L'HOMME DE DEMAIN

par Erotica51



Tom était pensif, le regard perdu, plongé dans ses pensées. Comment la race humaine en était-elle arrivée à cette extrêmité ? Les années s'étaient écoulées, si vite...La Science avait, elle, évolué avec tant de dextérité, approchant la perfection, chirurgicalement, que cela en avait effrayé plus d'un. Ces hommes, le visage caché d'un masque hygiènique, affutés de scapels, de ciseaux, de pinces,de compreses, se prenaient-ils pour Dieu ?

Quelque soit l'état des malades que l'on leur apportait, quelque soit l'état de ces vies malades, brisées ou accidentées, les chirurgiens jouaient du bistouri, avec une facilité déconcertante, comme le pianiste effleure les touches d'un piano, sans vouloir s'arrêter.

La Mort, médusée, était obligée de reculer devant ces hommes en blouse blanche, luttant malgré tout, pied à pied, reprenant parfois quelques vies, déjà trop fragilisées pour avoir la force de continuer à lutter et survivre.

Les hôpitaux, eux aussi avaient changé. Les spécialités médicales s'étaient diversifiées, les spécialistes s'étaient améliorés, n'hésitant plus à se déplacer au bout du monde, pour observer d'autres façons de travailler, afin d'opérer tous ces corps malades ou mutilés.

Les longs couloirs hypers chauffés des hopitaux, avaient disparu, devant les économies à réaliser. Pareils à des blocs carrés colorés, de taille identique, empilés les uns sur les autres, ou accolés, ils étaient reliés entre eux par d'astucieux ascenseurs, qui arrivaient à une vitesse stupéfiante.
Les malades étaient acheminés, déshabillés, désinfectés, allongés, préparés en un tour de main, pour subir une opération, qui allait résoudre leur problème handicapant.

Les opérations des mains, des pieds, des intestins, du foie, des yeux, des épaules, du cerveau, etc, se succédaient à une vitesse incroyable. Les organes étaient rognés, coupés, remplacés par des organes étrangers, dont les malades n'avaient même pas idée de la matière dont ils étaient composés.

Peu à peu, la peau humaine elle aussi disparaissait, remplacée par une matière aussi souple mais qui ne vieillirait plus jamais. Chaque partie défaillante du corps était ainsi remplacée, par des matières qui n'avaient plus rien d'humain. Le risque de rejet avait été élucidé. Chaque nouvelle opération était devenue un véritable succès.

Seuls les yeux continuaient d'observer, d'un air fixe, comme s'ils essayaient de comprendre ce qui venait de se passer. Mais personne ne disait clairement à ces malades, ce qui était en train d'arriver, que l'être humain, peu à peu, disparaissait, remplacé par ces hommes et femmes, dont l'aspect humain n'était plus qu'un vague souvenir.

Même le cerveau, pourtant si fagile, pouvait aujourd'hui être remplacé, comme un simple boitier, avec une multitude de connexions à l'intérieur, que l'on changeait et qu'on réglait.

Pareils aux véhicules qui entraient par milliers dans des garages, autrefois, les corps étaient modifiés, réparés, ou changés. L'être humain avait suivi le même processus. Seuls, ces hommes en blouse blanche connaissaient la vérité : L'Homme de demain bientot n'aurait plus rien d'humain...L'ère des robots était bel et bien commencée.


Le 8/04/2018

Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés