LA JOUISSEUSE

par Erotica51



Le casino était noir de monde, ce soir là. Les vigiles patrouillaient discrètement dans le salon immense, veillant à intervenir au moindre incident. Jade était assise, le visage impassible, observant avec acuité les joueurs qui attendaient qu'elle découvre son jeu.

Elle sentait leur inquiétude comme s'ils devinaient qu'elle allait rafler la mise. D'un geste si lent qu'on aurait pu croire que ses doigts ne bougeaient pas, elle retourna la dernière carte, devant leurs yeux abasourdis :

- Quinte flush ! Murmura-t-elle en les fixant, d'un air ironique

Jade se leva, poussant sa chaise, fit un signe discret au croupier de rassembler ses gains puis quitta la table s'inclinant devant ses adversaires, un léger sourire ironique aux lèvres.

- Bonne fin de soirée Messieurs …

Le groom fit appeler sa voiture personnelle. Elle monta à l'arrière, dévoilant une jambe fine dont la chair était cachée par ses bas sombres. La cheville était délicate, bien que son pas fût ferme. Il était facile de deviner à sa démarche une femme de caractère. Un chauffeur fit avancer et mettre en route son véhicule.

Assis sur le siège arrière d'une autre voiture, un homme attendait, sans s'impatienter. Toute la soirée, cette inconnue l'avait fasciné et intrigué. Pas une fois, il n'avait réussi à capter son regard, espérant retenir son attention. Il était bien déterminé à en savoir plus sur cette femme mystérieuse, capable de faire perdre les meilleurs joueurs professionnels du casino qui lui appartenait.

Il pointa un doigt pers le véhicule qui s'en allait, faisant signe imperceptiblement à son chauffeur de la suivre. Sa voiture roulait tous feux éteints, maintenant volontairement une distance suffisante, entre eux, pour ne pas être remarqué mais suffisante pour ne pas la perdre de vue.

Ils roulèrent plus d'une heure. L'homme qui la filait réfléchissait. Elle se savait suivie mais ne faisait rien pour le distancer, comme si elle essayait, au contraire, de l'encourager. La voiture de la femme s'arrêta enfin devant un grand portail électrique qui s'ouvrit en grinçant. Le chauffeur descendit, lui ouvrant la portière, en s'inclinant.

Jade ne parlait pas mais ses yeux fouillaient l'obscurité. Elle savait que l'homme la suivait, que celui-ci viendrait. Que sa curiosité le pousserait à la suivre. Elle n'avait craint qu'une chose : que la distance le décourage. Heureusement, il avait persévéré.

Elle monta les marches, sans se retourner, poussant la lourde porte de chêne, soulevant une tenture de velours sombre qui empêchait la chaleur de quitter la pièce. Un grand feu flambait dans la cheminée, réchauffant la pièce. Elle se détourna, légèrement, observant la porte restée entrouverte …Oserait-il venir jusqu'à elle ?

Elle longea le couloir menant à sa chambre, posant ses vêtements sur son lit puis se fit couler un bain, allumant chaque pièce, une à une, comme pour lui indiquer le chemin. Nue, la quarantaine épanouie, elle offrait l'image d'une femme aux courbes douces. Ses seins bougeaient doucement en marchant. Ronds comme deux fruits murs, ils étaient faits pour être caressés par la main d'un amant. Elle poussa un soupir. Cela faisait si longtemps….
Bientôt la baignoire fut suffisamment remplie pour qu'elle ait envie de se laisser glisser avec délice. Une mousse abondante et parfumée y flottait. Elle enjamba, gracieusement, la baignoire puis s'allongea dedans, fermant les yeux, un sourire ravi étirant ses lèvres pleines.

Un léger courant d'air frais attira son attention fraisant frissonne ses épaules dénudées. L'homme venait de pénétrer chez elle. Elle resta allongée dans l'eau, se mettant à fredonner, pour le guider. Elle savait que personne n'interviendrait ; ses consignes avaient été claires.
Elle possédait une ouie hyper sensible. L'homme approchait, prenant de plus en plus d'assurance, au fur et à mesure, qu'il l'entendait fredonner.

Elle souleva un bras le frottant doucement, sa poitrine à demi dévoilée malgré la mousse. Elle avait cessé de chanter, tous ses sens aux aguets. Quand la silhouette de l'homme apparut dans l'encadrement de la porte, elle tourna vers lui son mystérieux regard vert, s'humectant les lèvres, le regardant approcher le cœur battant.

- Puis-je vous aider ? Lui dit l'homme, d'une voix rendue rauque de désir

Elle acquiesça, en silence, laissant l'homme la savonnant de ce gel parfumé d'odeurs fleuries. Elle se laissait faire, appréciant la douceur de ses mains, venant la frôler ; quand celui-ci entreprit de lui savonner les seins avec volupté, elle ferma les yeux à nouveau, se laissant envahir d'un trouble délicieux qui la fit frissonner.

Peu à peu, l'homme se fit plus audacieux, posant ses lèvres sur sa peau humide, la faisant doucement gémir, tendre son corps vers lui, recherchant ses caresses. L'homme ne se pressait pas, augmentant la pression de ses lèvres, sur son corps affamé. Ses mains se mirent à lui caresser les fesses, glissant un doigt curieux, jusqu'à son anus frémissant. Elle se crispa imperceptiblement puis, peu à peu, se détendit, le laissant faire, éprouvant un trouble lancinant.

Debout, face à lui, elle tremblait, dévorée d'impatience, les seins dardés vers lui comme deux groseilles tendres qui n'attendaient plus que son bon vouloir pour être dégustées. Il posa sa bouche avide sur la sienne, dévorant ses lèvres avec férocité. Jade se mit à gémir plus fort, plaquant son ventre contre lui, sans s'inquiéter de le mouiller. Les mains de l'homme luit donnaient le vertige. Elle s'arrêta de respirer quand celles-ci se mirent à glisser, sur ses cuisses, remontant imperceptiblement le long de ses cuisses.

L'homme s'accroupit, devant elle, laissant les gouttelettes d'eau sur son corps ruisselant. La bouche de l'homme se fit plus âpre, sa langue cherchant entre ses lèvres engorgées de désir, son bouton d'amour soudain palpitant. Quand la langue frôla son clitoris, elle émit une sorte de petit cri inaudible, écartant ses jambes involontairement. L'homme la fouilla, pénétrant sa langue, dans son antre en feu, remontant entre les lèvres puis revenant, jouant à lui mettre la fièvre. Elle sentit ses jambes fléchir…

- Viens ! Exigea-t-elle en entourant son cou de ses bras encore humides…
- Tout doux, ma belle impatiente …laisse moi te porter jusqu'à cette cheminée, chuchota l'homme, brûlant de la posséder enfin

C'est dans ses bras robustes qu'elle se laissa emmener, les yeux clos de désir, l'embrassant avidement, pressée de sentir son corps viril se frotter contre le sien. Elle avait tellement envie de lui…Ses yeux sombres brillaient d'un éclat étrange dévoilant l'immensité de son désir. Jamais elle n'avait autant voulu un homme comme ce soir là ! Celui-ci conscient de son désir s'ingéniait à lui faire perdre la tête par la douceur de ses caresses…

Quand il l'allongea sur une épaisse fourrure blanche, elle sentit tout son corps trembler de plaisir, pressée de le caresser avec volupté, lui rendant le même plaisir que ce que cet homme lui offrait. L'homme leva les yeux vers la table, vit un pot de fruits au sirop qu'il alla chercher puis lui posa, délicatement, les cerises sur le corps, une à une. Jade sentait le sirop couler sur sa chair frémissante.

L'homme s'allongea, caressant ses cuisses, en riant :

- Si tu bouges et fais tomber une seule cerise, je te donne un gage ! La menaça-t-il

Il n'en fallut pas plus pour la faire rire et bien sur, deux cerises dévalèrent sur son corps secoué de rire. L'homme attrapa la pointe de ses seins entre ses lèvres, en aspira, fermement le téton durci, lui arrachant de délicieux frémissements. Puis il prit l'autre téton, renouvelant l'opération, la laissant toute alanguie. Il la fixa, de son beau regard sombre sachant déjà qu'elle serait la suite du programme… Elle serait sienne toute la nuit.

En une seconde, il se dévêtit, s'allongeant sur son corps affamé de désir. Mais sans qu'il s'y attende, Jade s'esquiva, chevauchant l'homme, à sa plus grande surprise. D'une main experte, elle attrapa son sexe fermement, le masturbant sans le quitter du regard. Il ne pouvait empêcher son désir de grandir, sa queue grossissant rapidement sous sa main machiavélique.

Jade avait si fort envie de lui qu'elle vint se placer sur lui, écartant les cuisses, plaçant sa chatte sur son visage, le regardant d'un air provocant. L'homme comprit immédiatement ce qu'elle voulait de lui et recommença à la laper avec gourmandise, avalant son miel avec délice. Jade mouillait comme une folle, résistant pour ne pas le chevaucher tout de suite. La langue de l'homme était diabolique, l'excitant, de plus en plus fort. Sa vue se troublait. Son souffle devenait court. Sa gorge se desséchait.

Elle se retira, descendant sur son ventre, se frottant comme une chatte en chaleur, sur sa belle queue exacerbée. Les cuisses de Jade se refermèrent autour de ses reins, balançant son corps contre le sien, au rythme de son plaisir, énervant son gland avec gourmandise. Quand celui-ci fut à point, elle prit son gland frémissant entre ses doigts, puis le glissa à l'entrée de sa chatte affamée, laissant la queue de l'homme enfin la pénétrer. Sa queue glissait, forçant le passage humide, avec délice, allant jusqu'au fond où il buta enfin. Ce fut de délicieux vas et viens qui la firent défaillir de plaisir, la faisant s'activer sur lui, avec frénésie, jusqu'à ce que, au bord du plaisir, elle ne décide de basculer sous lui, murmurant :

- viens ! viens ! j'ai trop envie ! fais moi jouir !
- oh oui, ma belle ! si tu savais combien de toi j'ai envie !

Ils ne furent bientôt plus que deux corps échevelés et enchevêtrés dans un même et unique désir, unis dans un même et savoureux plaisir. Leur nuit fut longtemps entrecoupée par leurs gémissements de plaisir jusqu'à ce que l'aube les découvre enfin endormis…Quand elle ouvrit les yeux, l'homme n'était plus à ses coté. Il était parti. Debout près de la fenêtre, Jade demeurait songeuse. Comment le retrouvait ? Elle ignorait tout de lui jusqu'à son nom. Quand elle s'écarta de la fenêtre, son regard fut attiré par une carte de visite déposée sur l'oreiller. D'un pas rapide, elle s'en saisit, lisant les mots qu'il lui avait laissés :

- Vous savez où me retrouver, dorénavant. Au plaisir de vous recroiser...Merci pour cette superbe nuit. Jean-Philippe DESMONT

OOOOOOOOOOOOOOOOO



Votre avis sur cette Histoire érotique?

J'ai peu aimé -  J'ai vraiment aimé -  J'ai adoré


RETOUR sur HISTOIRES EROTIQUES D'Erotica51


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés