SOIREE EROTIQUE

par Erotica51



Ils s'étaient rencontrés, unis dans une chaude complicité au travers de leur correspondance. L'un et l'autre aimaient le sexe. Chaque regard entre eux d'échangé, le confirmait. Chaque frôlement de leurs mains le dévoilait, clairement. Il lui avait promis une soirée dont elle se souviendrait; une de ces soirées qui ne vous arrivent, qu'une fois dans la vie, mais qui vous laisse un souvenir profondément sensuel.

Serait-elle cette complice qu'il recherchait vainement, depuis des années? Il le souhaitait vraiment, car cette femme lui plaisait dans sa façon d'être; Il vérifia l'heure à son poignet puis alla la chercher au rendez-vous qu'il lui avait fixé. Elle l'attendait, nerveusement, regardant autour d'elle, cherchant à deviner sa silhouette.

L'été lui allait divinement. Elle avait une peau joliment bronzée faisant ressortir la blondeur de ses cheveux et l'azur surprenant de ses yeux. Elle portait une longue robe fluide, fendue de chaque coté, jusqu'en haut de ses hanches. Il était évident qu'elle ne portait rien dessous et que ce détail n'était pas anodin.

Ils pénétrèrent, sous un porche discret, puis franchirent une porte, gardée par un homme à la carrure impressionnante. Elle se tenait serrée contre lui, se demandant comment allait se dérouler cette soirée. Il la tenait par la hanche, glissant ses doigts, malicieusement, dans le tissu entrebâillé, savourant la douceur de sa chair. Elle aimait la saveur affolante de ses caresses.

Il la fit s'avancer sur une piste de danse; immédiatement, leurs corps s'épousèrent. Il fit glisser, lentement, ses mains sur ses hanches puis celles-ci se posèrent sur ses fesses, en lui malaxant, d'une façon provocante. Elle lui sourit, tentant de lui cacher sa gêne. Déterminé, il remonta alors sa robe, d'une lenteur exaspérante, dévoilant au public attentif, brusquement, ses fesses. Il aima cet instant où sa bouche s'ouvrit d'étonnement et se pencha à son oreille, en lui murmurant:

- Ne m'as tu pas promis de tout accepter? Exhiber ton superbe cul ne peut que les faire bander! Souris moi et laisse toi faire car nous devons être sur la même longueur d'onde.

- Dans ce cas, pose aussi tes mains sur mes fesses offertes et caresse les moi comme j'aime! répondit-elle, plus provocatrice que jamais!

Il la fit se retourner, se collant à ses fesses, faisant glisser les bretelles légères de sa robe, dévoilant les globes fermes de ses seins. Ceux ci d'excitation immédiatement, se gonflèrent. Elle penchait sa tête, en arrière, l'embrassant, goulûment, laissant échapper la pointe de sa langue avide glisser sur ses lèvres. Il se mit à lui peloter les seins, les mettant à nu, devant l'assistance médusée, abaissant ses bretelles, volontairement, faisant descendre le haut de sa robe, volontairement.

Puis sa main glissa, entre ses cuisses, cherchant sa fente humide qu'il se mit à exposer à tous les regards...Impudique, elle l'était, face à tous ces gens qui la dévoraient du regard...Il y avait, soudain, dans l'air, une certaine électricité...qui ne fit que l'exciter encore plus. Il se mit à bander fermement.

Ils sortirent de la piste, tendrement enlacés, suivis par d'autres couples amateurs de les voir s'afficher. Le peu qu'ils venaient de voir avaient suffi pour les enflammer. Philippe l'entraîna dans une allée, se servant généreusement, dans un vase empli de préservatifs, mis à volonté, pour la sécurité des clients.

Une pièce tendue de voilages les attendait. Une table recouverte d'un matelas rond occupait le centre de la pièce. Sur le coté, des couples attendaient que commence le spectacle. Il la poussa, doucement, devant lui, la fit s'asseoir, puis lui écarta les jambes, la faisant basculer, en arrière, dévoilant son sexe humide de cyprine. Il fit glisser ses mains sur son corps, excité par tous ces regards qui les dévoraient. Il pencha sa tête, vers son intimité puis avec gourmandise, se mit à la lécher...Elle fermait les yeux puis les rouvrait, en regardant tous ces couples en train de les observer avec avidité; la langue était terriblement aventureuse, la fouillant dans chaque repli, la laissant cambrée, offerte, totalement impudique de plaisir.

Il adorait le goût de son miel qui coulait avec abondance, entre ses cuisses ouvertes. Elle s'offrit, s'ouvrit, écartant des doigts, ses lèvres, l'invitant à la dévorer de plus belle. Il la reprit, léchant, l'intérieur rosé de son sexe, jouant avec son bouton de rose dangereusement excité, jusqu'elle ce qu'elle fasse entendre, soudain, un immense râle de plaisir:

- Aahhhhhhhhhhhhhhh hummmmm hummmm que c'est bon!

Elle venait de jouir, fabuleusement, excitée de s'offrir en pâture, au public. Il lui souleva les jambes, puis s'agenouillant, la besogna avec frénésie, excité par tous ces regards lubriques. Dans un recoin, un homme se faisait faire une fellation. Un peu plus loin, un autre s'offrait une branlette sous la main d'une femme, moins experte mais cherchant à lui plaire. Hommes et femmes les regardaient, mourant d'envie de se joindre à eux...Il se mit à jouir, incapable de se retenir...

Essoufflés, ils se relevèrent, se rhabillèrent puis allèrent chercher un verre pour se désaltérer. Au bout d'un moment, ils décidèrent de continuer cette délicieuse soirée. Au fond d'un couloir, un lit était installé, muni de barres de fer, verticales, qui invitaient les plus téméraires à bien des plaisirs subtils. Philippe poussa sa compagne, fermement, l'invitant à le chevaucher. Sortant deux mouchoirs de sa poche, il se mit à lui attacher les poignets...Il aimait la voir se tortiller, sous lui, tentant d'échapper à son emprise. De nombreux curieux s'étaient approchés, afin de les observer de plus prêt. Une femme les mâtait, portant un foulard dans ses cheveux. Il lui demanda, de lui offrir, d'un sourire complice. Elle accepta et lui remit...

ELLE attendait, se demandant ce qu'il lui réservait comme autre surprise. Il la regarda, belle et sensuelle, offerte déjà à toutes ses envies puis lui banda les yeux à l'aide du foulard. Il se recula, observant les hommes près de lui, les invitant à la caresser, offerte et tentatrice, sur le lit. Ceux ci immédiatement se précipitèrent sur elle, posant leurs mains avec avidité, touchant ses seins, ses fesses, son ventre, ses lèvres ouvertes d'excitation, l'anus inondé de son miel. Qu'elle était belle, pouliche sauvage et réceptive, sous ces mains avides, qui la pelotaient, la caressaient, la pénétraient avec gourmandise...son plaisir était décuplé au possible...Il fit signe à un homme de descendre du lit! Lui seul la posséderait!

Quand elle fut trempée, au maximum, il glissa son sexe en elle, la taraudant de plus belle, la prenant avec force, en levrette, lui claquant les fesses, en public. Certains hommes continuaient leurs caresses, pelotant ses seins mis à l'air, caressant ses jambes, puis ses fesses, exhibant sous ses yeux, leur propre sexe engorgé de désir, se branlant pendant qu'il la prenait, face à son public...A nouveau, elle gémit de plaisir, l'arrosant de longs jets de sperme...Ils décidèrent d'aller se doucher, cette fois, laissant leur public commenter leurs prestations sexuelles, ravis.

Quand, ils revinrent, il la poussa dans une alcôve sombre, lui faisant comprendre qu'il souhaitait qu'elle lui fasse une fellation, pour rendre à sa queue, une certaine vigueur. A genoux, elle le léchait avec dévotion, donnant à son sexe, de vigoureux coups de poignet, tout en le léchant d'un air gourmand. Curieux, des gens les regardaient, observant sa langue le dévorer et son sexe se dresser. Il la fit se relever, la plaquant, debout contre le mur, soulevant une de ses jambes et chercha l'entrée de sa grotte humide...Apres quelques tâtonnements, il la pénétra, enfin, savourant la chaleur brûlante de son sexe avide...Elle fermait les yeux, concentrée sur son plaisir qui montait, appréciant cette pénétration devant les gens attroupés, dont beaucoup auraient aimé être à la place de Philippe.

Il la posséda, nerveusement, toujours excité par cette ambiance feutrée, dont les regards avides les dévoraient, en silence...Cette fois-ci, il la fit s'abaisser, lui introduisant, à nouveau, son sexe en bouche, se laissant submerger, à nouveau par la jouissance, inondant sa gorge de jets brûlants, impossible à retenir, le laissant, vacillant d'épuisement, sous la puissance du plaisir ...

Ils restèrent encore un peu, jouant les voyeurs, puis sortirent, repus de plaisir, en échangeant un véritable sourire complice...Il savait qu'elle avait apprécié cette soirée riche en rebondissements et surprises...Il y en aurait encore d'autres, ou leur imagination jonglerait, à nouveau, avec le Plaisir...Le jour se levait quand ils ressortirent...Cette nuit garderait toujours dans leurs souvenirs, le goût d'un plaisir partagé et pouvant se renouveler, à l'infini...



Votre avis sur cette Histoire érotique?

J'ai peu aimé -  J'ai vraiment aimé -  J'ai adoré


RETOUR sur HISTOIRES EROTIQUES D'Erotica51


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés