Mon
pseudo
Les forums Liste des discussions Site
Erotica51
Recherche
 
Message d'origine de la discussion :
"Quand microsoft vous ment !"
Envoyé par Erotica51 le 11 mars 2016 à 12:07 - 380éme visualisation
Pour promouvoir Windows 10, Microsoft fait peur aux utilisateurs de Windows 7

07/01/2016

Problèmes de sécurité, incompatibilités matérielles… Tous les (FAUX ARGUMENTS) sont bons pour inciter les utilisateurs à migrer vers le nouveau système d’exploitation.


Invité il y a deux semaines à l’occasion d’un podcast vidéo organisé par Windows Weekly, le directeur marketing de Microsoft, Chris Capossela, a usé d’un stratagème un peu grossier pour inciter les utilisateurs de Windows 7 à migrer vers Windows 10 : la peur.
« Nous sommes inquiets quand les gens utilisent un système d’exploitation vieux de 10 ans et que la prochaine imprimante qu’ils achèteront ne fonctionnera pas, ou quand ils achèteront Fallout 4, un jeu très populaire, et qu’il ne marchera pas sur tout un ensemble de vieilles machines. Aussi, nous poussons les éditeurs tiers et les constructeurs à créer de nouvelles choses super qui tirent parti de Windows 10 et qui, évidemment, font paraître les anciens produits très mauvais, sans parler des virus et des problèmes de sécurité », explique le dirigeant.

""Des inepties signées Microsoft""

Malheureusement, tout ceci est loin d’être vrai. Côté sécurité, Windows 7 ne posera pas plus de problèmes que Windows 10, car Microsoft va colmater les failles de son ancien système jusqu’au 14 janvier 2020. L’éditeur s’est engagé à cela dans le cadre de son « support étendu », qui s’applique à tous les utilisateurs de Windows 7.

Même chose pour Fallout 4. Ce jeu vidéo est parfaitement compatible avec Windows 7, à condition d’avoir la version 64 bit du système et de disposer d’une configuration matérielle suffisante (8 Go de RAM, 30 Go de stockage, processeur Intel Core i5-2300 2,8 GHz ou AMD Phenom II X4 945 3 GHz).

En cas de dysfonctionnement, migrer vers Windows 10 n’apportera rien, c’est les composants matériels qu’il faut changer.

Enfin, il y a pour l’instant peu de chance d’acheter une imprimante qui ne soit pas compatible avec Windows 7, à moins de tomber sur un fabricant suicidaire.

Car ce système représente toujours la vaste majorité du parc Windows installé, avec 55,68 % de parts de marché. Windows 10, à l’inverse, n’atteint pour l’instant que 9,96 % de parts de marché, selon Des inepties signées Microsoft

Depuis la sortie de son dernier OS en juillet dernier, Microsoft met le paquet pour /

• réduire le parc de Windows 7
• et inciter les utilisateurs à migrer vers Windows 10 :
• il propose son nouveau système gratuitement, il fait afficher des popups incitatifs,
• il préinstalle en douce des fichiers sur les PC, etc.

• Les propos inquiétants de Chris Capossela ne sont donc qu’une tentative de plus pour atteindre cet objectif. Mais, parfois, le mieux est l'ennemi du bien.
Sources :
Hacker News, Forbes

Gilbert KALLENBORN
Journaliste

  
Répondre
Liste des réponses :
Microsoft : failles dans windows et flash :, Erotica51, le 4 novembre à 15:17
 
Contenu des réponses :
"Microsoft : failles dans windows et flash :"
Envoyé par Erotica51 le 4 novembre 2016 à 15:17



Microsoft : Des hackers russes auraient visé des cibles politiques via une faille de Windows

C'est par ce biais que les emails de la campagne d'Hillary Clinton auraient été piratés...


Des hackers russes profitent d’une faille de sécurité de Windows. Microsoft a averti mardi qu’une vulnérabilité de son logiciel, récemment exposée par son rival Google, était exploitée par des pirates informatiques soupçonnés d’avoir mené des attaques contre des institutions politiques américaines.

Des responsables du parti démocrate américain ont affirmé vendredi avoir été la cible d'un nouveau piratage informatique

Des hackers russes profitent d’une faille de sécurité de Windows. Microsoft a averti mardi qu’une vulnérabilité de son logiciel, récemment exposée par son rival Google, était exploitée par des pirates informatiques soupçonnés d’avoir mené des attaques contre des institutions politiques américaines.

Ce groupe de pirates, que Microsoft appelle « Strontium », est aussi connu sous le nom de Fancy Bear, la même organisation qui, selon des spécialistes, aurait piraté les emails de John Podesta, le président de l’équipe de campagne d’Hillary Clinton. Dans un rapport publié l’an dernier, le géant de l’informatique décrivait le groupe comme faisant usage « de tactiques et techniques agressives et persistantes et utilisant régulièrement des vulnérabilités Zero Day [soit des failles encore peu ou pas connues pour lesquelles aucun correctif n’est disponible] pour attaquer ses cibles] ».

Des responsables du parti démocrate américain ont affirmé vendredi avoir été la cible d'un nouveau piratage informatique

Des hackers russes profitent d’une faille de sécurité de Windows. Microsoft a averti mardi qu’une vulnérabilité de son logiciel, récemment exposée par son rival Google, était exploitée par des pirates informatiques soupçonnés d’avoir mené des attaques contre des institutions politiques américaines.

Ce groupe de pirates, que Microsoft appelle « Strontium », est aussi connu sous le nom de Fancy Bear, la même organisation qui, selon des spécialistes, aurait piraté les emails de John Podesta, le président de l’équipe de campagne d’Hillary Clinton. Dans un rapport publié l’an dernier, le géant de l’informatique décrivait le groupe comme faisant usage « de tactiques et techniques agressives et persistantes et utilisant régulièrement des vulnérabilités Zero Day [soit des failles encore peu ou pas connues pour lesquelles aucun correctif n’est disponible] pour attaquer ses cibles] ».
John Podesta aurait été victime de hameçonnage

Cette fois, Strontium a lancé une campagne d’attaques par hameçonnage visant des cibles spécifiques, notamment des agences gouvernementales ou des institutions diplomatiques et militaires, écrit Terry Myerson, vice-président de Microsoft en charge notamment de Windows, sur un blog officiel du groupe. Le piratage des mails de John Podesta, publiés par Wikileaks, aurait ainsi commencé par un courriel envoyé en mars dernier au responsable, pour lui demander de mettre à jour son mot de passe.

La direction du renseignement américain (ODNI) avait dénoncé au début du mois une tentative de Moscou d'« interférer dans le processus électoral américain ». Le Kremlin avait répliqué en qualifiant ces accusations de « foutaises ». D

ans le cas présent, les pirates combinent leurs attaques par hameçonnage avec l’exploitation de failles de sécurité dans Windows ainsi que dans Flash, un logiciel d’Adobe, pour installer des portes dérobées sur des ordinateurs afin de pouvoir ensuite s’y introduire à leur guise.

Les patchs de sécurité devraient être prêts le 8 novembre 2016

Ce n’est pas Microsoft lui-même, mais des chercheurs de Google qui avaient rendu ces failles publiques, lundi, les qualifiant de « particulièrement graves » et précisant « qu’elles sont activement exploitées ».

Terry Myerson a toutefois critiqué le fait que son rival n’ait pas attendu que le problème soit résolu. « La décision de Google de dévoiler ces failles avant que des patchs soient largement disponibles et testés est décevante, et fait courir un risque accru aux consommateurs », déplore-t-il.

L’entreprise indique que ses propres patchs de sécurité sont en phase de tests et devraient faire l’objet d’une mise à jour le 8 novembre.

Google a argumenté qu’il avait donné 7 jours à Microsoft pour régler le problème avant de le rendre public : il dit avoir informé Microsoft et Adobe de sa découverte dès le 21 octobre 2016.

Une mise à jour de Flash a d’ailleurs été faite 5 jours plus tard.

Terry Myerson assure toutefois que les internautes utilisant le navigateur Edge et la dernière version de Windows 10 ne devraient pas être vulnérables.

Publié le 02.11.2016
  
Répondre

Réponses - Liste - Message