.">

CARESSES DIABOLIQUES

Offert par Erotica51


Un souffle, un léger frémissement; Tu bouges, tournes, observes, mon corps, effrontément. Je tends la main pour te toucher; Tu la repousses. Je dois restée, devant toi, les mains croisées, dans le dos. Impossible de te frôler, te cajoler, te caresser. Intrépide, me voici devenue impuissante à t'aimer. J'ai promis de tout accepter, alors que, j'ai déjà envie de me révolter.

Sur mon corps tes mains viennent de se poser, me faisant sursauter; l'arôme de ta peau vient, soudain, me narguer, flotter, sous mon nez qui te hume, avec délice. Un parfum discret, mais surtout l'odeur mâle de ton corps qui vient encore plus me troubler. Je tremble doucement, suivant, inquiète, le parcours de tes mains, la douceur de tes doigts sur mon visage que tu viens caresser comme pour me rassurer.

Ta main qui se retire; tes doigts, qui, lentement, me déshabillent,me frôlent. Doucement, je tremble de plus belle. Qque vas-tu me faire. Tu sais que je suis à toi, cette nuit, corps et âme; tes mains glissent, s'infiltrent, se déchaînent, me font, soudain, brûler de désir, entrevoir comme un avant goût de paradis. Quelque chose de doux glisse; Une plume ? Un foulard ? Impossible à définir. Je me retiens de gémir, de frémir de plaisir ; Ce trouble, dans lequel, tu me conduis, m'entraînes. Je suis, tes doigts, avec délice. Comme de Toi, j'ai envie!

Mon coeur, soudain, tambourine, sur un rythme impossible à suivre. Tu bouges, à nouveau, m'observes, fait glisser tes mains, sur mes cuisses, remonte ma jupe, lentement, dévoilant la volupté de mes fesses que tu dévores du regard, caresses de tes mains, que tu savoures, affamé, en silence; dans l'ombre de la nuit qui t'enveloppe et te protège de la curiosité de mon regard voilé; qu'il est dur de ne pas tricher mais j'ai promis et je te laisse faire.

Tu me pousses, doucement, vers le lit; m'oblige à m'accroupir; à prendre appui de mes mains, à offrir à tes yeux affamés, mes fesses veloutées. Tu savoures de me sentir offerte; Cette nuit, à tous tes désirs. Ta main se glisse, remonte, entre mes cuisses. Je me crispe, suffocante, affamée de désir et laisse échapper, malgré moi, un gémissement de plaisir, devinant ce qui va suivre.

Un grincement. La porte s'est refermée, doucement, nous laissant loin de tout. Juste Toi et Moi. Ensembles, pour la première fois, durant cette unique nuit qui nous attend.



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés