.">

DANS LE SILENCE DE MON COEUR

Offert par Erotica51



Ce week-end, je dois m’absenter et serai loin de Toi. Je devine dans ton regard assombri ton regret de ne pas être auprès moi. Deux jours d’absence puis je serai là, à nouveau, de retour près de Toi. Deux jours, c’est long et c’est court, quand on est amoureux…mais oh combien révélateur du manque de l’autre durant ce temps ?

Le monde tourne si vite autour de nous. Le voyons-nous vraiment depuis notre rencontre ? C’est étrange comme le temps a passé vite en ta présence. Combien de samedi ou dimanche ai-je posé mon menton, tendrement sur ton épaule, pour voir défiler la route, devant nous ?

Je crois bien n’avoir jamais éprouvé de peur avec Toi sur la route car je te sais encore plus prudent quand je suis avec Toi. C’est ta main qui parfois à l’arrêt, vient me caresser la cuisse, doucement, cachant ton sourire derrière ton casque fermé. C’est à deux mains que tu frottes mes genoux essayant de me communiquer ta chaleur quand il fait froid.

Je te regarde en coin et te souris avec tendresse. Ma main à son tour se fait audacieuse, remonte sur tes hanches, se glisse en avant puis s’immobilise, te sentant, sursauter. Je me retiens de rire, redevenue espiègle comme une enfant. J’aime dans nos promenades cette complicité que tu déclenches…

Je n’ai pas besoin de te demander d’arrêter la moto pour photographier le vignoble qui s’étend à perte de vue sous nos yeux. C’est comme si tu lisais dans mes pensées…Tu as déjà freiné, te mettant sur le bas coté, prudemment.

Debout, dans l’herbe humide, nous regardons les villages perdus dans les vignes. Le clocher d’une église surgit encore entouré de brume…Dans le ciel, un oiseau solitaire s’élance que je suis des yeux, pensive. Il me rappelle la Femme que j’ai été durant de longues années, à pleurer en silence, ma douleur…Il a fallu longtemps pour que mes plaies se cicatrisent même si mon enfant me manque toujours autant.

Aujourd’hui mes larmes se font plus douces car tu allèges ma peine. Mes sourires sont revenus grâce à Toi. Tu étais si prêt de moi et je ne le savais pas. Je t’attendais dans le silence de mon cœur, sans deviner que tu serais, un jour, celui que j’aimerai….

2 mai 2008



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés