LE REGISTRE DE CONDOLEANCES

par Erotica51


Ce registre était, précieusement, rangé, dans le meuble de ma chambre. La porte en était restée, définitivement, fermée, depuis ton absence et j'avais interdit à qui que ce soit, d'y toucher…

Il y avait, plus de trois mille personnes, venues t'accompagner, m'avait dit le prêtre chargé d'organiser tes obsèques, dans cette petite église, devenue si célèbre, grâce au passage de nombreux rois. A mes yeux, la Basilique St Rémi restait le lieu où notre famille venait se réunir, pour fêter nos baptêmes, nos mariages ou se réunir accompagnant ceux qui partaient, une dernière fois.

Depuis dix ans, je n'avais pas osé ouvrir ce registre de condoléances, de peur de déclencher mes larmes, une nouvelle fois. Je buvais un café, en ouvrant une à une, chaque page, relisant les messages d'amitié et de soutien, de tous ceux venus te voir une dernière fois. Il y avait beaucoup d'anonymes que je ne connaissais pas, venus pour toi.

Cela me fit chaud, au coeur, en redécouvrant les mots de tes amis. Le mot " ton sourire " revenait, régulièrement. David t'avait surnommée " petite pieuvre " affectueusement. Même Mauricette, la dame de service de ton école maternelle, était venue te voir, une dernière fois. Il faut croire que tes bisous avaient touché définitivement son cœur, toi qui ne pouvait entrer dans l'école ou en repartir, sans l'embrasser, affectueusement. Même étudiante, tu aimais la revoir, de temps en temps.

Des parents étaient venus témoigner, toi, qui avait été l'amie de leurs enfants, prouvant combien ils t'avaient appréciée. Il y avait aussi Mr Borie, ton professeur qui malgré sa rudesse, t'appréciait, lui aussi.

Il y avait aussi mes collègues et notre hiérarchie. Des amis de ton père, venus eux aussi, le soutenir. Il y avait Céline, avec qui tu venais de passer le premier janvier 1994, qui s'en rappelait comme son meilleur souvenir.

Arnaud, un de tes amis avait écrit : Jessica, tu m'as beaucoup apporté, tu m'as redonné confiance en moi. Je t'en suis à jamais reconnaissant. Nono. C'était étrange et émouvant aujourd'hui, de lire tous leurs messages de sympathie.

J'avais rencontré un autre de tes amis que tu avais empêché, un jour de se suicider, en restant, des heures durant, auprès de lui, à lui expliquer que tu pouvais aimer un garçon mais avoir des amis, malgré cette différence.

Hanelore, elle aussi, était venue malgré son opération récente du cancer. Elle tenait à peine sur ses jambes.

Tiphaine, ton Amie, avait juste laissé son prénom et son nom sur le registre, brisée de chagrin. Une fois encore, elle témoignait silencieusement de sa présence. Pour elle aussi, le monde s'écroulait, brusquement…

A Vous tous, venus vous recueillir, ce jour là, en nous apportant votre présence silencieuse et en nous soutenant, je vous dis, aujourd'hui, du fond de mon coeur : MERCI.

Marie-Ange



Retour





Les Ballades en moto en France de Marie51

Les Poésies de Rêve51 et de ses Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003- 14.03.2017. Tous Droits Réservés