LA FEMME SERPENT

par Erotica51



Epuisé d'avoir nagé, toute la journée, Mick s'était endormi, sur le sable chaud, la tête calée contre un petit talus, empli d'herbes sèches. Combien de temps s'était il écoulé, avant qu'un léger bruit ne lui fasse ouvrir les yeux ? Difficile à dire…

Il tendit l'oreille, intrigué. On aurait dit un animal qui rampait, tout en se déplaçant avec une extrême rapidité. Il se secoua, laissant retomber les grains de sable qui le recouvraient. Puis son regard balaya la plage, de gauche à droite, afin de distinguer ce qui s'avançait dans sa direction…

Quand il réalisa, il était trop tard. Il entendit un drôle de sifflement, comme pour le mettre en garde. Il leva la tête, stupéfait, se disant qu'il vivait un cauchemar. Soudain galvanisé par la peur, il se mit à courir, à toute vitesse, sur le sable, sentant cet étrange animal s'élancer dans sa direction. Son cœur s'était mis à tambouriner par la peur qui le submergeait.

Il ne courut pas longtemps, brusquement projeté, sur le sable où il se mit à bouler. Hagard, il se releva, observant l'animal, furieusement dressé devant lui. Jamais dans ses pires cauchemars, il n'aurait imaginé une telle vision !

C'était un serpent immense, aux écailles dorées, qui s'entrechoquaient, en bougeant. Fasciné il le regardait, incapable de bouger, le voyant s'approcher, de plus en plus près. Il recula, doucement, ne quittant pas l'animal des yeux…


- Ce n'est pas possible ! Je dois me réveiller ! Je suis en train de faire un cauchemar ! se disait-il, les dents serrées, pour ne pas se mettre à hurler.

Il ne put l'éviter quand l'animal s'élança, dardant, dans sa direction, sa langue sifflante, aux deux extrémités qui le frôlèrent, dangereusement. Quand l'animal se mit à faire glisser ses anneaux, tout en le serrant, il crut qu'il allait mourir étouffé.

Le corps était froid et glissant mais loin de le blesser ou l'achever, semblait, soudain, le caresser, ondulant sur son corps, avec agilité. Etonné par cette douceur apparente, il rouvrit les yeux : c'était un immense serpent dont la tête était recouverte de cheveux blonds qui adoucissaient ses traits. Seuls les yeux paraissaient cruels, avec cette fente noire dedans, qui le fascinait. Il avait devant lui un animal étrange : la femme serpent…

Elle, tout aussi intriguée, ondulait, sur son corps, tout en l'excitant, malgré son angoisse profonde. L'effet était bizarre, froid et glissant, lui hérissant les poils du corps. Elle pencha sur lui un peu plus son visage, le caressant de sa langue, cherchant à pénétrer ses lèvres, nerveusement. Il ferma les yeux, hagard. Ce monstre voulait l'embrasser ! il résista pourtant, incapable de lui donner un baiser.

Quand il rouvrit les yeux, elle continuait de le fixer. Il n'aurait su dire pourquoi mais il la sentait blessée. C'était une femme à la chevelure magnifique qui volait en tous sens, sous le vent. Deux seins, en forme de poires, se dressaient comme l'invitant à le caresser. C'étaient de vrais seins de femme, frémissants, sous ses doigts.

Elle redevenait animal, à partir de la taille. Elle se plaqua contre lui, l'incitant, encore plus, à la caresser. Doucement, ses seins se mirent à durcir, sous ses caresses. Il se mit à lui aspirer les tétons, écoutant son souffle devenir plus court.

Elle avait deux bras fermes et délicats dont les mains agiles se mirent à jouer avec son corps. Il se cambra, sous la précision de ses doigts qui s'étaient mis à le branler, avec fermeté. Elle jouait, de son corps, comme un musicien jouant sur les touches d'un piano, laissant échapper, malgré lui, des gémissements incontrôlés de plaisir. Il sentait son souffle dans son cou.

Elle posa la tête sur son épaule quand il se mit à lui caresser à pleines mains, sa poitrine. Elle aimait, se cambrait, appelait ses caresses. Il le sentait, la voyant devenir douce et alanguie. Bientôt, sans qu'il sut comment, il se retrouva nu, la queue dressée, sous un ciel d'encre, ses vêtements éparpillés à toute volée. Etrange vision que cet animal fantastique et de cet homme ému malgré lui.

Il tomba sur le sable. Elle s'enroula, sur lui, dans un lent et doux va et vient, l'excitant de plus en plus. Il gardait ses seins, pressés, au creux de ses mains, titillant, leurs pointes, avec gourmandise. Elle se plaqua, contre son sexe dressé et surpris, il se sentit aspiré, glissant en elle, vertigineusement..

Pressé, aspiré, empalé, elle s'agitait sur son sexe, avec vélocité, augmentant son désir et sa crainte de jouir avant qu'elle ne prit possession de lui. Soudain, elle se mit à gémir, le corps arqué, spasmodiquement, son longs corps secoué de jouissance.. Lui aussi sentit son gland exploser de plaisir. Il ferma les yeux, ébloui par les sensations extraordinaires qu'il ressentit.

Elle le regarda jouir, avec volupté puis, sans prévenir, darda sa langue, sur son cou offert et, fondant aussi vite que l'éclair, brusquement, le mordit ! Foudroyé par le poison, l'homme vacilla, puis tomba au sol, à la renverse, le corps encore tout secoué par les spasmes de plaisir.

La femme serpent, le fixa longuement, étonnée de le voir inerte, brusquement puis fila, entre les herbes sauvages, pour se cacher. Demain, sur cette plage, il y aurait du monde, gesticulant, en tout sens, en découvrant le corps de l'homme mort. Inutile de prendre le risque de se faire capturer ou tuer.

Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés