BLAGUES SUR LES JUIFS

par MICK


LA MODESTIE JUIVE :

Un catholique, un protestant, un musulman et un juif sont en discussion durant un dîner.

Le catholique dit :

- “Je suis si riche que j'achèterai bien la Citibank" !

Le protestant dit :

- "Je suis très riche et j'achèterais bien la General Motors" !

Le musulman dit :

- "Je suis un prince fabuleusement riche... Je vais acheter Microsoft" !

Ensuite ils attendent tous que le juif parle...Le juif remue son café, place la cuillère proprement sur la table, prend une petite gorgée de café, les regarde et dit avec désinvolture :

- "Je ne vends pas !!!


***********************************************

CONTROLE FISCAL A LA SYNAGOGUE :

Un jeune inspecteur des impôts est envoyé pour un contrôle fiscal à la synagogue. Impitoyable, il pose de nombreuses questions au rabbin.

- "Et que faites vous des restes de cire et de bougies ?"

- "Nous les renvoyons à notre fournisseur qui, une fois l'an, nous offre un paquet de bougies"

- "Et les restes de bagels, toutes ces miettes, qu'en faites-vous ?"

- "Mais, la même chose, nous les expédions à notre boulanger et, une fois l'an, il nous donne gratuitement un paquet supplémentaire".

Moqueur, l'inspecteur ajoute :

"Et ce qui reste des circoncisions..de toutes ces petites peaux... qu'en faites vous ?"

Placide, le rabbin répond :

"Mais, comme pour le reste, nous les envoyons au Ministère des Finances qui, une fois l'an, nous envoit une tête de gland !"

*****************************************

LE BANQUIER JUIF MARIE SON FILS :

Un riche banquier juif va marier son fils...La veille des noces, il prend le jeune homme à part pour une conversation en tête-à-tête.

- Simon, mon fils, je réalise que je ne t'ai jamais parlé de la vie ! Dès demain, tu seras avec ta femme, il faut quand même que tu saches certaineschoses. Tiens, tu connais les doigts de la main ?

- Mais bien sûr, papa ! Il y a l'index, le majeur, le...

- Non, non ! l'interrompt le banquier. Ce n'est pas ça ! Il y a le doigt du voyage, celui de la direction, celui de la jouissance, celui du mariage et enfin celui de la distinction.

- Ah bon ?

- Je t'explique, Simon, mon fils : Le doigt du voyage, c'est le pouce, parce qu'il te permet de faire du stop.

- D'accord papa !

- Le doigt de la direction, c'est l'index, parce que c'est celui que tu tends quand tu veux montrer quelque chose.

- Ok !

- Le doigt du mariage, c'est l'annulaire, parce que c'est là que tu vas passer ton alliance, Simon, mon fils.

- Oui papa !

- Et le doigt de la distinction, c'est l'auriculaire, parce qu'il faut le lever quand on boit une tasse de thé.

- Compris, papa ! Mais papa tu as oublié le doigt de la jouissance !

- Je gardais le Meilleur pour la fin, Simon, mon fils : Le doigt de la jouissance, c'est le majeur. Le plus beau, le plus long. Pour la jouissance, ce doigt, tu le mouilles dans ta bouche, et... TU COMPTES LES BILLETS MON FILS !!

******************************************
Ce sont deux juifs qui sont au bord de la mer. Sur la plage, ils sont étendus, à se faire dorer, ils dorment presque.

À un moment,on entend cette conversation :

- Samuel ?

- Oui Moché ?

- La mer monte

- Achète !

******************************************
Ce sont trois mères juives qui discutent de leur fils respectifs.

La première déclare :

- Moi mon fils, il est tellement riche qu'il pourrait acheter Paris!

La seconde, un peu vexée:

- Moi mon fils, il a tellement d'argent qu'il pourrait s'offrir Paris et New-York!

Alors la troisième termine:

- Mais qu'est-ce qui vous fait croire que mon fils a envie de vendre?

*****************************************
UN GAMIN INDECIS :

Un gamin court retrouver sa mère, avec une question importante dans la tête.

Arrivé devant elle, il lui demande :

- Dis maman, je suis juif ou arabe ?

- Ton père est juif et moi, arabe alors tu es les deux, mon fils. Pourquoi cette question ?

- C'est parce qu'il y a, en bas de l'immeuble, une belle mobylette. Alors, j'hésite entre la voler et la vendre...

*************************************

JACOB EN VOYAGE DE NOCES :

Jacob rencontre Lévi dans la rue.

- Alors, Lévi, il parait que tu viens de te marier?

- Oui, Monsieur Jacob. D'ailleurs comme vous le voyez, j'ai déjà fait mes valises pour partir en voyage de noces

- Bien! Et où vas-tu?

- À Jérusalem, Monsieur Jacob.

- Très bien! mais où est ta femme?

- Au magasin, monsieur Jacob. Comme ça, on peut rester ouverts pendant mon absence.

Il passe ensuite trois jours et trois nuits à Jérusalem.

Au moment de repartir, il tique en voyant la note: 3 000 francs et en plus,et 900 francs pour les repas.

- Comment!, s'exclame-t-il, vous me demandez une somme pareille pour les repas ? Mais je n'y ai même pas touché, à votre nourriture!. Je n'ai rien mangé ! Votre nourriture n'est même pas cacher.

- Rien à faire!, répond le gérant. La nourriture était à votre disposition, et si vous n'y avez pas touché, cela vous regarde! Vous nous devez 3900 francs!

Le Juif écossais ashkénaze réfléchit un moment.

- D'accord!, finit-il par répondre. Mais maintenant, c'est vous qui me devez 2 100 francs!

- Comment?, demande le gérant.

- Je vous paye les 3900 francs, mais vous, vous m'en devez 6000, parce que durant trois nuits de suite, vous avez couché avec ma femme! Je compte donc 2000 francs par nuit, parce que je l'aime beaucoup. 6000 francs moins 3900, ça fait 2100! Vous savez compter, non?

- Mais... je n'ai pas couché avec votre femme!, balbutie le gérant.

- C'est votre problème! Ma femme était là, à votre disposition, et si vous ne l'avez pas touchée, cela vous regarde! Rien à faire !

******************************************


C'est une maman juive qui ne sait plus communiquer avec son fils: Leurs rapports sont vraiment très tendus, à tel point que d'un commun accord, ils décident d'aller consulter le fils Lowenstein, celui qui a fait psychiatre.

Après quelques séances de psychanalyse avec les deux protagonistes, le psychiatre dit à la mère juive:

- Je vois ce qui se passe entre vous: Votre fils a un complexe d'Oedipe.

Et la mère répond:

- Un complexe?! C'est pas grave ça. L'important, c'est qu'il aime sa mère.

******************************************

Un vieux juif arrive à la banque et demande 10.000 francs en billets de 100 F.

Le guichetier les lui donne et le vieux juif entreprend de les compter :

100 F
200 F
300 F
400 F
...
10000 F

Une queue de 15 personne s'est déjà formée et le vieux juif recommence son comptage.

Le guichetier lui demande alors :

- Ce n'est pas juste ?

Le vieux juif murmure, déçu :

- Si si, c'est vraiment juste...dommage !

***************************************

MOCHE CHERCHE DU TRAVAIL :

En Israël, Moché va voir le grand rabbin, et lui demande :

- Hé ! Grand rabbin ! Je cherche du travail depuis six mois en vain. Tu peux me trouver quelque chose, toi...non ?

Le Rabbin réfléchit une minute puis sourit en lui répondant :

- Bonjour Moché. Justement j'ai un travail pour toi : Tu fais le guet devant l'entrée de notre grande cité. Dès que Jésus revient, tu viens l'annoncer à tout le monde !

- Mmmmmmmhhhh.....C'est bien payé au moins ?

- NON ! Mais tu as au moins la sécurité de l'emploi !!!


*************************************************

LES CINQ DOIGTS DE LA MAIN :

Un riche banquier juif va marier son fils. La veille des noces, il prend le jeune homme à part pour une conversation en tête à tête.

- Simon, mon fils, je réalise que je ne t'ai jamais parlé de la vie, etc. Dès demain, tu seras avec ta femme, il faut quand même que tu saches certaines choses.
Tiens, tu connais les doigts de la main ?

- Mais bien sur, papa ! Il y a l'index, le majeur, le...

- Non, non! L'interrompt le banquier.

- Ce n'est pas ça ! il y a le doigt du voyage, celui de la direction, celui de la jouissance, celui du mariage et enfin celui de la distinction.

- Ah bon ?

- Je t'explique, Simon, mon fils. Le doigt du voyage, c'est le pouce, parce qu'il te permet de faire du stop.

- D'accord papa.

- Le doigt de la direction, c'est l'index, parce que c'est celui que tu tends quand tu veux montrer quelque chose.

- Ok

- Le doigt du mariage, c'est l'annulaire, parce que c'est là que tu vas passer ton alliance, Simon, mon fils.

- Oui papa

- Et le doigt de la distinction, c'est l'auriculaire, parce qu'il faut le lever quand on boit une tasse de thé.

- Compris, papa... Mais papa, tu as oublié le doigt de la jouissance !

- Je gardais le meilleur pour la fin, Simon, mon fils. Le doigt de la jouissance, c'est le majeur. Le plus beau, le plus long. Pour la jouissance, ce doigt, tu le mouilles dans ta bouche, et...tu comptes avec tes billets, mon fils!


*********************************



Retour


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés