LE CHEMIN DES ETOILES

par Erotica51



Tu marches, sans un regard en arrière, la tête bien droite. Tu marches, seule, un peu effrayée. Elle est là qui te guide, pas à pas. N'aie pas peur d'Elle. Elle n'est la que pour t'indiquer le chemin. Ne sois pas effrayée de quitter, à jamais cette terre. Cette étoile te guide vers la Lumière.

Un ultime regard en arrière. Tu dois me laisser, devinant, à l'avance, mon chagrin mais tu n'as rien pu éviter. On appelle cette séparation douloureuse, la décision du Destin. Tu avances avec crainte. Je te sens, inquiète, imaginant tes frêles petites mains, crispées sur elles-mêmes. Tu ne sais pas, ce qu'il y a, au bout de ce long chemin, où brille cette Lumière.

Voir ceux que l'on aime, disparaître, nous effraie, soudain. On se raccroche à n'importe quoi, comme à des branches, trop frêles qui parfois cèdent, sous le poids de cette tristesse, qui ressurgit, à l'improviste.

Où que tu ailles, je reste, par la pensée, près de Toi. Toi, mon enfant, que je continue à aimer, même si je ne te vois plus. Toi qui as su m'apporter tant de joies, malgré le peu de temps que tu as passé, avec moi. Dix sept années seulement. Si je pouvais revenir en arrière mais on ne peut changer le Destin.

Tu es partie dans cette longue robe blanche, que tu aimais. Tes boucles claires scintillantes, autour de ton visage, auréolant celui-ci de lumière. Même, endormie à jamais, tu restes belle, si fragile, ma main posée sur les tiennes devenues si froides, comme dans un dernier lien, que j'ai peur de voir disparaître.

Les jours ont passé. La cérémonie a eu lieu. Tu es descendue dans ce trou béant où je t'ai vu disparaître. La lumière dans mon coeur s'est éteinte. J'ai senti mon coeur envahi par les ténèbres. J'ai perdu pied, me laissant couler, loin de toi. Mon enfant, mon espoir, ma lumière, mon sourire. Comme ta vie fut brève! Si tu savais comme tu me manques.

Tu es partie. Je t'imagine, si frêle, si légère, dans ta robe immaculée. Tes yeux se portent vers cette étrange lumière qui t'attire et t'effraie, vers ce long tunnel. N'aie pas peur. Tu es attendue, par des anges de lumière qui vont t'accompagner, sur ce long chemin, parsemée d'étoiles, en te tenant la main. Auprès d'eux, maintenant, il te t'arrivera plus rien. Tu es parvenue au ciel, comme un ange de douceur, lâchant, définitivement, ma main.

Ce chemin de lumière, chaque soir, je l'observe, imaginant cette petite étoile si frêle qui brille, toujours plus belle, comme pour me rassurer. Je sais que tu es parmi elles. Tu n'es pas seule, comme je l'ai craint. Tu es devenue cette étoile de lumière, illuminant, à ton tour, pour d'autres, ce si long chemin. Dans deux ans, nous ignorions que tu accueillerais, à son tour, Ludovic, ton demi frère et que sa maman connaitrait ce même chagrin.

Le chemin qui mène vers la Lumière où tu m'attends, je le sais bien, souriante et si belle. Nous nous retrouverons, un beau matin. Quelque soit le temps qu'il me reste, sur cette Terre à faire, je sais que je te retrouverai, Toi, mon enfant devenue, à ton tour, cette étrange et mystérieux ange lumière. Je n'ai plus peur pour Toi. Ton destin vient de s'achever. Mais je sais, qu'un jour, je te retrouverai. Tu m'attendras, en souriant, au bout de ce si long chemin.



Retour





Les Ballades en moto en France de Marie51

Les Poésies de Rêve51 et de ses Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003- 14.03.2017. Tous Droits Réservés