LE PINCEAU FOUGUEUX

par Erotica51


Elle s’était levée de bonne heure. Impossible de dormir. Il était à nouveau invisible mais si présent dans son esprit comme un félin qui guette le bon moment. Sur lui, sa plume glisse comme ses doigts aimeraient glisser sur sa peau lisse. Elle ferme les yeux, l’imagine, le torse bombé devant la glace, la fesse aguicheuse comme un beau fruit appétissant dans lequel elle aimerait planter ses dents.

Elle a toujours éprouvé une véritable fascination pour le cul des hommes. Il lui est même arrivé d’en suivre quelques uns, dans la rue, mine de rien. Quand l’un d’eux soudain se retournait, un peu méfiant, en sentant sa présence, elle le regardait l’air étonné puis continuait son chemin, un sourire coquin flottant sur ses lèvres, en le croisant.

Comment était le cul de l’homme chat ? Petit ? Bombé ? Savamment travaillé et musclé ? Tendrement naturel pour être caressé ? Finalement, il n’y avait pas que la queue du chat qui l’intéressait ! Il y avait aussi maintenant ses arrières…

Elle aurait tout donné en cet instant pour une petite souris invisible et le regarder se déshabiller sous son nez. Elle secoua la tête, regardant autour d’elle. Pas de miracle à l’horizon, hélas. Allons, cesse donc de rêver, diablesse ! Tu as de la peinture aujourd’hui à faire ! Se dit-elle.

Songeuse elle sortit du sachet un pinceau, le soupesa dans sa paume, en caressa les poils soyeux puis se caressa la chair avec. Sa peau frissonna doucement. Comme elle aurait aimé que ce soit sa main à lui qui le tienne. Qu’il glisse ce pinceau sur sa peau veloutée. Qu’il fasse frissonner sa chair affamée de secrets encore secrets. Arrête et mets toi donc au travail, lui souffla son esprit un peu excité quand même. Continue donc encore un peu lui souffla en silence sa chair, amusée par ce nouveau jeu.

Le pinceau se mit à glisser sur l’arrondi de ses seins frémissants puis caressa la pointe du sein frétillant de plaisir. Juste un petit instant, se dit la coquine, retenant un sourire…Juste quelques minutes pour savourer ce plaisir et je me mets au travail aussitôt après.

Le pinceau, déjà au garde à vous, attend, puis soupire de soulagement en la voyant reprendre ce chemin doux et vallonné. Le pinceau se fait fureteur, quémandeur de cette chair qui s’offre à lui et l’attire. Elle aime l’idée de se caresser devant l’homme chat, qui la contemplerait, immobile, derrière une glace sans tain. .Elle soupire…le pinceau aussi quand elle reprend la poursuite de ce nouveau plaisir. Il glisse maintenant vers son bas ventre, là où la chair est si fragile, plus tendre puis s’invite cette fois, entre ses cuisses.

La coquine n’en a cure, se cambre, avide de ce plaisir furtif. Les poils du pinceau dansent cette fois ci, emportés dans une joyeuse sarabande, s’agitent, l’amènent irrésistiblement dans une orgie de désirs.

Elle déglutit, halète, vibre maintenant. Les poils du pinceau brillent, imprégnés de sa cyprine. Comme elle aimerait le faire encore attendre. Mais son désir se fait plus exigeant. Impossible de s’arrêter en son bon chemin maintenant.

Le désir grandit au fond de sa chatte affamée, enfle, quémande l’autorisation enfin d’exploser. Elle soupira, n’en pouvant plus d’attendre. Ses jambes tremblèrent d’impatience. Ses douces chairs se font humides, palpitent comme un oiseau tremblant. Oui, maintenant ! Se dit-elle résolument, en observant son corps tendu comme un arc, dans la glace, en face d’elle.

Le dos au mur, elle se cambre, avance son bas ventre, joue du pinceau comme une artiste qui se déchaîne. Maintenant, jouis ! Se dit-elle comme si c’était la voix de cet homme qui l’exigerait.

Son plaisir soudain la submerge, la fond presque décoller du sol, impétueux comme une vague qui l’emporte et la laisse pantelante, le mur gourmand collé à ses fesses. Celui-ci a assisté à ce déferlement de jouissance, impuissant.

Sa respiration redevient plus calme. Les battements de son cœur aussi. Elle sourit. Le pinceau a bien rempli son office. Et finalement, tout le monde est content ? Seul le Chat se lèche les babines et devra encore patienter…


Marie

22/12/07



Votre avis sur cette Histoire érotique?

J'ai peu aimé -  J'ai vraiment aimé -  J'ai adoré


RETOUR sur HISTOIRES EROTIQUES D'Erotica51


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés