UNE PLUME D'ANGE S'EST POSEE

par Erotica51



Tu dors et pourtant, tu dors mal, d'un sommeil agité. Tu penses mais tu n'arrives à concentrer tes pensées, dans la journée, sur ton travail. Tu parles et incidemment, certains mots t'échappent. Tu as changé, inconsciemment, imperceptiblement. Tu n'as rien vu venir, te croyant à l'abri, de ce charme étrange qu'elle dégageait, qui, doucement, t'a enveloppé…

Te souviens-tu, comme sous ta main, elle frémissait? Comme cette rencontre, elle l'appréhendait. Combien de nuits, pour toi, est-elle demeurée éveillée? Tu l'ignores encore aujourd'hui. De cette attente dont tu jouais. Elle est, malheureusement, depuis repartie.

Et, à ton tour, tu éprouves un sentiment étrange, un manque, une envie d'elle qui te déchire l'esprit. Te rappelles-tu sa chevelure, effleurant ton visage? Sa visage, légèrement, incliné, humant avec avidité, ton corps, au passage. Ce frémissement qui l'agitait, quand, de ta main, tu es venu la caresser? Non! tu n'as rien oublié de ces instants passés. Tu le sais même si tu te refuses de l'avouer.

Tes pensées semblent maintenant, vers elle, soudain, se diriger, impossible à canaliser. Pourquoi ce besoin de la blesser? Tu imagines son regard chagrin. Tu entends presque sa voix chuchoter. Tu prétends l'avoir oubliée mais c'est à toi même que tu mens.

La nuit, doucement, est tombée d'épuisement; tu es parti te coucher. Comme ton sommeil semble agité! Est-ce tes remords, de l'avoir blessée, qui viennent te hanter? Serait-ce ce que ton subconscient est en train de te souffler, qui te fait, ainsi, t'agiter?

La nuit est là et ses mystères. Elle vient souvent pénétrer tes rêves. Un souffle sur ta joue vient de se poser, comme un baiser léger. Ton ange est revenu, t'observe, assise sur le lit, te regardant dormir.

Elle sait tout de tes rêves, de tes pensées. Elle a compris ce que tu n'oses encore t'avouer. Il te faut du temps. Au petit matin, elle s'en est allée, sur la pointe des pieds. Qui des deux est devenu le plus tourmenté? Doucement, sur toi, elle s'est penchée puis, sur ton oreiller, a déposé, cette plume d'ange, qu'au petit matin, tu contempleras, stupéfait.

En effet, parfois, la nuit, ton ange vient te visiter. Quand l'aube arrive, elle repart, sans bruit. Elle s'est levée, a soupiré, s'est élancée vers la lumière,laissant ouverte en grand ta fenêtre. Tu n'as pas compris qu'elle s'en allait car les anges ne sont pas faits pour souffrir mais pour être aimés.

Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés