TIPHAINE, TON AMIE

par Erotica51



Je t'accompagne pour la rentrée, t'emmenant à l'école primaire, un peu tendue, sachant que bientôt, il te faudra faire ce chemin toute seule, pour aller à l'école.

Devant le boulevard, je ne peux qu'insister en ne te laissant pas traverser, t'expliquant que le petit piéton devra devenir vert, en face de toi, si tu veux traverser, sans danger!

Tu trépignes d'impatience, pressée de voler, comme une grande, de tes propres ailes, tentant de m'échapper. Mais je resterai intransigeante concernant les règles de sécurité! Plus d'une fois, il te faudra attendre! Je ne veux pas voir ton pied sur la route tant que le feu n'est pas déclenché pour les piétons!


- Mais je ne suis pas un bébé! m'as-tu dit, révoltée de devoir attendre!
- Je sais Jessy mais regarde à quelle vitesse roulent ces voitures!

Je souris, intérieurement. Tu as tout juste sept ans et tu viens de quitter l'enfance, devenant une jeune écolière.

Tu me fais penser à une jeune pouliche sauvage. Tu es impétueuse, souvent et je dois me montrer astucieuse, pour maîtriser ce petit caractère bouillant. Tu commences ton apprentissage de l'indépendance, avec une joie croissante alors qu'intérieurement, déjà, je commence à trembler, en silence.

A l'école, tu as été, très vite, acceptée, distribuant tes bisous avec spontanéité. Tout le monde y passe. De l'employée de ménage à la directrice, sans que nulle ne songe à protester. Tu as tout d'une charmeuse, au coeur plein de générosité.


- Maman, tu peux me donner un deuxième goûter et un peu plus de bonbons?
- Je ne te donne donc pas assez à manger, ai-je rétorqué, étonnée de te voir tant manger
- Ce n'est pas pour moi mais, il y a, à l'école, des enfants qui n'ont rien à manger! leurs parents ne leur donnent rien pour leur goûter!

Tu viens de découvrir la pauvreté et ses effets. Et moi, je suis le cœur serré, en pensant à ses gosses qui n'ont rien à manger...

Ce sont ces différences dont j'aurai voulu te protéger mais elles font partie de la vie. Ce premier soir, en rentrant, ton visage sera éclairé d'un merveilleux sourire: Tu viens de te faire ta première grande amie: Tiphaine! Celle-ci t'accompagnera, des années durant, fidèlement. Adulte, elle deviendra, ambulancière, après ta disparition.

Je ne suis pas près d'oublier vos bavardages, le samedi soir, papotant et riant, jusque très tard. Tiphaine adorait venir à la maison, te considérant comme sa sœur. Il n'était pas un week-end sans que vous ne soyez ensemble. Que d'éclats de rire dans la maison...

Après ce drame, Tiphaine restera toujours en contact, avec moi, revenant, depuis ce jour, régulièrement comme pour tenter de combler la douleur de ton absence...



Retour





Les Ballades en moto en France de Marie51

Les Poésies de Rêve51 et de ses Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003- 14.03.2017. Tous Droits Réservés