.">

L'ADOLESCENTE FAITE FEMME

Offert par Erotica51



A quel age l'amour frappe à la porte de notre coeur ? Difficile de répondre comme question et comme réponse à donner. Loin des clichés habituels, je regardais Lionel, un de mes voisins, d'oeil soudain plus qu'intéressé. Je venais d'avoir 16 ans et m'étais rendue compte des nombreux regards qu'il me lançait.

Lionel était plutôt du genre beau brun, au regard ténébreux. Son visage était agrémenté de beaux yeux sombres, presque noirs, qui semblaient me caresser. Sous l'effet de son regard doux et tendre, je me sentais bizarrement émoustillée, à l'idée que je lui plaisais. Cela m'étonnait et me flattait. De chrysalide, je devenais un papillon.

J'avais vécu la transformation de mon corps comme quelque chose d'impossible à enrayer. Tout était de trop quand je me regardais. Une chevelure trop épaisse impossible à dompter. des seins qui prenaient un volume si important qu'il m'était impossible de les cacher même sous des pulls vastes. Du 85, ceux-ci continuaient de grimper au 90, 100, 120...Une horreur !

Tous les yeux des garçons ou des hommes semblaient fixés à cet endroit. Dès que je bougeais, mes seins tressautaient et je n'osais plus regarder personne, terriblement gênée. J'avais l'impression que c'était finalement la seule chose qui les intéressait !

Mais le regard de Lionel a tout changé, me faisant comprendre que je n'échapperai pas à ma féminité. Ma mère nourricière m'emmena au médecin. Ces dernières années, j'avais pris du poids, me jetant sur la nourriture pour cacher mon désarroi. Il ne passa pas par quatre chemins : ou je me mettais au régime ou je me remettais au sport.

Trop gourmande, je choisis le sport. Mon tempérament de battante reprit vite le dessus et je touchais à chaque sport avec une joie sauvage, canalisant toute mon énergie dedans. Peu à peu, mon corps se remit à fondre, à prendre des courbes harmonieuses. Ma soeur suivait au travers des photos qu'elle prenait, ma transformation qui s'effectuait sous son nez, en souriant.

Un jour, elle décida de me présenter à ses amis. J'étais enfin devenue digne d'intérêt ! Ce qu'elle ne savait pas, c'est que j'étais morte de peur à l'idée de les rencontrer. Je fixais un léger sourire sur mes traits pour cacher ma peur...Cela donna le change heureusement !

En revenant à la maison, j'avais commencé à prendre confiance en moi, me disant que, finalement, les jeunes hommes, ce n’était pas si méchant. C'est ainsi que je décidais de m'approcher de Lionel sans savoir vraiment ce qu'il allait se passer...Ce fut rapide et bref car il fumait. Quand il m'embrassa, je ne pus m'empêcher de grimacer par le goût écoeurant que le tabac donnait à son haleine. Ce fut le premier et dernier baiser qu'il me donna mais aussi la fin de notre amitié.


14/01/2007



Retour




http://erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés