MON ANGE DE LUMIERE

par Erotica51


J'ai marché longtemps, si longtemps, le corps courbaturé, les membres brisés par la peine. Peu à peu, j'ai monté, avancé, lentement derrières moi mes chaînes, épurant mon corps et mon âme, par mes larmes, quittant, peu à peu, ma prison, devenant plus légère…

Le chemin s'est fait étroit, difficile un peu plus, à chaque pas. Le froid me mord. Les pierres entravant mon chemin sont autant de pièges pour me faire chuter. Je porte mon regard vers la montagne qui me guide, qui m'appelle vers Elle…

Les heures avancent, si lentement et je me sens brisée de tant d'efforts. Un pas encore. Un autre après. Il me faut avancer, ne pas m'arrêter, continuer d'avancer. Tout est écrit sur le parchemin de nos vies. Tout ce monde que l'on quitte, sans regrets. Tous ces mots que nos lèvres gardent closent et cette larme qui roule, silencieusement, dans un sanglot étouffant….

Je suis enfin arrivée au sommet, le corps irradiant de souffrance. Tu restes mon miroir. Un pas encore, cachant mon vertige. .Je me suis tellement égarée. J'ai voulu étouffer ma souffrance, cacher mon visage dans mes mains. Pourquoi ce Destin ? Je sais que tu m'attends. Aurai-je ce courage d'aller à toi? Un grand vide s'est fait en moi. Des questions laissées tant de fois sans réponse. C'est écrit dans les lignes destin. Ne dites rien. Laissez mon regard se porter sur cette nature qu'elle a aimé . Vers ce chant du vent qui frôle mes oreilles. Mes yeux se ferment en écoutant le chant des oiseaux qui m'apaisent. Un chant mystérieux me parvient, à pas de loup, rien qu'un soupir, un bruissement et pourtant je l'entends…

Que j'aime ce monde, pourtant. Ces vallées profondes, mystérieuses ou tant de vies sont cachées à nos regard. Respire, me disait-il, mais peut on respirer quand on étouffe de souffrance? Je vois peu à peu s'élever la lune. Vais-je revenir sur mes pas? un haussement d'épaules. La nuit est douce et je ne crains plus rien. J'ai vu si souvent du affronté les ténèbres. J'ai même plonger dedans, tant de fois et pourtant, je me suis relevée, pour un jour, te retrouver, mon ange de lumière

Tu es là. Tu guides, mystérieusement, mes pas, et me tiens par la main. Je ne te vois plus mais je ressens ta présence. Tu sais calmer ma souffrance, me rendre confiance en l'avenir, m'empêchant de baisser les bras. Ce monde, je n'ai pas le droit de m'en détourner, même si par moments, je voudrai le quitter…..

Lasse, j'ai scruté les ténèbres, à ta recherche. Une à une, des lucioles de lumière se sont avancées, m'entourant dans un nuage de lumière, dansant dans l'air. Elles sont si près, mes mains se tendent. Elles ne sont qu'amour et douceur, apaisement et consolation et calment les doutes de mon cœur, silencieusement.

L'une d'entre elles s'est détachée, plus brillante, plus majestueuse et soudain, je ne vois plus qu'Elle. Elle qui est Toi, je le pressens. Elle s'est posée au creux de mes mains, laissant mes doigts se refermer doucement, me laissant, peu à peu, m'en imprégner, tout en pleurant en silence…

Un grand calme est revenu, asséchant mes larmes et mes peurs. Je sais maintenant que tu es la, quelque part, jamais loin de moi; que lorsque les doutes m'étouffent, tu veilles sur moi, mon Ange de lumière, alors je me relève, refusant de regarder en arrière, laissant éclore l'Espoir, d'un monde meilleur, où je sais que tu m'attends, patiemment…

Marie-Ange ta Maman



Retour





Les Ballades en moto en France de Marie51

Les Poésies de Rêve51 et de ses Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003- 14.03.2017. Tous Droits Réservés