.">

DEUX INCONNUS DANS LA FOULE

Offert par Erotica51



N°I - Erotica51

La foule était là, mouvante, bryante, bariolée…

Où étais-tu me suis-je soudain demandée ?

Je t'ai cherché désespérément, tournant mon regard affolé,

balayant ces visages d'inconnus sans m’y arrêter.



Je sentis soudain l'angoisse et la panique me gagner.

Je croisais un collègue qui rentrait de Paris.

Peut-être même aviez-vous voyagé ensemble ?

Cette idée me fit sourire et me calma immédiatement.

Je croisais des regards étonnés, admiratifs, pressés de s'en aller de là

mais ce n’était pas ton regard que je croisais.



Je savais que je l’aurais reconnu entre mille.

Quelque chose me fit sursauter.

Mon portable s’était mis soudain à sonner.

J’étais si fébrile que je faillis le faire tomber.

Je décrochais, nerveusement, ma voix dévoiler le stress qui me gagnait :


- Allo ?

- C’est moi !

- Mais où es-tu ?

- Près de ta voiture ! M'avais-tu répondu, d’une voix moqueuse

- Quoi ! ? Je fis volte-face immédiatement te cherchant du regard. Je ne te voyais pas…

- Je suis près de la cabine téléphonique !


Je te cherchais balayant la foule d'un regard éperdu.

Soudain, tu fus là, devant moi.

Tu m’attendais, immobile sur le trottoir, heureux de m'avoir surprise.

Je m’approchais de toi, les jambes soudain tremblantes.

Je n’avais plus qu’une envie : t’emmener loin de cette foule et enfin te contempler.


Quand je m’arrêtais au premier feu rouge, j’eus soudain cette pensée :


- Je n’avais pas osé t’embrasser ! Fallait-il que ton arrivée m’ait retournée !


II. Olivier


Il y avait longtemps même très longtemps que je n'avais pas pris le train.

Cela me rappellait les vacances de mon enfance en Bretagne.

Le paysage s'est mis à défiler ; Je me rapproche enfin de toi, là ou tu vis.

Avec l'impression de ne plus rien savoir de la séduction, l'amour, tellement mon émotion grandit.

Je ne suis plus qu'un adolescent qui va à son premier rendez-vous, le coeur battant.


Ce sentiment de bonheur et de stress, tu es la Femme de mes rêves et ce moment est devenu si important .

Le premier regard, le premier sourire, le premier geste, et le premier mot.

L'alchimie d'une rencontre, d'un désir qui prend vie, d'un rêve qui se réalise enfin, après une trop longue attente.

Après ce manque de toi, des jours et des nuits à penser à toi, sans trouver le sommeil.

Le train arrive , ralentit doucement, comme pour faire durer l'instant.

Je vais descendre et marcher jusqu'à toi et pour le reste, je vais inventer, sans calcul ni plan.

Je vais simplement laisser vivre mon désir pour toi, lui donner âme et rendre cette rencontre la plus belle possible.


III. Erotica51


Cette rencontre fut très belle. Nous étions surtout préoccupés à nous observer à la sauvette, durant le trajet.

Seules mes joues rosies dévoilaient cette émotion que je tentais de te cacher.

Je n'arrivais à y croire que tu sois enfin arrivé.

Tu étais enfin là, après tous ces jours à t'imaginer, à regarder ton sourire sur mon écran, soudain matérialisé.

A guetter ce moment où j'allais enfin te voir en réalité, devant moi, te métamorphoser.

Je conduisais, nerveusement, maltraitant ma boite de vitesse.

Mes pensées étaient déjà ailleurs. Plus près de toi, si près qu'elles pouvaient te toucher.

Quand ton regard croisa le mien, je sentis soudain battre mon coeur d'une façon désordonnée.

- As-tu fait bon voyage ? Me suis-je entendu te demander, d'une voix voilée.

Si tu savais le déferlement d'émotions que ton arrivée venait au fond de moi de provoquer.

La route ne fut pas longue bien que l'autoroute me donna l'impression de la prolonger.

J'ai ralenti pour te montrer l'endroit où je vivais, où tu m'avais si souvent imaginée.

La hauteur était impressionnante, je le savais.

Tu venais de quitter un monde de vagues aux reflets bleutés pour te retrouver la tête dans les nuages.

Je modifiais mes vitesses, ralentis, me suis garée puis t'ai murmuré :


- Voilà, nous voici arrivés...


Sur nous, la porte de l'ascenseur s'est refermée.

Nous avons enfin échangé un merveilleux baiser qui nous a littéralement embrasés...

Il y a des choses que les amoureux du monde entiers ne peuvent raconter, juste vous laisser imaginer derrière la porte qui vient doucement de se refermer sur nous...



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés