LES DIEUX SONT EN COLERE

par EROTICA51



Des les plus hautes sphères du monde, les Dieux discutent avec âpreté. Leur conversation est très animée. De temps en temps, ils jettent un regard courroucé sur la Terre, ou les pires hommes règnent, en monarques, infatués de leurs pouvoirs.

Ils ont pour nom : Jesus, Allah, Shiva, Elie, etc…

Impuissants, les Dieux ont assisté, sidérés, aux pires atrocités, commises sur cette terre, à des guerres impensables, ou l’Homme a dévoilé toute sa cruauté. Ils ont vu une population ravagée, impuissante, faisant les frais de ces conflits, ou seuls le Pouvoir et l’Argent et la Corruption étaient le nerf principal, en fait, de ces guerres.

Les Dieux ont décidé que c’en était assez. Les dirigeants de chaque pays ont été convoqués, qu’ils soient président ou rois. Tous n’osent sont là, devinant le courroux des Dieux, dont les regards aujourd’hui, lancent de véritables éclairs.

Des hautes sphères du monde, ils ont assisté à leurs palabres, leurs discours creux et vides, leurs conseils jamais mis en application. Ils ont regardé en colère, la Terre s’illuminer de mille éclairs, s’embraser brusquement puis se recouvrir de cendres, distillant dans l’air des centaines de poisons, nocifs pour la population.

Chacun d’entre eux s’est interrogé, ne trouvant aucune réponse satisfaisante, découvrant qu’en dépit des religions, aucun de ces puissants n’étaient capables d’appliquer les textes divins :

- Tu ne tueras point !
- Tu ne voleras point !
- Tu protégeras les tiens !
- Tu respecteras tes parents et transmettra le savoir de tes aïeuls
- Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain
- Etc…

Pointant du doigt sur le Président français, qui la tête baissée, a pris un air humble :

- Tes beaux discours n’ont servi qu’à t’enrichir ! En un an, tu as provoqué le chaos et la ruine de ce pays ! A toi seul, tu monopolises la Justice pour des procès stupides, reculant celui-ci des autres !
- Je…je croyais …
- Silence, Vermine ! Tu n’as aucun respect des gens que tu gouvernes, toi et ta clique de sbires cupides ! Retournes à ta place !

Le tonnerre se fit entendre brusquement, faisant trembler d’appréhension tous ceux qui attendaient leur jugement. Sarkozy le petit se fit encore plus petit, sur ce siège qui lui brûlait les fesses.

La voix d’un autre dieu se fit entendre. On aurait pu entendre une mouche voler alentour tant le silence régnait parmi des hommes qui s’étaient crus tout permis.

- La Terre n’était donc pas assez grande qu’il a fallu vous entretuer !?
- Cet argent que vous avez amassé cupidement est le fruit d’années de travail des salariés, épuisés, qui a l’heure de la retraite, ont à peine de quoi subsister !
- Par votre faute, en déclenchant ces guerres inhumaines, vous avez fait tuer des millions de vies humaines, sans que votre sommeil en soit perturbé !
- Vous êtes indignes du pouvoir qui vous a été confié !

Les dieux, un à un, se levait, en les invectivant, point un doigt vengeur dans leur direction. Une fois encore, les responsables baissèrent la tête, sachant que s’ils osaient ouvrir la bouche, ils seraient pulvérisés par un éclair.

Les Dieux continuèrent leurs reproches :

- Vous avez déshonoré le poste qui vous avait été confié !
- Vous êtes assoiffés de pouvoir et bien trop orgueilleux !
- Nous vous retirons tout pouvoir aujourd’hui ! Vous n’êtes plus rien à présent…Plus rien ! Vous comprendrez très vite ce que cela veut dire !
- Nous confions cette fois le Pouvoir aux Femmes de chaque pays !


Et d’un geste, les Dieux lancèrent leurs éclairs sur ces dirigeants maudits qui avaient fait verser sur la population tant de larmes et de sang. Le Président français sentit brutalement un grand froid l’envahir, comme s’il était pétrifié.

Baissant les yeux, il s’aperçut stupéfait, que son beau costume Prada avait disparu. Il constata avec effroi que de vulgaires haillons le recouvraient à peine. Que sa peau était soudain recouverte d’affreuses pustules. Il se frotta le menton, essayant de réfléchir, malgré l’angoisse qui l’empêchait de réfléchir. Son visage si bien rasé de près avant, était recouvert de longs poils hirsutes, tout emmêlés. Ses chaussures à talonnettes en pur cuir d’Italie, n’étaient plus que d’affreux godillots, aux semelles usées, tout avachis. Ce n’était pas possible ! C’était le pire des cauchemars ! Il devait se réveiller ! Il se mit une claque mais rien ne changea…relavant la tête, il vit que les dirigeants des autres pays avaient subi le même sort.

Les portes du sanctuaire des Dieux courroucés s’ouvrirent avec fracas. Une armée vint les pousser dehors, sans aucun ménagement. Une foule de pauvres ères les attendaient, immobiles, leurs souffrances les rendaient muets mais dans leurs yeux, on pouvait y lire toute la colère du monde qui s’y était accumulée, depuis des années.

Chacun se mit à les invectiver, à leur jeter des pierres, à les maudire, les chassant de leur vue le plus loin possible…Depuis ce jour mémorable, les Femmes prennent en silence le véritable pouvoir. Si certaines ne sont pas meilleures qu’eux, au moins ont-elles l’intelligence de ne pas provoquer des guerres. Le Monde changera encore, durant de longs siècles.

Une nouvelle race humaine est en pleine mutation. Pendant ce temps, les Dieux, immobiles les observent, prêts à intervenir encore une fois.

Pendant ce temps, sous le Pont de l’Alma, un clochard était de convaincre quelques miséreux.

- Autrefois, j’étais un homme célèbre. Je tenais le monde à mes pieds…Puis arriva cette histoire invraisemblable ou un homme créa une poupée vaudou à mon image. Dix aiguilles étaient mis à disposition des lanceurs de sorts…Ce fut ma fin !
- Tu es le plus grand affabulateur au monde que je connaisse, ricana Fredo le Poivrot, en se tapant sur les cuisses, pris d’un fou rire communicatif…Allez bois un coup et oublie tout !
- Je ne veux pas oublier ! J’étais célèbre, adulé, craint, et aujourd’hui, je ne suis plus rien ! C’est trop injuste !

L’ancien président français se mit à pleurnicher comme un gamin…Les autres haussèrent les épaules, puis s’en allèrent fouiller les poubelles à la recherche de quelques denrées à se mettre sous la dent….Pourquoi regretter ce qui est le Passé ?

8/12/08

Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés