PUTANA

par Erotica51



Allongée sur le balcon, je laisse le soleil caresser mon corps dénudé, goulûment. Je lis en toi, en silence. Ma main glisse. J’ai envie. C'est une pensée lancinante. L’envie de vibrer, de savourer tes doigts, me fouiller, nerveusement. Je te désire, offrant mon corps dénudé au soleil.

L’envie d’aller, vers toi, marchant à quatre pattes, féline, au trois quart nue, les fesses séparées d’un string sombre, sur cette chair qui t’attire. Je perçois tes doigts qui fourmillent, crispés, se retenant à grand peine, de me pétrir, malaxant ma peau douce, tendre, avec cette envie de me faire tendrement, souffrir, en retour.

J’arrive, affamée de plaisirs, animale, le regard dardant, sur toi, des éclats sauvages, posant mes mains avides, sur tes cuisses, à la recherche de ce sexe dressé que je mordille, le regard lubrique. J’y lis, dans tes yeux, qui chavirent, la montée fulgurante de ton désir; l’envie brutale de me prendre, de me posséder, sauvagement.

Ma main emprisonne ton sexe, dressé, incapable de résister. Putana, je serai pour Toi. C’est ainsi que tu me veux, aujourd’hui, je le sens. Je m’agenouillerai devant toi, écartant tes cuisses fermes, griffant, de mes ongles acérés, ta chair, guettant cette faim te dévorer comme une flamme; ton souffle devenir court, observant tes yeux qui chavirent puis se ferment.

Mes lèvres s’ouvriront sur cette hampe fière, arrogante, incapable de résister à ce désir que tu ressens. Tes mains se tendront, me suppliant de faire cesser ton supplice, de t’aimer maintenant, de me prendre. Mais je te repousserai, cruellement, dardant sur toi mon regard fier, prenant ces bourses, si tendres, qui, sous ma main diabolique, frémissent, en tremblant.

Je plongerai, entre tes fesses crispées, mes ongles acérés, telle la serre d’un aigle, égratignant, suavement. Ce petit cil fiévreux, frémissant de frayeur, laissant échapper tes gémissements, devenus rauques, brusquement; Je sentirai ta peur t’envahir. Comme j’aimerai t’étreindre, en cet instant, le sexe raide, rigide, brûlant de désir.

Putana, je serai avec toi,frôlant mes lèvres humides de mes doigts, devant toi, attendant, je ne sais quoi, frémissant rageusement, puis le dos appuyé contre le mur, face à toi, je me caresserai, devant toi, arrogante, diabolique, impudique de sensualité découverte.

Ma main glisse, entre mes cuisses, plongeant au plus secret de mon désir où je te voudrais, t’observant, cruelle, entre mes paupières, laissant échapper des éclairs de tigresse en chasse, avide de Toi, de me repaitre.

Animale, pour toi, je serai, caressant, lentement, mon corps avec ce vêtement de soie, prenant mes seins à pleines mains, dardant, vers toi, leurs pointes dressées, comme pour te narguer. Ma langue glissera sur mes lèvres; mutine, aguichante, suave promesse de délices; laissant tes yeux affamés se repaître, de ce supplice, me suppliant d’approcher, t’interdisant de me toucher.

Putana, je serai, dans tes bras, qui me désire, à en perdre la tête. Arrogante, je te repousserai. Altière, orgueilleuse, provocante, savourant ta défaite; laissant ton ventre s’enflammer, se consumer; devant te faire douce violence, pour ne pas me posséder, me violenter, n’en pouvant plus de résister.

Mes doigts me touchent, me fouillent, se déchaînent, comme ton sexe,que je voudrais, soudain, en moi, créant l’orage au plus profond de moi même, réveillant un volcan impossible à arrêter, pareil à des vagues qui montent, inexorablement, puis déferlent, avec une vélocité impossible à retenir..

Putana ! tu es là qui me regardes, me souris, observant mon désir s’élever, bouillir, grandir, enfler, m’envahir, me laissant enfin submerger par ce plaisir, savourant ma victoire avant de m’emporter, me prenant, à ton tour, sauvagement, me laissant, pantelante, dans tes bras, enfin, repue, mon plaisir assouvi, de Toi, jusqu’à la prochaine fois.



Votre avis sur cette Histoire érotique?

J'ai peu aimé -  J'ai vraiment aimé -  J'ai adoré


RETOUR sur HISTOIRES EROTIQUES D'Erotica51


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés