JESSICA A MAMAN

par THEO



Maman, ma chère Maman, mon âme erre dans l'éternité. L'obscurité est trouée de pulsations lumineuses rouges et bleues. Parfois, j'aperçois des cercles lumineux, alors tout brille de mille feux. Je suis devenue la coqueluche de l'éternité. Je suis un ange des ténèbres et je défile dans les plaines sans fin. Ici, les siècles, les millénaires se confondent dans l'éternité.

Je me suis repentie d'avoir négligé tes conseils. Tu m'avais mise en garde mais je ne t'ai pas écoutée.

Je te demande pardon pour la souffrance que je t'ai infligée.

Tu sais, Maman, la mort n'existe pas. Vois ces rosiers aux troncs noueux et secs comme des pieds de vigne, tu les crois morts. Eh bien, non !! Au printemps, tu les verras rebourgeonner, comme jamais. Pour moi, ici, c'est la même chose.

Sur Terre, j'ai cueilli ma dernière fleur, elle avait fini de pousser ! Mais ne sois pas triste, dans mon domaine sidéral, je cueille tous les jours de belles fleurs. Je te préparerai un beau bouquet quand tu me rejoindras. Nous prendrons, sous un ciel constellé d'or, un même chemin, main dans la main.

Je te vois marchant, venir à ma rencontre, je sens encore de l'inquiétude dans ton regard. Mais tu es venue. Je ne suis plus toute seule. Tu me rejoins en observant, d'un air étonné, ce paysage qui change, peu à peu, sous tes pas. Le chemin s'élargit, au fur et à mesure, que nous progressons. Etonnée, tu ignores tout de notre destination mais tu me suis aveuglement.

Je te souris, tendrement. Les étoiles se reflètent dans tes yeux. Je viens chercher ta main, Maman, elle me communique ta chaleur. Tes yeux, enfin, s'éclairent de douceur. Ton sourire vient toucher mon cœur, le laissant palpiter de bonheur. J'ai envie de partager avec toi tout ce que j'aime…ce monde que tu ne connais pas encore, mais vers lequel je t'entraîne…

Nous gravissons une longue côte. Encore quelques pas et nous serons bientôt arrivées. Ma main t'agrippe, solidement, quand tu peines à avancer et ton regard semble soudain me caresser, tendrement, me laissant le souffle coupé par l'émotion.

Enfin, nous arrivons, tout en haut, de la colline, et j'observe ton air étonné en contemplant ces villages aériens étendus à tes pieds. Nous avançons en silence. Nous traversons une voûte de roses, humant l'air parfumé. Au delà de la surprise, tu contemples l'immensité de l'Univers.

D'un sourire, tu prends mes mains, et tu partages ce lieu féerique. Tu me contemples, me souris et enfin, tu me serres dans tes bras. Le paysage inondé par la clarté des galaxies est fantastique. Nous sommes transportées hors du temps, dans un monde que nous sommes seules, à admirer, laissant le ciel illuminer nos silhouettes, étroitement enlacées, unies par nos larmes de bonheur.

Pour la première fois, ensemble, nous avons franchi la Porte des Etoiles...

(Ce texte a été écrit par Théàpour Marie-Ange, suite au décès de ma fille jessica, tuée dans un accident d'auto à 17ans.
Théo, nous a quitté, lui aussi, depuis.)



Retour





Les Ballades en moto en France de Marie51

Les Poésies de Rêve51 et de ses Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003- 14.03.2017. Tous Droits Réservés