CHASSE A L'HOMME

par Erotica51



Attablées à la terrasse d’un café, Sophia, Naïma et Héléna discutent à voix basse mais d’un ton animé. Elles sont en train d’échafauder un plan audacieux. Naïma la première déclara :

- Ce salaud est parti, sans plus jamais me donner de nouvelles ! A cause de lui, j’ai fait une dépression et il m’a fallu plus de six mois pour m’en remettre !
- Nous partirons, toutes les trois, cet été au soleil, en célibataires, mais avant, nous devons tout préparer à l’avance, afin de nous venger, répondit Sophia, en fronçant ses sourcils au souvenir des nuits blanches qu’elle venait de passer.
- Voila le plan que je vous ai préparé, les filles. Vous trouverez dans ce petit sac, vos perruques, et lunettes noires que je vous ai choisies de façon à ce qu’il ne nous reconnaisse pas ! Voici aussi vos clés et numéro de plaque d’immatriculation des voitures qui vous attendent, dit Helena, bien déterminée à donner une bonne leçon à Laurent qui les avait humiliées, en profitant d’elles, au risque de briser leur belle amitié.

Le serveur arriva avec leur commande, et par discrétion, les filles décidèrent de se taire pendant que l’homme les servait. Une fois celui-ci reparti, les filles reprirent leur conciliabule rapidement, à voix basse. Chacune vérifia le trajet à prendre sur le plan, posant diverses questions, calculant le temps qu’il leur faudrait pour s’occuper de leur proie et l’amener au bon endroit.

Pendant ce temps, Laurent discutait au téléphone, charmant sa dernière conquête, lui promettant monts et merveilles.

- T’ai-je dit combien sur la photo que tu m’as envoyée, je te trouve séduisante ?
- Ohhh Ne serais-tu pas en train de tenter de me draguer Laurent ?
- Ab-so-lu-ment-pas, mon ange ! Je suis l’homme le plus sincère que tu auras rencontré dans toute ta vie !
- Hum ! J’ai quelques doutes ! dit celle-ci d’une moue sceptique
- Accepte au moins de m’offrir un café. Je ne vais pas te manger, du moins, pas tout de suite…dit Laurent en riant, un léger sourire carnassier fleurissant au coin de ses lèvres.
- Non, pas ce soir. De plus, ma mère va rentrer bientôt et elle ne veut personne à la maison, en son absence. Je vais essayer de l’amadouer…
- Très bien, je serai mauvais joueur d’insister, ma chérie. Je vais rêver de toi en attendant que tu acceptes de me recevoir…

Il raccrocha rapidement, sachant pertinemment que la jeune femme allait rapidement regretter sa décision. Allez savoir pourquoi les femmes sont toujours attirées par les mauvais garçons ?! Bon, il ne lui restait plus qu’à rentrer chez lui et à rechercher dans son calepin, laquelle de ses ex-conquêtes qui accepterait de le rejoindre, pour une nuit ? Il était hors de question qu’il dorme seul dans son lit. Il sourit. Il y en avait toujours une pour dire oui. Tiens, s’il rappelait Naïma ? Elle faisait plutôt bien l’amour, cette petite.

II.

A peine rentré chez lui, il s’offrit un whisky et s’alluma une cigarette en exhalant la fumée longuement. Enfin, elle se décidait à décrocher après la neuvième sonnerie !? En voila des manières ! Avant, c’était dès la première sonnerie qu’elle prenait son appel ! Ah la petite futée voulait se faire désirer ! Se dit-il en riant…

- Bonsoir Laurent
- Bonsoir mon bel ange….Il les appelait, toutes ainsi, de crainte de se tromper dans leurs prénoms. Il modifia sa belle voix, la rendant aussi douce qu’une caresse…Je m’ennuyais de toi, de ta voix, de ton corps fabuleux, de tes caresses…
- Ah oui ? Cela fait pourtant deux mois que je n’ai plus un seul appel ! rétorqua Naïma, d’une voix lourde de griefs
- Je vais te faire un aveu. Pour un Don Juan comme moi, c’est dur d’admettre que je suis tombé amoureux de toi ! Toutes mes nuits, je rêve de toi…J’en perds la tête Naïma, comprends moi…Tu es en train de me rendre fou ! Ce n’est pas possible, tu m’as ensorcelé ?
- Nullement, mon chou. Je savais que tu me rappellerais ! Rétorqua, amusée, la belle Naïma, retenant un sourire triomphant
- Allez, viens vite…J’ai envie de te faire l’amour toute la nuit. Il y a si longtemps que j’en rêve, ma chérie…
- Bon, d’accord, mais j’ai quelques papiers à terminer et j’arrive, dit Naïma, histoire de lui montrer qu’il ne suffisait pas qu’il claque des doigts pour qu’elle arrive. En fait de papiers à finir, elle voulait surtout avoir le temps d’avertir ses copines.

Une fois que Laurent avait enfin raccroché, elle appela les filles, toute excitée :

- C’est bon, les filles ! Le loup vient de tomber dans le piège ! Je ne vous rappelle pas son adresse, vous la connaissez aussi bien que moi ! Je lui ai demandé de m’attendre, la porte ouverte, nu sur le lit, et qu’il allait vivre une nuit d’enfer !dit Naïma en éclatant de rire. N’oubliez pas les instruments ! Rappelez-vous qu’à 1 heure du matin précise, nous devrons filer à Orly. L’avion ne nous attendra pas !
- Ok ! On arrive !

Naïma se prépara, soignant particulièrement sa tenue, prenant un sac rempli de ce qui allait lui permettre d’assouvir leur vengeance. Il est vrai que Laurent avait été particulièrement odieux avec elles trois. Il savait combien leur amitié était importante et durait depuis des années. Cela ne l’avait pas empêché, ce salop de les séduire, l’une après l’autre et les séduire, à tour de rôle, avant d’aller chasser d’autres proies. Il ignorait que son goût pour la belle Naïma allait être sa perte !

En arrivant devant sa résidence, elle regarda autour d’elle. Les filles étaient déjà arrivées, elles aussi. Elle posa son doigt sur sa bouche et leur fit suivre de la suivre, sur la pointe des pieds. Quand Naïma poussa la porte de l’appartement, elle vit la lumière allumée dans la chambre qui se reflétait dans le couloir. Rapidement, les filles posèrent leurs manteaux puis se mirent à l’aise. Naïma en profita pour aller voir son amant, lui murmurant à l’oreille :

- Ne bouge pas, je vais revenir te combler. Accorde-moi juste quelques minutes pour me préparer. As-tu mis du champagne au frais, mon chéri, comme je te l’ai demandé ?
- Bien sur…viens vite ! vois comme je suis déjà excité !
- Hummm c’est vrai, dit Naïma, posant ses doigts fuselés sur sa queue dressée. Je reviens vite. Mais avant, laisse moi t’attacher…Je suis sure que tu vas adorer ! lui dit-elle, en serrant ses poignets dans une paire de menottes, si rapidement qu’il n’eut pas le temps de protester.

Amusé, il se tint coi, se disant que la belle Naïma avait prévu un petit programme particulier, et qu’après l’avoir laissé si longtemps sans nouvelle, elle avait envie sûrement de le dominer, pour se venger. Jamais aucune femme ne l’avait encore dominé, mais ce petit jeu qu’elle lui avait préparé, déjà lui plaisait. Il resta sur le ventre, poussa un léger grognement quand elle lui claqua la fesse avant de repartir dans le salon.


III.


Laurent était allongé, se demandant avec délectation, quels sublimes supplices Naïma lui avait préparés. Elle avait été longue cette petite à déniaiser mais finalement, une fois qu'il lui avait fait goûter sa queue, elle ne pouvait plus s'en passer ! Il eut un sourire rempli de suffisance, se disant qu'avec les femmes, ce n'était pas si difficile de les faire s'allonger dans un lit !

Lui ferait-elle l’amour avec du miel comme elle lui avait, un jour, promis ? Cette jeune femme en fait, était très sensuelle, avec ses belles hanches doucement arrondies. La seule chose qu’elle lui avait toujours refusée était la fellation, sans qu’il arrive à en comprendre la raison. Il ignorait que dans son pays, cela ne se faisait pas.

Il entendit des pas, l’oreille aux aguets. Bizarre ! Il aurait juré avoir entendu plusieurs voix ! Naïma se pencha sur lui, lui chuchotant à l’oreille :

- Je vais t’arracher des cris de plaisir comme tu n’en as jamais connu dans ta vie !
- Dépêche toi alors de me rejoindre…Regarde comme ma queue bande pour toi, coquine !
- Hummmmm quel bel étalon tu fais, répondit Naïma en faisant glisser dessus la pointe acérée de ses ongles, le faisant frémir d’excitation.
- Ohhhh tu sais combien j’adore cette caresse, gémit Laurent en se tortillant de plus belle
- Patience…je t’ai réservé une jolie surprise
- Ahhh ça c’est vraiment gentil. Qu’est-ce que c’est ? demanda-t-il un peu inquiet, se demandant s’il arriverait à la contenter. C’est que la belle Naïma était d’une voracité inouïe au lit !
- Comme je ne peux te faire de fellation, j’ai proposé à une de mes amies, qui adore ça, de venir te la faire, mais à condition que ce soit devant moi…ainsi j’apprendrais comment faire.

De surprise, le beau Laurent, cette fois-ci, s’étrangla ! Naïma était vraiment une femme extraordinaire ! Rien à voir avec les femmes françaises, qui ne pensaient qu’à avoir la bague au doigt, dès la première coucherie et à mettre leur mari sous clés ! Il se rengorgea :

- Hummm Deux femmes pour moi tout seul, quelle aubaine ! J’en connais au bureau lundi, qui vont en baver de jalousie !

Le beau Laurent était vantard au possible d’où cette animosité qu’il savait si bien réveiller, avec ses collègues masculins qui, bien sur, n’en perdait pas une miette de ses aventures. Il est vrai que Laurent leur avait présenté quelques unes de ses conquêtes, pour s’en débarrasser au plus vite !


à suivre...

OOOOOOOOOOOOOOOOO



Votre avis sur cette Histoire érotique?

J'ai peu aimé -  J'ai vraiment aimé -  J'ai adoré


RETOUR sur HISTOIRES EROTIQUES D'Erotica51


www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2016 - Tous Droits Réservés