UNE CROISIERE MOUVEMENTEE

par Erotica51


Epuisée, je réussis à franchir les derniers mètres et m’écroule sur la plage. J’ai soif malgré ma gorge pleine de sel de mer, que j’ai avalé en faisant la brasse…Je tourne les yeux vers l’océan regardant notre magnifique paquebot en train de couler. Où sont les autres ? L’archipel est composée de minuscules îles sur lesquelles chacun a du se réfugier. La nuit va arriver…Malgré la beauté du coucher de soleil, il me faut penser à trouver un abri et à me restaurer…J’ignore tout des dangers possibles sur cette île.

Je tâte la poche de mon short. Ouf ! Mon couteau passe partout est toujours là, tel un fidèle ami. J’ai eu peur de l’avoir perdu en nageant dans l’océan déchaîné. Combien d’entre nous s’en sont sortis ? Je l’ignore. Il me faut couper du bois rapidement, ramasser sur le sable des brindilles sèches et tenter de faire du feu ! Ouf ! Mon briquet a résisté aux vagues. Il fonctionne encore !

Rapidement, le feu s’enflamme, illuminant la voûte où arrivent quelques étoiles. J’ai froid avec mes vêtements trempés. Apres un bref coup d’oeil autour de moi, je me décide à les retirer puis à les poser sur une grosse pierre prés du feu pour les faire sécher. Le sel, le sable me collent à la peau. Qu’est-ce que je donnerai pour une bonne douche et un vrai lit confortable…

Soudain, une branche craque. Effrayée, je me redresse, le regard tourné vers la foret sombre derrière moi. Une ombre s’avance. Mon dieu ! Un homme qui semble dans le même état que moi. Il parait avoir de la fièvre et grogne quelques mots que je ne comprends pas. Il laisse glisser son regard sur mes fesses, mes cuisses, mes seins d’un air plus qu’intéressé. J’essaie de l’interroger mais en pure perte. Il ne me répond même pas, observant le feu qui crépite, et s’en approche pour se réchauffer. Un à un, il retire son short et son maillot trempé.

Assise au sol, je ne peux m’empêcher de lutiner son beau membre dressé. Malgré la gravité de notre situation, il bande comme un étalon. Je passe ma langue sur mes lèvres desséchées. Il se rapproche, prenant ce geste pour une invitation. Je tente de le repousser…Sa main se pose sur mon corps, me faisant frissonner d’excitation. Je ne veux plus me poser de questions. J’ai trop peur aussi de cette nuit froide et inquiétante. L’homme est bien bâti, et m’observe, la bouche entrouverte. Sa main glisse sur mes tétons, les pince un peu puis descend sur mon ventre.

Il me sourit, se rapproche puis s’approche si prés de mon visage que j’en tremble. Mes mains se posent sur ses avant bras dans lesquels je me laisse aller. Il m’empoigne par la chevelure, me fixe longuement puis m’oblige à m’agenouiller à ses pieds. Si je ne comprends rien à ses paroles rauques, je saisis son message, clairement. Je le calme d’un sourire et empoigne sa queue dressée qui m’attend.

Je la contemple. Elle est belle, merveilleusement bien dressée. J’entrouvre la bouche doucement puis commence timidement à le lécher. Le gland est bien dégagé et commence à luire sous mes coups de langue. Il grogne de contentement. Je tourne autour, doucement, puis de plus en plus vite, pour augmenter son excitation. J’entrouvre ma bouche encore plus fort et glisse le gland dedans, tout en lui taquinant du bout de la langue. Elle est grosse et je dois bien me placer pour tout enfourner…Je me sens aussi excitée que lui. J’aimerai qu’il me prenne, sauvagement, bestialement, sous la lune devenue brillante et qui contemple nos corps nus. Je le pompe, rapidement, nerveusement, le faisant grogner de plaisir…Il adore ! J’ai envie de sa jouissance dans ma gorge. Il m’hydratera en même temps mais il n’en a pas décidé ainsi ! Soudain il se retire en grognant.

Puis il s’allonge sur le sol, me faisant descendre sur lui, en agitant en riant sa langue. J’ai compris ! Il veut me faire un cunni ! Quelle chance ! Je m’agenouille devant lui, l’enjambe, remonte mes cuisses et m’accroupis tout près de sa bouche. J’en perçois la chaleur. Mon bas ventre fourmille de désir. Je prie silencieusement pour qu’il maîtrise l’art du cunni. Wahhhh c’est parti.

Un coup de langue sur mes lèvres gorgées de désir, un autre pour les séparer, un autre encore pour remonter vers le clitoris, qu’il titille, et en quelques secondes, il me met le corps en feu. Le bougre ! Il me lèche si divinement que mes cuisses en tremblent nerveusement. La tête dressée, il maintient mes cuisses, dévore mes chairs avec instance, puis soudain, sans prévenir, attrape mon clitoris et l’aspire, de plus en plus fort. Impossible à me retenir ! Le tempête jaillit de mon ventre, telles des lames de fond qui affluent brusquement !

- Ahhhhhhhh je jouiiiiiiiiiiiiiiiisssss

Quand les spasmes de plaisir s’arrêtent, il me couche contre lui, ou je coule, doucement vers son sexe sur lequel je m’empale, en gémissant. Seigneur ! Quelle queue ! Elle me taraude furieusement le ventre ! Les mains plaquées sur mes fesses, il me remue en tout sens, cherchant maintenant à conclure son plaisir. Ses traits se crispent, son corps se cambre et je me retrouve à le chevaucher avec frénésie…Son sexe martèle mon vagin de plus en plus fort…Ses yeux se révulsent sous le plaisir qui l’envahit…Un immense râle jaillit de sa poitrine en jouissant, furieusement, au fond de ma chatte reconnaissante …- ahhhhhhhhhhhhhhhhhh muhhhhhhhhhhhhhh

Epuisés, nos corps s’affaissent comme vidés de toute énergie. Je plonge dans le sommeil, serrée contre lui…Qu’importe une douche ! Un lit ! Puisque je viens de découvrir un merveilleux amant sur cette île même si j’ignore son nom !


OOOOOOOOOOOOOOOOO



Votre avis sur cette Histoire érotique?

J'ai peu aimé -  J'ai vraiment aimé -  J'ai adoré


RETOUR sur HISTOIRES EROTIQUES D'Erotica51


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés