LE RETOUR DE LUC

par Erotica51


Vous étiez les meilleurs amis du monde, étant enfants. Tu étais venu à l’anniversaire de Jessica, lui offrant des bonbons et un beau livre. A ta façon de la regarder, j’aurai juré que tu avais pour elle une forte admiration à moins que ce ne soit autre chose de plus profond. Comme vous étiez encore des enfants, je ne m’étais pas vraiment posée la question.

Tu étais d’origine créole, intimidé d’entrer à la maison. Tiphaine, sa meilleure amie était venue elle aussi. J’avais fondu devant tes grands yeux sombres et ton sourire timide. Je vous avais organisé une petite fête ou vous aviez bien ri.

Puis les années passèrent, chacun continuant une partie de sa vie. J’avais déménagé et ne savais ce que tu étais devenu. Certains des amis de ma fille avaient même changé de ville.

Ce fut en début de juillet 1994 qu’eut lieu cet accident terrible dans lequel Jessica perdit la vie. J’étais restée de longs mois en état de choc. Je ne voyais plus personne, passant mon temps sur sa tombe à pleurer et à maudire son meurtrier.

Puis doucement, je commençais à sortir de ce gouffre, dans lequel j'étais plongée depuis ton décès, cherchant dans ses papiers une piste, un indice qui m’aurait permis de comprendre cet accident. J’avais retrouvé son petit carnet d’adresses dans son cartable. Ton prénom m’était revenu mais tu étais parti hors de France, faisant ton service militaire.

Un jour, tu revins me voir. Onze ans plus tard, je reste incapable de me rappeler de ce que nous nous sommes dit. Tu avais la haine contre son petit ami. J’ai su quelques mois plus tard, que tu lui avais mis la raclée de sa vie, apprenant qu’il s’était consolé avec une autre, trois jours après ta mort et n’étais pas venu à ton enterrement.

Un matin au travail,en Février 2006, je te croisais dans le hall et ce fut ton sourire que je reconnus immédiatement. Tu étais devenu un homme et recherchais du travail, galérant comme des milliers de gens dans ce pays où règne la précarité maintenant.

Je n'avais jamais oublié ton aide quand tu étais revenu de l'armée ni cette petite plaque que tu avais acheté pour ma fille. A midi, je me remis au travail, te préparant un CV et une lettre de candidature. A ton tour, tu étais devenu père d'une fillette de sept ans...je me devais aujourd'hui de t'aider.

A ton tour, tu étais devenu le père d'une fillette de sept ans...Je me devais aujourd'hui de t'aider, rapidement. Je ne connaissais que trop les ravages du chômage dans la vie des gens et les drames que celà pouvait déclencher. Tu étais courageux. J'étais sure que tu retrouverais du travail rapidement.

Je suis rentrée ce soir là, à la maison, encore bouleversée de t'avoir revu. C'était comme si la porte du Passé venait de raviver ton absence...Je me suis mise en silence à pleurer...


8 Février 2006



Retour





Les Ballades en moto en France de Marie51

Les Poésies de Rêve51 et de ses Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003- 14.03.2017. Tous Droits Réservés