.">

A LA POURSUITE DE MES REVES

Offert par Erotica51



Enfant, je rêvais de devenir une véritable danseuse. Certains films avaient dû, inconsciemment, inspirer ce désir. Non pas une danseuse ordinaire, mais une merveilleuse danseuse, comme celles qui dansaient gracieusement dans Le Lac des Cygnes.

Je bondissais tel un chat sauvage, du fauteuil au canapé, affolant tout ma famille autour de moi, qui craignait de me voir tomber et me blesser. Tout mon avenir était déjà prêt dans ma tête pleine de rêves; je serai ce qu'on appelait : un malicieux petit rat d'opéra !

Combien de fois ai-je fait mes entrechats, dans l'allée du jardin, en écoutant les oiseaux chanter autour de moi. Combien de fois ai-je senti le regard de nos chats blancs m'observer, virevoltant gracieusement sur la pointe des pieds, manquant de leur écraser les pattes. Prudents, ceux-ci avaient la bonne idée de s’enfuir dès que je m’approchais trop prêt d’eux. Il est certain qu'à ce train la, mes chaussures avaient vite le bout usé ! Mais je n'en avais cure, trop éloignée des contingences humaines, perdue dans mes rêves, les bras élevés vers le ciel.

J'ai toujours aimé danser...C'est comme si la musique soudain m'emportait entre ses bras, me faisant tournoyer, comme une feuille sous le vent...Le monde redevenait soudain plus beau, plus léger et tel un elfe léger, je bondissais, joyeusement, au milieu des allée de la forêt, en chantant à tue tête,de ma petite voix d'enfant...La tête relevée, j'observais étonnée cette variété de tons verts, dont les feuilles au printemps se paraient.

Je guettais ces mystérieux farfadets, entre les arbres, espérant les voir apparaître mais jamais rien ne se passait. J'en avais conclu que je devais les effrayer... Les oiseaux restaient cachés mais heureusement continuaient de pépier. Je savais qu'il me faudrait des années d'entraînement pour voir ce rêve se réaliser. Pour l'instant, je n'étais qu'un petit rat débutant, qui cherchait sans arrêt à s'entraîner, cherchant dans la danse, une forme d'évasion face à tant de vitalité.

Un jour, mon jeune cousin, me prêta son vélo neuf, après m'en avoir expliqué brièvement le fonctionnement. Folle de joie, je sautais dessus, le faisant courir comme un,lièvre, derrière moi, le temps d'apprendre à faire quelques lignes droites puis m'enhardissant, je décidais de faire seule, le grand tour du pâté de maisons.

Arrivant au bout de la rue, je tentais de me rappeler les dernières consignes que mon cousin m'avait données. Zut! Comment freinait-on déjà ? C'était le coté droit ou le coté gauche ? Oulala ! la belle barrière vert pomme en face de moi du maraîcher se rapprochait trop vite ! Je crispais mes mains sur les deux freins, affolée, fermant les yeux ! Badaboum ! Patratras ! La belle barrière tout juste repeinte d’un si beau vert était en pièce ! J’avais tout cassé ! Le vélo de mon cousin ne valait guère mieux ! Et moi, j'étais en sang, obligée de partir à l'hôpital me faire recoudre l'aine et passer une radio pour ma jeune tête d'écervelée ornée d'une bosse phénoménale ! Cet incident spectaculaire m’évita d'entendre les foudres du maraîcher retomber sur mes jeunes épaules. Il faut dire que ce brave homme avait l’air vraiment inquiet…Il est vrai que je saignais autant qu’un jeune goret qu'on aurait égorgé.

Adieu veaux, vaches, cochons, couvées ! Fini mon beau rêve de danseuse étoile...Plus d'entraînement ! Je devais rester les jambes allongées, toutes droites, sans bouger... Pour me faire tenir tranquille, mon père adoptif m'acheta des crayons de couleurs et du papier à dessiner...Je transposais alors mon rêve grâce à mes crayons de couleurs. Les murs de la maison furent très vite recouverts de petites danseuses aussi colorées que des jolies fleurs....C'est ainsi que j'ai transformé mon premier malheur en nouveau bonheur....Ce fut la naissance d’une nouvelle passion. J’allais devenir dessinatrice cette fois-ci !


10.05.2007



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés