JE VAIS TE CROQUER

Offert par Erotica51



Tu adorais les surprises. Cela tombait bien; moi, j'adorais t'en faire. Ce jour-là, je filais vite fait, en courses, puis revint aussitôt à la maison avec elle. Installée sur la table, elle m'observait, suivant un à un mes gestes. Je chantonnais, ravie de la surprise succulente qui t'attendait.

Un bref regard à ma montre m'avertit de me dépêcher de me préparer. Je retirais rapidement mon pull-over, puis fis glisser ma jupe, le long de mes cuisses. Je sentais ton regard, m'implorant de m'occuper de toi.

Un peu perverse, je décidais de te faire attendre. Je savais parfaitement combien tu voulais que je te goûte, te savoure...Je passais une langue gourmande sur mes lèvres, pour te narguer. Je continuais, d'un air imperturbable, mon strip-tease. J'avais décidé que tu patienterais.

Je dégrafais lentement mes bas, les faisant crisser sur mes jambes, puis en dressais une dénudée, devant toi. Je sentais que tu salivais. Ta réaction m'amusait. Je posais l'autre jambe sur une chaise puis fit doucement glisser le second bas, lentement, jusqu'au bout du pied. Un silence lourd régnait maintenant dans la cuisine.

Je me relevais, te tournant le dos et me mis à dégrafer mon soutien gorge. La fraîcheur soudain de la pièce me fit dresser le bout des tétons. Mes mains descendirent sur mes hanches. Posant un doigt sous la fine cordelette, je le fis brusquement descendre, sous ton regard excité. Coquine, je me tournais vers toi, te narguant avec ma poitrine et ma chatte dénudées. Mon sexe était tout humide maintenant. Je savais que tu guettais l’instant où ma main se poserait enfin sur toi.

Sous ton apparence impassible, je te sentais trembler. Tu me fixais, belle, rosie, avec ta chair si appétissante. Pourtant tu savais que mon amant allait arriver mais cela ne te gênait pas.

D’un air décidé, je m’approchais enfin de toi puis lentement, me penchais sur toi. J'ouvris enfin la bouche, te hûmant, te léchant goulument du bout de ma jolie langue rosée, à petits coups taquins, et brusquement mes dents cruellement se plantèrent dans ta chair tendre de pomme...

Je n'en pouvais plus. Il me fallait te croquer !



Retour


http://www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2016-Tous Droits Réservés