.">

LES ENCHANTERESSES

Offert par Erotica51


Quand l'Homme s'éveilla, il demeura un moment surpris par les douces senteurs qui l'environnaient. Il se leva sur un coude puis regarda autour de lui, intrigué. Quel était cet endroit où il se retrouvait ?

Il vit un pont fleuri et s'en approcha. Une femme y lavait un drap en chantonnant, regardant d'un œil attendri, l'enfant endormi, à coté d'elle. Elle se pencha sur lui et l'embrassa doucement. Il sut qu'il venait de découvrir la Femme Tendresse.

Il continua son chemin. Le jardin était superbe et invitait à la découverte. Une jeune femme traversa le jardin, à toute vitesse, courant à perdre haleine, heureuse de respirer la nature, en plein soleil. Immédiatement, il comprit qu'il venait d'entrevoir la Femme Gazelle.

Il ignorait où ses pas le mèneraient. Il gravit un petit chemin ombragé de sapins odorants. Endormie contre un arbre, une femme magnifique offrait, son corps, au soleil. Sa main était posé sur son pubis, comme dans une ultime caresse, avant de plonger dans le sommeil. Il la surnomma la Femme Plaisir, dans un sourire.

Il continua sa route, étonné de découvrir ces jeunes personnes inconnues, jusqu'ici. Combien allait-il en découvrir. Un petit plus loin, il aperçut une jeune femme, paraissant sur le qui vive. Elle portait des cheveux sombres qui la recouvraient. Seul le regard qu'elle lui lança, avant de s'enfuir, l'obligea à se retenir de la poursuivre. C'était la Femme Biche.

Le sentier continuait, serpentant, agréablement, avec des zones de soleil et d'ombre, qui le rafraîchissaient. Une petite maisonnée semblait assoupie sous le soleil. Une femme était assise sur un banc et son visage irradiait du plaisir d'être heureuse, au milieu de la nature. Ses beaux yeux brillaient de contentement. Il l'observa, discrètement, ne voulant pas l'effaroucher. Son nom lui vint naturellement : La Femme Sourire.

Derrière la maison, une autre y était, étendant son linge, en chantonnant. Tout en elle respirait la joie de vivre. Les notes semblaient s'échapper, joyeusement, de ses lèvres qui fredonnaient. Perçut-elle sa présence ? Elle tourna son visage, l'observant étonnée, puis continuer de chanter, en lui adressant un sourire renversant. Il aima cette femme dont l'épanouissement le remplit d'aise. Pour lui, elle serait la Femme Chansons.

Il demeurait ainsi immobile quand la porte de la maisonnée s'ouvrit. Une femme aux cheveux argentés, mais encore belle, lança, d'une voix enjouée :

- A table, mes filles!

La Femme Maternelle venait de parler. Ce fut, immédiatement, une cascade d'éclats de rire. Elles l'entourèrent, en s'amusant puis le poussèrent, en l'entraînant, vers la maîtresse de maison.

Celle-ci l'accueillit simplement puis lui offrit de partager leur repas, sans se poser de questions. Ainsi s'écoulait la vie dans la maison du bonheur, où chacune savourait la Vie, simplement...



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés