DES SYMPTOMES BIZARRES

Offert par Erotica51



Depuis quelques temps, David se montrait bizarre. Lui qui avait toujours été d'une humeur égale devenait nerveux pour un rien.

Lydie observait à la dérobée son époux, se demandant ce qui lui arrivait. Il paraissait surmené ; depuis quelques temps, après le repas, il allait s'allonger, éprouvant le besoin de faire une sieste. Mais que lui arrivait-il ? Lui, qui disait toujours que ceux qui dorment, laissaient filer leur vie sans rien faire !?

Ce matin là, Lydie n'eut pas son câlin habituel. David se leva, en maugréant, puis fila dans les toilettes, pour rendre. En le voyant revenir le visage blême, Lydie se dit qu'il avait du faire une indigestion. Qu'avaient-ils mangé la veille ? Une soupe de potiron, du poulet rôti et quelques pommes de terre sautées. Du fromage et une pomme. Un repas équilibré en somme mais pas de quoi faire une indigestion. Il avait du attraper un virus ces derniers temps. Elle lui toucha le front mais le trouva frais. Même le fond de sa gorge n'était pas blanc au cas il aurait démarré une angine.

Les semaines suivantes, son état parut s'aggraver. Il éprouvait le besoin de dormir de plus en plus longtemps. Lui qui avait toujours aimé le sport se mit à ne plus en faire. Bien sur, immédiatement il commença à grossir.

Deux mois plus tard, il fallut lui racheter deux nouveaux pantalons. Son visage qui avait toujours été mince commença à s'arrondir, lui donnant l'air d'un charmant poupon épanoui.

Quatre mois plus tard, David se mit à dévorer la nourriture comme s'il était mal nourri. Il n'était pas rare qu'il se relève même la nuit, descendant à la cuisine, pour se refaire à manger.

Cela devait bien faire six mois que David était devenu différent de l'homme dynamique qu'elle avait connu. Un beau matin, Lydie découvrit le frigo entièrement vide ! David durant la nuit avait tout mangé ! C'en était trop. Bien qu'il fut récalcitrant à l'idée de voir un médecin, il fallut pourtant bien y aller. Un rapide examen ne lui apprit rien sinon qu'il souffrait d'un excès de poids. Le médecin lui prescrit un bilan sanguin, l'ayant en effet trouvé vraiment changé ! Les virus devenaient légion en France depuis quelques temps. Il avait du en choper un.

Pourtant les analyses ne dévoilèrent rien d'anormal. David n'avait aucun souci au travail non plus. Ils décidèrent d'aller consulter un psychologue. Celui-ci ne lui trouva rien si ce n'est ce besoin incompréhensible de dormir à n'importe quel moment. Pourtant il aimait toujours faire l'amour avec Lydie. Mais que se passait-il ?

Les mois continuèrent sans changement. Ses vomissements semblaient s'être calmés. Mais sa faim demeurait déroutante. Il grossissait démesurément. Son sommeil devenait tout aussi préoccupant. Il dormait maintenant entre dix et douze heures de sommeil.

Ce fut durant la nuit que David se mit à gémir, se plaignant de douleurs dans le ventre. Le cachet d'aspirine ne fit aucun effet. Vers trois heures du matin David se mit à tourner en rond dans la maison, décidant de transformer la disposition des meubles. Lydie n'en croyait ses yeux. Mais que lui arrivait-il ? Alors que des douleurs importantes lui tenaillaient le ventre, David éprouvait soudain l'envie de tout transformer dans leur maison. C'était vraiment ahurissant.

Vers quatre heures du matin, les douleurs de David s'estompèrent. Il décida d'aller s'allonger. Bien sur, Lydie, trop inquiète n'avait plus du tout sommeil. Elle hésitait entre appeler le Samu ou l'emmener aux urgences. Elle décida de patienter.

Cela faisait huit mois passés que David s'était mis à changer. Personne dans sa famille n'avait eu de problème de poids. Pas d'antécédent de diabète ni cholestérol pouvant expliquer cet excès de poids qu'il avait. Malgré ses trente ans tout récents, David avait un ventre devenu proéminent. Il ne buvait pas de bière, pourtant !

Une heure plus tard, David se réveilla en gémissant, se tenant à deux mains le ventre. Cette fois-ci, pas question de tergiverser. Il paraissait souffrir terriblement.

Arrivé aux urgences, Lydie dut attendre dans la pièce d'attente. Un médecin fut appelé d'urgence et exigea une radio immédiatement. Posant sa main sur le ventre de David, le médecin la retira brusquement comme s'il venait d'être piqué par un taon, en s'exclamant.

- Mais qu'est-ce que c'est que ça ?

Sous sa paume, quelque chose de mouvant venait de déplacer ! L'homme avait-il attrapé un ténia, d'une taille importante ? Pendant ce temps, David se tordait de douleur. Impossible de lui donner n'importe quoi sans savoir de quoi il retournait.

Enfin le radiologue arriva, tenant à la main la radio, le visage blême. Il tendit au médecin d'urgence le résultat, en soupirant :

- Si je vous dis ce que je vois, vous n'allez pas me croire ! Je n'en reviens pas moi même ! Vérifiez donc par vous mêmes !
- Une seconde, dit le médecin, posant la radio en transparence le long du mur lumineux pour l'étudier. Nom de dieu ! C'est vraiment hallucinant !

L'homme était devenu blême de stupéfaction. Il se retourna vers David, qui se tordait de douleur maintenant. Comment allait-il dire à ce patient ce qui l'attendait ? Il bipa rapidement un autre médecin spécialisé, puis exigea qu'on prépare la salle d'opération immédiatement. Il n'y avait plus une seconde à perdre sinon le patient en mourrait.

Très vite, une infirmière prépara David, lui désinfectant le bras rapidement puis le piqua. Celui-ci n'eut pas le temps de réagir ou de poser la moindre question. Il plongea dans un sommeil sans fin.

L'équipe médicale arriva au complet en quelques minutes, chacun se positionnant à sa place autour du patient, immobile, les traits crispés par la souffrance. Arriveraient-ils à sauver la vie de cet homme en train de vivre la plus incroyable des histoires dans le monde? En quelques mots, le chirurgien exposa sa découverte à son équipe, qui le fixa d’un air stupide, les yeux ronds.

Mais le temps comptait. Il n’y avait plus e temps à perdre ! Le chirurgien entreprit d'ouvrir le bas du ventre de l'homme, d'un geste précis, en incisant les chairs. L'infirmière près de lui épongeait rapidement le sang. Plongeant ses mains gantées dans le ventre sanguinolent de l'homme, le chirurgien appréhendait en silence ce qu'il allait découvrir. L'équipe demeurait silencieuse, les yeux rivés sur le ventre ouvert de l'homme.

Peu à peu, le chirurgien plongea ses mains gantées entre les chairs, et fit apparaître une petite forme toute sanguinolente, les laissant tous ébahis de stupeur ! D'un geste précis, l'infirmière s'en saisit, donna une tape dessus, arrachant à la petite chose fripée, un vagissement de douleur. Pour la première fois de leur vie, un homme venait de mettre au monde un enfant ! Dieu merci, le bébé était bien vivant ! Cet enfant possédait des cordes vocales pour le moins étonnantes à entendre ses cris de protestation!

Il ne restait plus qu'à informer l'épouse qui était dans le couloir et attendait le verdict, les yeux remplis d'angoisse. Quand le chirurgien lui annonça la nouvelle, l'épouse sous le choc s'évanouit ! La nouvelle n'allait pas tarder à faire le tour de la terre et les journalistes prendraient d'assaut la clinique ! La gloire rejaillirait rapidement sur le chirurgien et son équipe et la clinique qui allait devenir célèbre dans le monde entier !

Le chirurgien eut un immense sourire de reconnaissance pour cet homme qui venait sans le savoir de bouleverser bien des idées établies. A force de faire avaler à la population, toutes sortes de produits chimiques, le corps de cet homme venait de subir la pire des transformations à son insu et venait donner la vie !

Le chirurgien parut soudain sceptique : les hommes auraient-ils le même courage que les femmes pour mettre au monde leur progéniture sans hurler de douleur ? Cela restait dorénavant à voir...Bah, en cas de cris trop stridents, il resterait pour eux la bonne vieille piqûre pour les plonger dans le sommeil, le temps de leur faire une césarienne….Qui sait un jour si la race humaine ne serait pas hermaphrodite suivant les besoins de l'espèce ?


30/12/2007

Erotica51



Retour


http://www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2016-Tous Droits Réservés