma joue pour le remercier.

Comment s'y est-il pris, pour être face à mon visage ? En tout cas, je dois avouer que ses lèvres étaient d'une douceur, si agréable, que j'aurai aimé que ce baiser dure une éternité.

Un dernier sourire. Un dernier geste de la main.

Les yeux remplis d'étoiles, nous nous sommes quittés, sur cet au-revoir, des plus agréables, laissant chacun perdu dans ses pensées...



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés