LES JUMEAUX

par EROTICA51



Chaque jour qui passait, ARIANE enroulait, délicatement, son fil, autour de son écheveau, en scrutant l'horizon, guettant son retour, inlassablement.

Il y avait si longtemps qu'YVAN était parti. Elle ne comptait plus les jours passés, sans lui, depuis longtemps. Seul, un espoir infime la maintenait en vie, espérant le revoir. Mais une question l'obsédait: reviendrait-il? lui pardonnerait-il cet instant d'égarement?

Pourquoi avait-elle posé les yeux sur ces hommes, ce jour la??? Il est vrai qu'ils possédaient un sourire doux et émouvant, qu'ils la regardaient avec tant d'adoration, que peu à peu, elle avait senti ses résolutions fondre comme neige au soleil. Elle avait fini par céder à leur attirance.

Ce jour là, ARIANE s'était disputée, une fois encore avec YVAN, celui ci refusant de l'emmener avec lui, pour vendre ses brebis. C'était un homme juste et bon mais un peu frustre. Quand il avait envie d'elle, il se contentait de la posséder, sans se préoccuper si elle avait pris du plaisir ou pas, à leur étreinte rapide.

Souvent, la nuit, elle devait se caresser, en silence, se mordant les lèvres au moment de jouir, pendant qu'YVAN dormait.

Un jour, ou elle se promenait sur la plage, elle vit accoster un bateau de plaisance. Un homme en descendit et vint à la nage, sur le rivage, brassant l'eau, vigoureusement. Quand il sortit de l'eau, elle demeura bouche bée, le trouvant, extrêmement, attirant. Il avait la peau mate, les cheveux coupés courts, tout bouclés et des yeux d'un noir de jais profond. Il lui sourit, s'ébrouant sur le sable puis s'allongea, se laissant sécher au soleil.

Se voyant ignorée, elle s'en alla mais revint le lendemain, à la même heure. Il était là, immobile, les yeux fixés sur la mer comme si déjà, elle le rappelait. Qui était-il? D'où venait-il? Il tourna la tête dans sa direction puis lui adressa quelques paroles incompréhensibles.

Chaque jour, il savait qu'elle serait là, à l'attendre. Il rêvait d'elle chaque nuit, amplifiant douloureusement son désir. Un après midi, il revint mais il n'était pas seul. Un autre homme, lui ressemblant comme deux gouttes d'eau, se tenait, debout devant lui. Intimidée, elle n'osa s'approcher, attendant un signe amical.

Ils se mirent à discuter, avec volubilité. Puis s'amusèrent, à se battre dans l'eau, glissant, sautant, se mesurant avec agilité, sous les yeux de cette femme qui les regardait, avec curiosité. Lequel susciterait son intérêt?

C'étaient de vrais jumeaux, identiques en tout point, au millimètre près. Il y avait plus de trois mois qu'ils n'avaient tenu une femme dans leurs bras musclés. Celle-ci ferait l'affaire, à condition de se laisser approcher!

Un jour, ils lui firent comprendre qu'elle était invitée sur leur bateau mais qu'elle devrait y aller en nageant. Sa curiosité était trop importante pour qu'elle renonce à cette invitation. Elle les suivit sur la plage, retroussant sa robe, sur ses cuisses puis les suivit en nageant. Quand elle arriva, près des flancs du bateau, elle grimpa avec agilité, rougissant sous leurs regards avides et affamés. Sa robe trempée épousait toutes ses formes, dévoilant ses beaux seins gonflés, la courbe émouvante de ses hanches et l'arrondi de ses fesses aguichantes. Ils se regardèrent, avec dans les yeux, une lueur de connivence. Ils lui firent boire un punch qui lui tourna légèrement la tête.

Ils avaient approché leurs visages d'elle, si près, qu'elle avait l'impression de voir double. Elle riait, à chaque fois qu'ils s'amusaient à essayer de l'embrasser au coin des lèvres. Ces deux hommes la troublaient, délicieusement. L'un d'eux lui tendit une pomme qu'elle se mit à croquer, avec gourmandise. A nouveau, ils se regardèrent. En amour, elle devait être terriblement chaude et avide de plaisirs!

Ils lui firent visiter le bateau. L'un d'eux décida de se doucher. Etait-ce ALAN ou ELEN? Impossible de les distinguer! cette idée la fit rire. Ils avaient dû en mystifier des filles!

- ELEN! viens! dit son frère, d'une voix rauque

A cet appel, celui ci est venu rejoindre son frère, sous la douche. Immobile, elle n'en perdait pas une miette, les regardant se laver, impudiques, se savonnant l'un et l'autre, se masturbant, dans sa direction, avec ironie. Elle sentait une boule de feu grandir dans son bas ventre. Comme elle avait chaud, brusquement!

- Viens! lui firent-ils comprendre, d'un sourire, en l'attirant...

C'était trop tentant! Elle souleva sa robe, les joues rosies de gêne, avant de la reposer sur un siège. Puis elle dégagea ses seins laiteux et lourds, se débarrassant de son soutien gorge. Allait-elle garder sa culotte? Elle hésita puis devant leur insistance, décida de la retirer aussi, dévoilant un triangle sombre entre ses cuisses rondes.

Il se fit un silence, entre les deux frères, en la regardant les rejoindre. C'était une solide femelle, aux formes pleines et appétissantes. Immédiatement, ils sentirent leurs queues se raidir en la détaillant, avec avidité. En riant, ils l'aspergèrent, se collant à elle, étroitement, la savonnant, la frictionnant puis doucement, la caressèrent.

Etourdie, elle se laissait faire, sentant son corps s'embraser de plus belle. Hummm quel plaisir, elle découvrait avec ces deux hommes si identiques! Prise en sandwich, entre eux, elle laissa ALAN lui caresser le sexe pendant que ELEN lui pelotait la poitrine, avec gourmandise. Elle ferma les yeux, se laissa faire, ivre déjà de plaisir...Dans chaque main, elle tenait leurs sexes, les masturbant, doucement, puis les suçant, l'un après l'autre, ou s'amusant à frotter leurs sexes, l'un contre l'autre, en les lapant, à coup de langue nerveuse.

Elle se sentit soulevée, sous les cuisses et une langue insidieuse vint lui fouiller la chatte. Eperdue, elle se tortillait, affolée, avide de jouissance, laissant l'autre frère la caresser, lui attrapant le bout de seins, en lui gobant les seins avec avidité. Elle aimait le contact de ses bouches, de ses mains qui la caressaient, de ses langues qui la fouillaient, la plongeant dans un abîme de sensations exquises, la laissant avide de sensations délicieuses.

Elle plaqua ALAN, le dos à la cloison humide, souleva sa jambe qu'elle enroula sur sa hanche puis d'un geste ferme, glissa dans son sexe en feu, sa queue turgescente sur laquelle elle s'empala, en des vas et viens frénétiques.

ELEN, quand à lui, se mit à la lécher, avec frénésie, lui caressant son beau cul blanc, plongeant soudain, son index, s'infiltrant dans son anus étroit...Il aimait cet instant ou la femme perdait toute décence, laissant transparaître son impatience d'être prise, d'être possédée avec force et gourmandise. Ce fut un trio avide de plaisirs, jouissant l'un après l'autre, oubliant toute convenance, fiévreux de jouissance...éperdus de plaisirs.

Ils allèrent s'allongèrent, sur la couchette, repus, alanguis, bien déterminés à se repaître de cette femme, à nouveau, une fois leur énergie retrouvée. Soudain, un bruit de pas retentit; la porte de la chambrée s'ouvrit, brutalement, devant le visage courroucé d'YAN son mari!!!

- Traînée! sors d'ici!!! Rentre à la maison ! dit-il en lui assenant deux fortes gifles...Elle ramassa sa robe, rapidement, et fila hors de la coursive, se jetant à l'eau, le cœur battant à tout rompre! Que se passa-t-il sur le bateau entre lui et les jumeaux? Il ne desserra jamais les lèvres, à ce sujet, se contentant de rentrer, tard, dans la nuit.

Puis, un jour, sans prévenir, YVAN disparut de sa vie....Depuis, elle se maudissait d'avoir donné libre cour à ses impulsions se demandant si YVAN réapparaîtrait, un jour, dans sa vie? Elle n'arrivait, toutefois pas, à oublier, le trouble et le plaisir qu'elle avait éprouvés, grâce à ces jumeaux qu'elle avait croisés, un jour, à l'improviste et y repensait avec nostalgie.

OOOOOOOOOOOOOOOOO



Votre avis sur cette Histoire érotique?

J'ai peu aimé -  J'ai vraiment aimé -  J'ai adoré


RETOUR sur HISTOIRES EROTIQUES D'Erotica51


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés