ANDALOUSA ET LE PECHEUR D'ETOILES

par Erotica51



Après de nombreux soirées à lire et à rêver, le Pêcheur d'étoiles décida de repartir en chasse. Sa faim d'une femme redevenait insatiable.

Il vit un feu allumé au bord de l'océan. Qui était cette femme qui dansait, nus pieds, ses longs cheveux flottant au vent ? Discrètement, il écarta les nuages, prenant le temps de l'admirer.

Elle dansait un tango langoureux dans les bras d'un homme qui la serrait dans un corps à corps sensuel, comme s'il voulait lui faire l'amour publiquement. Une bouffée de colère envahit notre pécheur d'étoiles. Cette femme, il la veut ! Il suit avec attention ses gestes; ses mains tapent l'une contre l'autre puis s'élèvent filèrent vers le ciel. Son corps ondule, sauvage, roulant des hanches, d'un air fier.

Il y a quelque chose d'animal dans cette femme, d'arrogant comme une citadelle cherchant à se faire prendre. Durant des heures, le pêcheur d'étoiles la regarder danser, observant chaque geste, chaque regard échangé avec provocation.

Quand la nuit, épuisée d'avoir dansé, elle brossera ses cheveux allant jusqu'à ses fesses. Elle est belle, sensuelle comme une pouliche indomptable. Le pêcheur d'étoiles aimait les paris. Sa décision fut fulgurante. Cette femme sera sienne, cette nuit même !

Il descendit, de nuit, des nuages puis traversa le camp enfin endormi. Même les bêtes dormaient profondément. Il sourit : il n’y aurait donc point à craindre leurs jappements. Il avait repéré l'endroit ou était repartie cette danseuse troublante.

A pas de loup, il pénétra sa chambre. Elle dormait seule; mais un homme était assoupi comme une souche en travers de sa porte; un jaloux, sans doute Sans bruit, il entrouvrit la porte de la chambre...Dans la pénombre il s'enfonça, marchant à pas de loup, tous les sens en éveil.

Elle dormait immobile, ses beaux cheveux aussi sombres que la nuit, éparpillés autour d’elle. Il s'approcha : dieu, qu'elle est belle ! Il se déshabilla, sans faire de bruit, en un tour de main. Puis grimpa sur le lit avant de lui baiser en douceur la main.

Dans son sommeil, Andalousa esquissa un sourire, croyant rêver. Sans doute un amoureux venu lui rendre visite dans son sommeil, crut elle. Mais le pêcheur d’étoiles la désirait si fort qu’il ne put attendre plus longtemps. Ses baisers se firent chastes, légers puis plus précis. Elle allongea ses jambes, alanguie, puis gémit quand il vint se lover entre ses cuisses.

Elle ne portait rien sur elle tant il faisait chaud la nuit. Il se rapprocha, attentif, puis glissa ses mains sur ses cuisses. Elle étouffa un de ces soupirs suffisamment révélateurs de son manque de plaisir depuis bien des mois.

Il entreprit de la caresser du bout des doigts, tout en légèreté, suffisamment pour éveiller ses sens et l’effleurer. Elle ne se déroba pas ; bien au contraire, elle offrit son corps en le cambrant, rêvant sous doute des baisers du soleil, sur son sexe.

C’était si doux, si tendre de déguster la douceur de sa chair. Ses petites lèvres très vite se gorgèrent de sang. Très vite, il dégusta le goût sucré salé de son abricot totalement épilé. Elle devenait trempée. Il glissa tout en continuant de la laper de glisser un léger doigt au fond d’elle. En de légers vas et viens, il l’amena aux portes du plaisir. Elle cria dans son sommeil puis la nuit à nouveau l’enveloppa, la laissant béate de plaisir.

Le pêcheur d’étoiles revient de nombreuses fois, la retrouver la nuit, sans faire de bruit. Les gens qui la croisaient disaient d’elle qu’elle avait un corps à inspirer l’amour…C’était sans doute vrai. Mais jamais le Pêcheur d’étoiles ne la réveilla.

Puis un jour, sans doute lassé d’Andalousa, enfin rassasié d'Elle, le pêcheur d'étoiles repartit chez lui, à la recherche de nouvelles conquêtes….

************OOOO000OOOO*************

Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés