VENGEANCE DE FEMME N°2

par EROTICA51


VENGEANCE DE FEMME N°2

Je vivais en couple depuis quelques années avec François. Notre couple marchait plutôt bien à mes yeux, jusqu’au jour ou, par le plus grand des hasards, je découvris que celui-ci me trompait ! Inutile de vous dire à quel point j’étais furieuse, moi qui m’énorgueillait auprès de mes amies, d’avoir un époux exemplaire.

Sachant combien la colère pouvait être mauvaise conseillère, je l’avertis que j’allais m’absenter quelques jours pour descendre sur Nice, chez ma vieille mère. Il prit un air tout surpris et me demanda, l’air attentionné :

- Ta maman n’est pas malade, j’espère ?
- Non mon chéri, sois rassuré. Mais cela fait plus de deux mois que je ne suis allée la voir et elle me manque. Tu arriveras à t’en sortir sans moi ?
- Je vais essayer de survivre à ton absence… Pars tranquille, il ne s’agit que de quelques jours et embrasse la, bien fort de ma part.

Je lui souris, hypocritement puis filais préparer ma valise. Il me tardait de ne plus respirer le même air que lui et concocter dans un coin tranquille, ma petite vengeance. Il n’était pas dit que j’allais porter des cornes, sans réagir !

Je me fis appeler un taxi, pour me rendre à la gare. Mon cher époux me faisait de grands signes d’adieu. Tu parles qu’il était heureux que je débarrasse vite fait le plancher pour s’adonner à ses parties de jambes en l’air !

Arrivée au coin d’une rue, je demandais au chauffeur du taxi , de me déposer plutôt à l’hôtel Bernardin, dans ma ville, que j’avais changé d’avis et préférais réfléchir, au calme dans une chambre d’hôtel. L’homme obtempéra, sans rien dire. Du moment que la course lui était payée….

Heureusement l’hôtel avait fait installer Internet ! Je rangeais mes affaires soigneusement, dans l’armoire, puis je pris une douche et enfilais une jolie nuisette transparente. J’installais mon ordinateur portable sur la table puis réfléchis quelques secondes. Je cherchais ensuite un site, épluchais les articles qu’il proposait puis me décidais ensuite à passer ma commande !

Autant me venger pour commencer sur la carte bleue ! Je serai livrée d’ici trois jours. Cela me laissait largement le temps de préparer soigneusement un plan et peaufiner ma vengeance vis -à-vis de François qui était loin de s’attendre à ce qui allait lui arriver.

Le soir venu, n’étant qu’à 500 m à peine de notre maison, je me glissais dans la rue, à la recherche de la voiture de mon époux, garée juste devant le portail. Observant les volets fermés de notre chambre, avec satisfaction, je glissais une petite enveloppe sous son pare-brise. J’aurai voulu être une petite souris pour voir la tête qu’il ferait en l’ouvrant, au petit matin.

Depuis toutes ces années que nous étions ensemble, je savais comment il réagirait. Mais cette fois-ci, il ignorait qu’il allait faire les frais d’une terrible vengeance.

Le lendemain, François déjeuna rapidement puis fila à sa voiture, s’étant réveillé en retard. D’habitude c’était son épouse qui le réveillait. Son regard fut attiré par un morceau de papier posé sur son pare-brise. Surpris, il l’ouvrit nerveusement.

« Bonjour François. Je suis une de vos voisines. J’ai croisé votre épouse hier qui m’a dit partir dans le midi. Vous êtes tout à fait le genre d’homme qui me plait. Si vous vous ennuyez, je suis prête à vous tenir compagnie… dans votre lit, pour une nuit de plaisir sauvage, tant vous me donnez envie…Cécilia. Mais il faudra que cela reste un secret !

- Hummm, je me demande bien de qui il s’agit, se dit François, tout émoustillé déjà…

Il eut beau lorgner discrètement, sur les maisons qui l’entouraient, rien ne transpirait derrière les rideaux tirés. Tant pis ! De toute façon, il avait une bonne semaine devant lui pour s’amuser ! La journée s’écoula, rapidement. Entre ses nombreux clients qui l’appelaient, François n’avait guère le temps de s’ennuyer. Ouf ! Il était grand temps de rentrer ! Il y avait un bon film à la télé, lui avait dit son collègue.

A peine arrivé, il jeta son manteau sur un fauteuil, laissa ses chaussures dans l’entrée, puis fit tomber ses vêtements, un à un, sur le sol. Il avait largement le temps de ranger la maison avant que sa femme ne revienne! Puis il fila nu comme un ver dans la salle de bain, pour prendre une bonne douche. Le message de sa mystérieuse voisine lui trottait à nouveau dans la tête…Le téléphone se mit à sonner. Dring !

- Allo ? demanda-t-il
- Quelle belle voix vous avez, cher voisin ! J’en suis toute frissonnante de désir…chuchota une voix qu’il ne connaissait pas.
- Que me voulez-vous ?
- Que vous faire du bien, à moins que vous n’aimiez pas les femmes qui soient chaudes comme la braise ?
- Et vous l’êtes, si je comprends bien ? Que dois-je faire pour vous rencontrer, demanda François, d’une voix rauque.
- M’attendre pour le moment…Comment êtes-vous habillé ce soir, cher voisin ? J’ai envie de vous imaginer…
- Heuu…Je m’apprêtais à prendre une douche et je suis nu comme un ver !
- Hummmmmmmm ! Je vous imagine déjà ! Comme j’aimerai glisser mes mains sur votre corps, partout et vous donner une trique d’enfer !

François respira un bon coup, la queue soudain raide. La voix envoutante de cette voisine mystérieuse lui faisait un effet incroyable. Tout en plaisantant avec elle, il se mit doucement à se caresser…l’imaginant à ses pieds, en train de le sucer.

Soudain, la femme mystérieuse raccrocha sans prévenir, le laissant tout surpris ! C’était malin ! Maintenant il bandait comme un âne ! Il ne lui restait plus qu’à se masturber sous la douche et se soulager tout seul ! Ah ce que les femmes pouvaient être irritantes parfois, tant elles étaient imprévisibles !

25/12/2010



Votre avis sur cette Histoire érotique?

J'ai peu aimé -  J'ai vraiment aimé -  J'ai adoré


RETOUR sur HISTOIRES EROTIQUES D'Erotica51


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés