LA LICORNE

par EROTICA51



La forêt bruissait, doucement. Les oiseaux chantaient, gaiement, à l'approche du printemps. Les arbres avaient retrouvé leur verdure luxuriante. Le vent s'amusait à souffler sur les feuilles, joyeusement.

SHOLA avait marché, longtemps, arpentant plusieurs kilomètres, respirant l'air pur, à pleins poumons. Il lui fallait se reposer, si elle voulait avoir assez de forces, pour rentrer à la maison.

Arrivée près d'une immense clairière, le oiseaux s'étaient tus, brusquement. Les aurait-elle effrayée ? Elle écarta les derniers branchages, qui lui donnaient une vue plongeante sur la clairière ensoleillée et poussa un léger cri de surprise.

La licorne était là, broutant l'air, tranquillement, les flancs encore frémissants, humant l'air, de temps à autre, nerveusement. Sa longue queue blanche fouettait l'air, sous le vent. Elle paraissait nerveuse et sur le qui-vive. D'un bref regard méfiant, elle regarda autour d'elle, puis rassurée, se remit à brouter l'herbe odorante.

Elle baissait la tête, gracieusement, choisissant chaque brin d'herbe, avec attention, puis l'arrachait de la terre, d'un bref coup de dents. Son pelage était d'une blancheur éclatante. Sa crinière voletait, avec grâce, autour de sa tête altière. SHOLA l'observa avec étonnement.

Ce n'était pas une superbe pouliche comme elle l'avait cru, au premier instant, en la voyant. Celle ci portait sur le milieu du front une immense corne, pareille à une longue lance. Pour la première fois, en réel, SHOLA découvrait la licorne blanche de ses rêves d'enfant.

Sentit-elle sa présence ? Elle releva immédiatement la tête, se cabra sur ses deux pattes arrières puis poussa un long hennissement. SHOLA paraissait avoir les pieds soudés au sol, demeurant aussi immobile qu'une statue de pierre, les yeux agrandis de stupéfaction.

La licorne parut se calmer puis s'avança vers elle, majestueusement, en la flairant. SHALA tendit la main, la paume levée vers elle, la laissant respirer son odeur avec soin. La Licorne se laissa faire quand SHOLA caressa, d'une main douce, ses flancs frémissants…

Soudain, on entendit un sinistre craquement, dans le bois. L'animal se redressa, surprise, puis s'enfuit, brusquement, dans le sous bois, en hennissant, longuement…SHOLA repartit, pensive, comprenant que l'on peut retrouver ses rêves passés, en gardant l'innocence de son âme d'enfant…

Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés