UNE CHATTE BIEN GOURMANDE

par Erotica51



C'était un jour où j'avais décidé de flemmarder au lit, venant de passer une nuit agitée. La cause en était simple. Une envie subite de faire l'amour m'avait réveillée et il m'avait été impossible de refermer les yeux. Je sommeillais donc quand mon portable se mit à sonner.

C'était mon chéri qui pouvait se libérer quelques heures, venant déposer son véhicule au garage. Il arrivait dans 15 minutes. Impossible de me préparer en si peu de temps ! Tant pis ! J'enfilais une jolie chemine de nuit soyeuse, de couleur rouge sang, me passais un peu d'eau sur la figure, brossais mes cheveux longs vigoureusement, et lavais consciencieusement ma petite chatte, qui s'était enfin calmée, sous l'eau fraîche.

La veille auparavant, j'avais rasé juste mes lèvres du sexe de près. Autant savourer une minette délicieusement. J'ai toujours détesté voir un homme retirer un poil du cul de sa bouche...

Quand il arriva, je vis que quelque chose n'allait pas. Il m'avoua s'être fait mal au dos au travail. Cela tombait bien, lui dis-je en riant, allonge-toi. J'ai justement envie de m'occuper de toi ! Amusé, il me regardait faire, laissant son corps tressaillir sous mes caresses, occupées à le détendre.

Puis mes doigts se mirent en mouvement, plus précis, s'amusant à remonter le long de ses cuisses, à longer le pli si tendre de l'aine. Il fermait les yeux, en souriant. Je continuais mes caresses jusqu'à ce que ma paume se referme sur ses testicules, le faisant sursauter. Je savais que c'était son point faible. Mes ongles se firent tout doux, jouant lentement sur sa chair si fragile...Très vite, il émit de petits gémissements de plaisir.

Sa queue raidie, pulsait en cadence...Ses mains me caressaient nerveusement, signe que son excitation était au paroxysme du plaisir. Quand je me redressais, il oublie les yeux, surpris. Puis je passais au dessus de son corps ma jambe, posant ma petite chatte humide sur son sexe dressé...

Il dut penser que j'allais m'empaler dessus en voyant son sourire s'agrandir de plaisir ; Hélas, ce n'était pas encore le moment pour lui...Un peu perverse, de la main, j'obligeais sa queue à s'allonger sur son ventre puis posais mon joli abricot de chair tendre trempé dessus,en m'amusant à glisser mes lèvres humides sur son bâton de berger, dessus, en frottant mon sexe sur lui...Un nouveau jeu subtil commençait : Glisser, lentement, remonter, redescendre sur sa queue raidie, en laissant mes lèvres l'envelopper et se gorger de désir, en l'excitant...

Je fis durer volontairement ce doux plaisir, tout en m'excitant sur lui, voluptueusement...Ce fut moi,qui finalement, craqua, la première, en l'enfournant goulûment. J'avais une telle envie de lui qu'il m’était impossible de me retenir plus longtemps...

Ma jouissance fut explosive et me libéra enfin de toute tension. La sienne fut tout aussi violente...Nous restâmes un moment, blottis l'un contre l'autre, laissant les battements de nos coeurs enfin s'apaiser...Le plaisir n'est-il pas à la mesure de notre imagination ?

22/09/2008



Votre avis sur cette Histoire érotique?

J'ai peu aimé -  J'ai vraiment aimé -  J'ai adoré


RETOUR sur HISTOIRES EROTIQUES D'Erotica51


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés